UNESCO: Année internationale des langues autochtones 2019

Appel mondial à communication de recherches

Justification

Les langues sont une composante essentielle des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Ils jouent un rôle crucial dans la vie quotidienne des peuples du monde entier, leur permettant de préserver leur histoire, leurs coutumes et traditions, leur mémoire, leurs modes de pensée, leur sens et leur expression uniques, mais aussi de construire leur avenir. L’extraordinaire diversité linguistique que l’on trouve dans le monde contribue fondamentalement au dialogue interculturel et à la diversité culturelle, car chaque langue est profondément imprégnée de la culture des gens qui la parlent.

Malgré leur immense valeur, les langues continuent à disparaître à un rythme alarmant dans le monde entier, et la plupart d’entre elles sont parlées par des peuples autochtones. Les raisons de la mise en danger des langues varient d’une communauté à l’autre et d’un endroit à l’autre. Les populations autochtones – qui parlent la majorité des 7 000 langues existantes – sont confrontées à des défis en matière de migration, de désavantage éducatif, d’analphabétisme, d’assimilation, de réinstallation forcée et d’autres discriminations.

Dans le monde entier, les politiques linguistiques – en dépit de différences considérables dans les modèles et les approches adoptés par les différents pays – ont souvent eu tendance à concevoir les questions linguistiques comme purement culturelles. Ces questions sont généralement traitées par des organisations et des centres de mémoire et d’harmonisation culturelle, ou par des instituts de développement linguistique. Il est nécessaire de mieux comprendre le rôle important que jouent les langues dans l’édification de sociétés du savoir inclusives, dans l’accès à l’information et dans la stimulation de l’innovation, ayant un impact dans de multiples domaines, notamment l’éducation, la vie sociale et culturelle, l’économie, la science, la technologie, etc. Les langues contribuent donc au développement humain et sont essentielles à la réalisation du développement durable, de la bonne gouvernance, de la paix et de la réconciliation.

Contribuer à la promotion des langues autochtones par vos recherches

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé 2019 Année internationale des langues autochtones, en fixant comme priorité d’encourager une action urgente pour préserver, revitaliser et promouvoir les langues autochtones. Ce plan d’action part de la reconnaissance du fait que les langues autochtones incarnent de riches identités culturelles et que chaque personne devrait avoir la possibilité d’utiliser sa langue maternelle comme condition préalable au respect des droits de l’homme. Il faut donc revoir en profondeur le programme de développement durable et les plans nationaux afin d’encourager la communauté internationale à s’intéresser davantage aux questions autochtones. Cet objectif ne pourrait être atteint sans la production d’une recherche de haute qualité et la formulation d’orientations concrètes par des universitaires, chercheurs et praticiens éminents spécialisés dans différents domaines. Il s’agit là d’éléments essentiels pour éclairer les nouvelles stratégies qui aborderont les questions autochtones tant dans le cadre du Programme de développement durable que dans les plans nationaux.

L’UNESCO appelle à l’action conjointe des chercheurs et des praticiens afin de faire passer son message et d’avoir un impact sur la manière dont les langues autochtones sont conçues et leur valeur appréciée par de multiples parties prenantes – gouvernements, société civile élargie, universités, secteur privé et autres acteurs. La mise à la disposition du grand public de ces publications par le biais du libre accès dans le cadre du ‘Creative Commons’ ou de tout autre système de licence ouverte vise à faciliter la promotion des langues autochtones dans le monde.

La préservation, la revitalisation et la promotion des langues autochtones aux niveaux national, régional et international constitut un objectif large et à long terme qui implique différents domaines clés d’intervention :

  1. Les affaires humanitaires, la consolidation de la paix et les plans nationaux de développement (par exemple pendant et après les conflits, la radicalisation et autres ; les politiques d’assimilation, de cartographie et de revitalisation liées aux langues) ;
  2. L’éducation autochtone et l’apprentissage tout au long de la vie ;
  3. Les connaissances autochtones en science et en santé(y compris les interventions en cas d’épidémie ou de pandémie ; l’activisme pour le changement climatique ; l’eau, la bioéthique et autres) ;
  4. L’égalité entre les genres (par exemple, les politiques d’éducation en matière de santé génésique, le rôle des femmes autochtones dans la transmission intergénérationnelle) ;
  5. L’inclusion sociale et l’urbanisation, l’éthique et l’engagement civique(par exemple la reconnaissance des langues des signes, l’engagement des jeunes, les solutions ouvertes et autres questions) ;
  6. Le patrimoine culturel et la diplomatie(le concept d’égalité des langues, l’identité culturelle imprégnée de langues) ;
  7. La technologie, l’activisme numérique et l’intelligence artificielle(par exemple la technologie du langage) ;

L’objectif pour les chercheurs et les praticiens participant à IYIL2019 est de couvrir au moins un de ces domaines clés, en identifiant les lacunes dans la recherche existante, en recueillant des données qualitatives et statistiques et en élaborant un ensemble de conclusions et de recommandations afin de sensibiliser le public à l’importance et à l’impact des langues autochtones.

Les documents de recherche contribueront à la réalisation des cinq grands objectifs de IYIL2019 :

  1. Informer sur l’importance des langues autochtones pour le développement social ;
  2. La sensibilisation accrue au statut critique des langues autochtones dans le monde ;
  3. Stimuler le débat interculturel autour des langues autochtones ;
  4. Transmettre de nouvelles connaissances sur l’importance des langues autochtones ;
  5. Façonner les attitudes des parties prenantes concernées à l’égard des langues autochtones.

En se concentrant sur ces cinq domaines clés, d’ici la fin de 2019, la recherche produite vise à contribuer à la production du Rapport mondial sur les langues 2019 et à fournir des informations factuelles aux praticiens et aux décideurs du monde entier, dans le but à long terme d’intégrer les questions linguistiques dans un programme plus large.

Qui est admissible ?

Tous les chercheurs travaillant dans différents domaines et experts dans des domaines qui s’intéressent aux questions et aux langues autochtones. L’UNESCO encourage en particulier les chercheurs autochtones à soumettre, et à travailler en collaboration avec les décideurs, les représentants de la société civile, les professionnels de l’information et des médias et d’autres parties prenantes pour faire de l’IYIL 2019 un succès renforçant les voix autochtones.

Comment ?

L’UNESCO accueille favorablement les soumissions fondées sur des recherches documentaires, des analyses documentaires, des entretiens avec des experts et des leaders d’opinion (y compris des diplomates, des représentants de la société civile et d’autres personnes participant au processus de négociation des OMD), des messages clés, des études de cas et des solutions existantes, des analyses statistiques (si les données sont disponibles), etc. Les soumissions en ligne (10 pages, 340 mots par page incluant les références) ainsi qu’une courte biographie de chaque auteur et 3 à 5 mots-clés doivent être soumis via le formulaire en ligne ou compléter ci-dessous et nous envoyer par courriel : indigenous.languages@unesco.org.

Les candidatures seront évaluées par un comité d’examen par les pairs nommé par l’UNESCO en consultation avec les membres du Comité directeur de l’Année internationale des langues 2019, qui comprendra d’éminents linguistes, chercheurs autochtones et experts dans différents domaines.

Vous souhaitez participer ?

Nous vous recommandons d’en savoir plus sur l’Année internationale des langues autochtones (https://fr.iyil2019.org), la politique de publication de l’UNESCO, les lignes directrices à l’intention des auteurs et l’accord d’attribution des droits.

Quand ? Dates importantes

Appel de soumissions : 20 décembre 2018 – 15 mars 2019

Processus d’examen par les pairs : Mars – mai 2019

Dates de publication : Septembre – octobre 2019

Les auteurs des articles sélectionnés seront invités à présenter des communications lors d’événements internationaux pertinents et à soumettre des versions complètes de leurs articles pour publication dans des revues d’examen par les pairs. En outre, certaines contributions de recherche seront sélectionnées en juin 2019 pour publication dans le Rapport mondial sur les langues 2019.

FORMULAIRE DE SOUMISSION EN LIGNE (Avant le 15 mars 2019) :

https://fr.unesco.org/feedback/appel-mondial-communication-recherches-annee-internationale-langues-autochtones-2019

Lire Aussi...

l’Assemblée Mondiale Amazighe proteste contre l’exclusion de la langue amazighe de la nouvelle carte d’identité nationale

La Présidente déléguée de l’Assemblée Mondiale Amazighe pour le Maroc, Mme. Amina IBNOU-CHEIKH, proteste contre ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *