La scolarisation en milieu rural: Pourquoi les Amazighs devront se mobiliser activement en faveur de boycott du recensement raciste de 2014?

رئيس التجمع العالمي الأمازيغي بالم
Par: Rachid RAHA

Comme elle l’avait dénoncé auparavant Amina Ibnou-Cheikh dans son article publiée sur la web d’amadlpresse.com (http://amadalpresse.com/index.php/amadal-amazigh/mroc/982-2014-08-21-20-34-46 ) et lors de notre conférence de presse le jeudi 4 septembre dernier, le haut-commissaire au plan, M. Ahmed Lahlimi El Alami fait de la rétention de l’information. Ainsi, il a passé sous silence le taux de scolarisation dans le cycle primaire qui a été calculé à 80,4 % en 2004 afin de ne pas contredire le ministre de l’éducation nationale à l’époque qui appartenait à la même formation politique, laissant entendre que la scolarisation avait atteint 100 %. Cela voulait dire que le monde rural et montagnard était bien doté d’infrastructures scolaires et que tous les douars et tribus disposaient d’écoles!!!!

Et voici maintenant, et à la grande surprise et en coïncidant avec la rentrée scolaire, les révélations se succèdent. Le journal al alam de ce mercredi 10 septembre révèle que quatre douars de la province Chtouka Ait Baha (Akerd Ouzrou, Tawdant, Tourouf et Aghir Ilaghn) sont privés d’écoles. Le même jour, le journal Al Akhbar parle d’une école à Tamanart dans la province de Tata qui n’a pu encore terminer sa construction depuis 11 ans, après le passage de quatre ministres de l’éducation nationale et trois gouvernements. De même, le millier d’habitants des douars Taghremt, Boutsardount, Albaj, Almahsar et Douira de la commune Annajil de la province de Boulmane avaient menacé de boycotter ce recensement avant son commencement du fait que la seule école dont ils disposent avait été inaugurée en 1997 et qu’aujourd’hui elle s’est converti en un poulailler (Al Massae 28/08/2014)… Le pire vient des toutes récentes déclarations de l’UNICEF qui affirme que seulement 30% des enfants ruraux marocains passent du cycle primaire au cycle secondaire !!!

Alors, Timazighin et Imazighen, Femmes et Hommes libres de Tamazgha occidentale, pour protester contre la falsification pour une deuxième fois du nombre des citoyennes et citoyens amazighophones et la rétention de l’information, continuons à boycotter massivement et activement ce recensement raciste et à exiger le limogeage de son plus haut responsable, qu’est ce raciste de Lahlimi!

Lire Aussi...

Maroc et Algérie, deux destinées politiques diamétralement opposées

Avant l’ère du colonialisme français, le Grand Maghreb était une entité sociale et politique solide, ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *