Le président de l’Assemblée Mondiale Amazighe proteste contre la ligne éditoriale de France24

A l’aimable attention de Mme. Marie-Christine SARAGOSSE,

Présidente-Directrice Générale de Groupe France Médias Monde,

80, rue Camille Desmoulins,

92 130 Issy-les-Moulineaux/ France

 

Objet : Protestation contre la ligne éditoriale de Marc SAIKALI, Directeur de France 24, qui s’entête à ne pas rectifier l’appellation discriminatoire du « Maghreb Arabe ».

Madame la PDG,

Je porte à votre connaissance que j’avais envoyé au mois de juin une lettre et que j’ai dû remettre une copie en mains, -du fait que je n’avais reçu aucune réponse-, à Monsieur Marc SAIKALI, directeur de France 24, lors de la plénière des premières assises internationales du journalisme, qui se sont tenues à Tunis du 15 au 17 novembre derniers, afin d’insister sur la rectification de la dénomination du « Maghreb arabe » utilisée fréquemment dans les JT de vos chaînes de France24 en arabe.

Je lui est rappelé, devant cette assemblée internationales des journalistes des deux rives de la Méditerranée, que « Le Maghreb n’a jamais été arabe, et il ne le sera plus jamais à l’avenir« , et je lui ai souligné de nouveau que l’origine des populations nord-africaines se trouve dans la localité tunisienne de Gafsa (civilisation préhistorique capsienne : https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2057 ), et que en plus, France24 avait le privilège de donner le scoop mondial comme quoi le berceau de l’humanité, l’homo sapiens le plus vieux, se trouvait désormais, au Maroc, à « Adrar n Ighoud », ou « Jbel Ighoud », datant de plus de 300 mille ans !

Dans sa réponse, M. Mark SAIKALI, de formation anthropologue si je ne trompe pas, a répondu ouvertement et publiquement que s’il arrive à changer cette terminologie de » Maghreb arabe « , il sera démis de ses fonctions. Que vous allez le démettre ?! Ci-contre ma question et les propos de sa réponse :  https://www.facebook.com/Amadalpresse/videos/351491338976223/?t=5 ).

Madame la PDG,

Laissez-moi partager avec vous ce principe qui est que l’une des qualités primordiales que devrait avoir un journaliste est avant tout celle de dire « la vérité » et rien que la vérité. Malheureusement, M. Saikalli a vraiment failli à celle-ci. Il a failli à la vérité historique et à la vérité scientifique lorsque il a affirmé sur un ton sarcastique que l’origine de l’humanité se trouve chez lui, au Liban, pour le simple fait que lui est d’origine libanaise, s’attaquant de ce fait aux conclusions et aux résultats des années de recherche de l’équipe des fameux archéologues français Jean-Jacques HUBLIN et marocain Abdelouahed BEN-NCER, comme quoi l’origine de l’homo sapiens se trouve désormais à Adrar n Ighoud, à 70 km de Marrakech, et non pas en Ethiopie ni encore moins au Liban (www.amadalamazigh.press.ma/archivesPDF/201.pdf ). Entre temps, voici une autre et surprenante découverte qui vient de tomber ces jours-ci, l’industrie lithique découverte sur le site d’Aïn Boucherit, près de Sétif algérienne remet en question l’origine lointaine de nos ancêtres, dans ce cas de l’homo habilis et que votre propre site de France24.com a eu le privilège de diffuser le 30 novembre dernier (www.france24.com/fr/20181130-algerie-afrique-est-ethiopie-berceau-humanite?fbclid=IwAR0v1XhCumloZbj2NzBAIIKs0evfGxQAFhma63uWoVmRndNv9Ye8A7akGvs ). Des outils en pierre taillée datant de 2,4 millions d’années qui pointent vers un nouveau foyer de berceau de l’humanité, à part de celui de Kouna éthiopienne en Afrique de l’Est. Encore plus, les données génétiques de la nouvelle discipline de l’anthropologie biologique convergent vers les mêmes conclusions de l’anthropologie physique en ce qui concerne le paléolithique supérieur et le néolithique, en confirmant que presque toutes les actuelles populations d’Afrique du nord sont d’origine amazigho-saharienne. De ce fait, les apports génétiques des tribus « Arabes » des Banu Hilal, des Banu Maqil … du Moyen Age, ou avant eux, des phéniciens qui ont accompagné Elyssa Didon et qui ont contribué à la création de la civilisation carthaginoise, venus de pays de Saikali, se sont bel et bien dilués dans la grande masse génétique des populations autochtones Amazighes, comme le souligne fort bien Gabriel Camps, dans son formidable livre « Berbères, aux marges de l’histoire » : http://amadalpresse.com/RAHA/Origines.html .

Même en péninsule ibérique, depuis sa conquête par l’amazigh Tarik Ibnou Ziad en 711, jusqu’à l’expulsion des derniers mauresques, « moriscos » en espagnole, des montagnes d’Alpujarras de Grenade en 1609, ses huit siècles de présence musulmane était plutôt une présence à prédominance de tribus amazighs plutôt que de tribus arabes. Les espagnoles ne se sont jamais trompés de leur dénomination, on les appelaient, – et on les appellent toujours de nos jours-, « moros », qui voudrait dire des « maures », c’est-à-dire des Amazighs, des habitants de la Mauritanie tingitane (Maroc) ou de la Mauritanie césarienne (Algérie) à l’époque romaine…(voir l’article de Jacinto Bosch Vilà in Imazighen del Magreb entre Occidente y Oriente de Rachid Raha, Ed., Granada 1994 : http://amadalpresse.com/RAHA/PDF/Imazighen%20del%20magreb%20entre%20occidente%20y%20oriente.pdf ). Et lorsque ses maures se sont vus expulsés de ce paradis d’Al Andalus, ils se sont juste retournés massivement chez eux, en Afrique du Nord, pour la simple raison qu’ ils étaient des Amazighs, et s’ils étaient vraiment des Arabes, ils auraient dû prendre la route de retour vers le Liban et le reste des pays du Moyen Orient !

En définitive, je vous prie, Madame la PDG SARAGOSSE, de faire votre mieux pour que votre responsable de France24 et vos journalistes rectifient et d’utiliser une terminologie réaliste, loin des orientations idéologiques et de la promotion du « nationalisme arabe » décadent au détriment de l’objectivité scientifique et de la vérité historique, et par conséquent, essayer de leur conseiller d’éviter l’appellation « Maghreb arabe » ou même le « printemps arabe », qui blesse profondément la sensibilité, l’identité et la fierté de millions de citoyennes et citoyens autochtones de sud de la Méditerranée, et des millions de vos propres compatriotes français d’origine nord-africaine. Et il n’y a aucun problème de les substituer respectivement soit par le « Grand Maghreb », ou tout simplement par l’appellation géographique « Afrique du Nord », et le « printemps démocratique des peuples », qui a commencé avec la révolution tunisienne de jasmin, suivi par celle du 25 Février en Egypte, du 17 Février en Libye, et du 20 Février, toutes en terre de Tamazgha, c’est-à-dire Afrique du Nord.

Veuillez agréer mes salutations les plus distinguées,

Rachid RAHA,

Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe.

Nota: ci-contre copie de lettre envoyé en juin au directeur de France24

Rabat, 21 juin 2018- 2968

A l’aimable attention de M. Marc SAIKALI, Directeur de France 24,

80, rue Camille Desmoulins,

92 130 Issy-les-Moulineaux

Objet : demande de rectification de l’appellation du « Maghreb Arabe » car l’Afrique du  Nord n’est pas de tout arabe

Le directeur,

Comme vous devriez savoir, vos chaînes d’information de France24.com en langues arabe et française sont largement suivies par les locuteurs nord-africains, et parfois, surpassent la chaîne qatarie d’Aljazeera (qui a fortement perdu de sa crédibilité à cause de son manifeste soutien aux mouvements salafistes et djihadistes). Ainsi, les divers bulletins et programmes télévisés d’informations de votre chaîne France24 en arabe se sont imposés comme une bonne alternative aux citoyennes et citoyens de vos anciennes colonies nord-africaines, du fait que les JT de leurs chaînes nationales distillent l’information et ennuient l’audience avec la couverture froide d’interminables activités officielles faites dans une langue de bois !

Mais, malheureusement, nombreux de vos journalistes continuent à faillir à la vérité, et plus particulièrement à la vérité historique, lorsque ils traitent la région d’Afrique du Nord du « Maghreb arabe », sachant par exemple qu’au Maroc, ça fait déjà sept années qu’il y a eu la réforme constitutionnelle où le terme de « Maghreb arabe » a été désormais substitué par celui du « Grand Maghreb ». Maintenant que les Constitutions marocaine et algérienne reconnaissent officiellement l’identité et la langue amazighes (berbères), la dénomination du « Maghreb arabe » devient une dénomination tout simplement discriminatoire à l’encontre des populations autochtones, qui nient leur existence et qui exclut leur apport civilisationnel à l’identité millénaire de l’Afrique du Nord.

Effectivement, l’Afrique du Nord ou le Grand Maghreb n’est pas de tout arabe, il ne l’a jamais été et il ne le sera jamais tant que les Amazighs continuent à être fiers de leur riche histoire et de l’histoire de la résistance de leurs héros comme le cas de la reine Kahina ou la touarègue Tin Hinan qui ont admirablement combattu contre les conquérants arabes, ou comme le cas de Mohamed Abdelkrim El Khattabi qui a combattu la colonisation franco-espagnole… L’identité et le peuple arabes sont d’origine asiatique, alors que le Maghreb se trouve en Afrique. Un continent dont le toponyme est amazighe à travers lequel on dénommait la Tunisie dans l’antiquité et qui s’est vu généraliser pour dénommer tout un continent, le nôtre, caractérisé pour être le berceau de l’humanité.

Si vos bulletins d’information sont largement suivis en Afrique du Nord, elles le sont aussi en France, de la part de vos compatriotes d’origine nord-africaine. N’oubliez pas que si l’Islam est la deuxième religion de France, la deuxième langue la plus parlée en Hexagone ce n’est pas la langue arabe sinon la langue amazighe, sous ces différentes variantes régionales. Sachez que la majorité de vos compatriotes français d’origine nord-africaine sont les petites-filles et petits-fils des ouvriers kabyles, des commerçants soussis ou des mineurs rifains…Beaucoup de vos ouvriers maçons qui ont reconstruit les villes françaises détruites après la deuxième guerre mondiale étaient des Amazighs de la Kabylie; beaucoup d’agriculteurs qui ont entretenus les vignobles de l’Aquitaine et des mineurs des mines du nord étaient des montagnards du Rif marocain ; beaucoup d’ouvriers des usines automobiles de Renault, de Peugeot étaient des Amazighs des tribus de Souss marocain…Eh ben oui! La grande majorité de la communauté nord-africaine qui s’est installée en France et la grande majorité des émigrés sud-méditerranéens résidants en ce moment en France sont indéniablement des « Amazighs ». Et par conséquent, ils ne sont pas de tout des « Arabes » comme le Maghreb, qui n’est guère arabe !

Pour se convaincre de cette simple réalité, vous n’avez qu’à lire et écouter, en ce moment,  les commentaires « racistes » des Saoudiens sur les réseaux sociaux à propos des marocains, des algériens et des tunisiens, après avoir soutenu activement la tenue de la coupe de monde de football 2026 en Amérique. En se reconnaissant en tant qu’ « Arabes », ils nient tous la fausse « arabité » des maghrébins, et ils ont parfaitement raison, pour la simple raison que les Arabes sont des asiatiques et les maghrébins d’authentiques africains, des amazighs libres descendants des rois Massinissa, Yuba, Yugurtha, Chechonq, Youssef Ibn Tachfine, Mehdi Ibnou Tumert… (https://algerie-direct.net/lactualite/un-saoudien-aux-marocains-vous-netes-pas-arabes/ ).

Peut être vos journalistes se sont fait emporté par ce grand mensonge de l’histoire officielle des pan-arabistes comme quoi les Amazighs sont d’origine de la péninsule arabique, qui ont traversé la mer rouge de Yemen pour coloniser l’Afrique du Nord, alors qu’une toute récente étude d’anthropologie génétique démontre tout à fait le contraire : une grande partie des Saoudiens et des Yéministes sont plutôt originaires d’Afrique du nord  (http://journals.plos.org/plosone/article/file?id=10.1371/journal.pone.0192269&type=printable ), comme le sont les populations ibériques, du sud de l’Italie et de la région française de Provence  (http://amadalpresse.com/RAHA/Origines.html). Ils ne sont pas les seuls, d’ailleurs, c’est votre média France24 qui a eu l’exclusivité de diffuser ce scoop le 7 juin 2017: les résultats des dernières découvertes arquéologiques de l’origine des populations humaines, qu’ils soient les Arabes, les Iraniens, les Gaulois, le reste des peuples européens, les américains et les australiens se trouve en terre amazigh, à « adrar Ighoud » où il a été découvert le plus vieux ancêtre de l’homo sapiens, daté de 315 000 ans, et qui se révèle l’ancêtre incontestable de toute l’humanité (https://youtu.be/yl-yo49hGqg).

En définitive, je vous prie M. SAIKALI, de conseiller à vos journalistes d’éviter l’appellation « Maghreb arabe » qui blesse la sensibilité des autochtones de l’Afrique septentrionale et par conséquent de rectifier la dite dénomination en la substituant soit par le « Grand Maghreb », ou tout simplement par l’Afrique du Nord, ou encore mieux par « Tamazgha », terre des Amazighs ou territoire des « Hommes libres ».

Veuillez agréer mes salutations les plus distinguées,

Rachid RAHA

Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe

Lire Aussi...

AMAZIGHS EN / D’EUROPE DISCUTES A GRENADE

La Chaire Internationale de la Culture Amazighe organise son quatrième Forum Euro-Amazigh de la Recherche, ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *