LES AMAZIGHS DEMANDENT AU ROI D’ESPAGNE FELIPE VI LA RECONNAISSANCE DE LA GUERRE CHIMIQUE CONTRE LE GRAND RIF

rafeA l’occasion du 52-ème anniversaire de la disparition de feu président Mohamed Abdelkrim El Khattabi, Le journal «Le Monde Amazigh» et l’Association Amezyan, en collaboration avec l’Assemblée Mondiale Amazighe, ont organisé une table ronde sur le thème de: «La Guerre chimique contre le Rif et ses conséquences sur la santé des citoyens», avec la participation de Rachid Raha, président de l’Assemblée Mondiale Amazighe, de Dr. Mimoun Charqi, président d’honneur de l’Assemblée Mondiale Amazighe, de Dr. Ahmed El Hamdaoui, du Groupe de recherche sur la Guerre chimique contre le Rif, de Dr. Mohamed Chami, président de la Confédération des associations amazighes du nord et de Samir El Morabet, activiste amazigh des droits humains, à Nador, le Samedi 7 février 2015/2965 au Complexe Culturel de Nador.

A la fin de cette table ronde, le président de l’Assemblée Mondiale Amazighe a lu la lettre qui a été envoyée au roi d’Espagne, dont voici le contenu:

A Sa Majesté Felipe VI
Roi d’Espagne
Palais de la zarzuela.
Madrid – Espagne.

Objet: réparations comme suite aux effets de la guerre chimique contre le grand Rif.

Majesté,
Après les salutations d’usage, nous vous adressons la présente en vous demandant de bien vouloir intervenir pour un règlement amiable du dossier de la guerre chimique contre le grand Rif. Les archives et études de nombreux historiens affirment, sans ambages, la responsabilité de l’Espagne dans l’utilisation d’armes chimiques de destruction massive, au demeurant prohibées par le droit international, notamment et en particulier contre des populations civiles rifaines, lors de la guerre de libération du Président Mohamed Abdelkrim El Khattabi, entre 1921 et 1927.

La guerre chimique espagnole contre le grand Rif est non seulement une violation des règles les plus élémentaires du droit de la guerre, mais de surcroît et encore plus grave les héritiers des victimes d’hier continuent de souffrir aujourd’hui encore. En effet, de nombreuses études génétiques d’experts confirmés démontrent et témoignent des effets mutagènes et cancérigènes des armes utilisées : l’ypérite ou gaz moutarde, le phosgène, ledisphosgène et la chloropicrine. Aujourd’hui, près de 80 % des patients qui se rendent aux hôpitaux de Rabat, pour se faire soigner de cas de cancers sont originaires du grand Rif. Cette région du nord du Maroc demeure marginalisée, sans hôpitaux spécialisés, ni infrastructures et autres moyens au bénéfice des populations locales.

Majesté,
Faut-il rappeler la responsabilité directe de votre parent le Roi Alfonse XIII dans la décision de l’utilisation des armes précitées? Nous voulons croire que vous ne pouvez rester insensible à l’injustice, à la violation des droits les plus élémentaires et aux préjudices subis par des populations civiles sans défense. Nous voulons croire aussi que vous pouvez dans un élan d’humanisme vous engager pour que la région du grand Rif et ses populations reçoivent réparations pour les préjudices passés et présents consécutifs à la guerre chimique précitée. D’autres peuples ont reçu réparation des crimes commis suite au colonialisme ; le temps est venu que les rifains reçoivent réparation des crimes commis à leur encontre.

Aussi, nous vous demandons d’agir de votre autorité morale et politique afin que l’Etat espagnol :

  • Reconnaisse officiellement les responsabilités de l’Etat espagnol pour les actions militaires à l’encontre de la population civile du Rif durant les années 1921-1927.
  • Organise et célèbre des actes de réconciliation et de solidarité avec les victimes, leurs descendants et la société rifaine comme forme d’expression de la demande de pardon de la part de l’Etat espagnol.
  • Facilite le travail d’investigation des historiens et de tous ceux souhaitant connaître les faits historiques à travers les archives militaires.
  • Révise les annotations, références et chapitres relatifs aux campagnes militaires menées par l’Etat espagnol qui occultent l’usage des armes chimiques et/ou tergiversent sur la vérité historique.
  • Appuie les associations culturelles et scientifiques espagnoles et marocaines dédiées au travail de recherche des effets de l’emploi des armes chimiques dans le Rif.
  • Règle les compensations économiques de caractère individuel qui pourraient être réclamées pour les dommages causés.
  • Contribue à la réparation des dommages collectifs et à la compensation de la dette historique.
  • Dote les hôpitaux du Rif et particulièrement ceux de Nador et Al Hoceima d’unités sanitaires spécialisées dans le traitement oncologique qui contribuent a réduire les hauts pourcentages de maladies cancérigènes.

Majesté,
Si votre père a eu le mérite d’engager l’Espagne dans la voie de la démocratie, nous espérons que vous aurez le mérite d’être celui que l’histoire reconnaîtra comme ayant engagé le processus de réparation de la dette historique de l’Espagne avec le grand Rif, notamment à travers et avec la société civile concernée par ce dossier.

Veuillez agréer, Majesté, l’expression de nos salutations distinguées.

Signé Rachid Raha,

président de l’Assemblée Mondiale Amazighe

Lire Aussi...

Les Amazighs de la diaspora et leur(s) identité(s) entre revendications légitimes et dérives terroristes

Les amazighs de la diaspora, en Europe et ailleurs, n’échappent pas au problème identitaire. L’assimilation ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *