Rapport détaillé sur les événements qui ont eu lieu le 19/Mai/2018 à la faculté des lettres et des sciences humaines-Agadir

Le mouvement culturel Amazigh-Agadir

Rapport détaillé sur les événements qui ont eu lieu le 19/Mai/2018 à la faculté des lettres et des sciences humaines-Agadir.

· Par notre engagement, nous avons effectué ce présent rapport pour montrer le degré de la violence dont les militants amazighs sont victimes et de mettre l’opinion publique au courant de tout ce qui s’est passé ces derniers temps à l’université d’Ibn Zohr Agadir.

· En coïncidence avec les journées culturelles organisées par le mouvement culturel Amazigh. Les milices Sahraouis en personnes des soi-disant (Étudiants Sahraouis) tiennent à provoquer les étudiants/militants Amazighs, en vue de les enfoncer dans le bourbier de la violence et à déchirer irrévérencieusement les photos des détenus et des martyrs amazighs à l’abri des regards.

· -* Le gang (étudiants Sahraouis) ne cesse pas de brandir les photos des criminels qui ont assassiné le militant Amazigh « Omar Khaleq », en menaçant les militants Amazighs de les anéantir, puisque c’est eux qui ont causé l’arrestation de ces criminels selon leurs dires.

· -* Après leur échec, de tirer le mouvement aux champs de la violence pour nous monter le bourrichon et se faire semblant d’être toujours dans la zone de la victimisation. Les milices ont déchiré les photos de leurs criminels afin d’accuser le mouvement d’être derrière ce fait.

· -* Pour aviver et stimuler les ennemis des Imazighen. Quelques inconnus ont écrit le nom du martyr Omar Khaleq sur le mur de la faculté pour diffamer l’image du mouvement et le clouer au pilori.

· -* ‘’Les enfants adoptifs’’ du Makhzen (Milices Sahraouis) ont été divisés en quatre bandes armées de 20 criminels par groupe pour guetter les Amazighs dans les quartiers qui avoisinent l’université (Essalam – Dakhla – Sahat Eloued…).

· -*Les militants du mouvement culture amazigh sont victimes de provocations durant trois semaines précédentes. Les militantes sont menacées de viol. Malgré tout cela les militants Amazighs ont choisi, par leur conscience de ne pas réagir violemment.

· -* « Les étudiants Sahraouis », parasitent les activités intellectuelles/culturelles du MCA, en intimidant les militants par des menaces.

· -* Menacer les Amazighophones de mort et les évacuer de la cité universitaire.

· -* La nuit du Mercredi 16 Mai 2018 un militant a échappé aux poursuites d’une bande armée de 12 personnes.

· -* La nuit du jeudi 17 Mai, les soi-disant (Étudiants Sahraouis) ont accompli une attaque contre le MCA dans « Sahat Eloued « , par des pierres ce qui a causé des blessures de six militants.

· -* Pour ne pas tomber dans l’abîme de la violence et pour que les examens passent dans une ambiance favorable, les militants ont quitté la faculté le vendredi 18 Mai, à l’exception des étudiants inscrits dans la branche des études Amazighes, qui auront des examens ce même jour.

· -* En coïncidence avec cela, cette bande a entrepris d’affluer vers la faculté des lettres, en persécutant et inspectant les étudiants de la branche mentionnée ci-dessus, et parmi eux les militant(e)s du MCA, victimes de vol et de menaces de viol.

· -* Au soir, ce gang a empêché les étudiants de passer leurs examens, cette fois-ci dans la faculté des droits.

· -* La nuit du vendredi 18 Mai, (les étudiants Sahraouis) complotés avec ce qu’on appelait (La voie démocratique et basiste-86), ont déclaré qu’ils vont éradiquer le MCA de l’université.

· -* Après cette déclaration, ils ont entrepris de percer les chambres des étudiants Amazighophones en les vandalisant et en volé leurs propriétés.

· -* Durant toute la nuit du Vendredi, cette bande s’est mis à stocker leurs armes au milieu de la faculté (pierres, sabres, bouteille de matériaux acides et brûlants,…).

· -* Le Samedi matin (dernier jour des examens des études Amazighes. Ces criminels sont sortis de la cité universitaire, divisés en deux groupes pour entourer la faculté et s’en prendre aux militants et étudiants Amazighs.

· -* L’administration de la cité universitaire et les administrations des facultés sont au courant de tout ce qui va passer, en revanche, elles sont restées coi et sans mobilisation pour protéger les étudiants.

· -* À l’arrivée (« des étudiants Sahraouis » et les criminels de « VDB ») à la faculté, ils se sont mis à lancer des pierres partout. Cela a duré une heure. Pendant cette attaque les étudiants Amazighs sont restés dans les salles en fermant les portes par effroi.

· -* Après cette attaque, les étudiants Amazighs ont quitté la faculté pour éviter toute sorte de drame, après avoir été blessés à cause de cette invasion barbare.

· -* Jusqu’à ce moment-là, la police n’a pas fait aucune intervention pour empêcher cette barbarie, par contre elle se mobilise pour détenir les étudiants innocents.

· -* Immédiatement, après cette attaque, la mort de l’un de ces criminels a été annoncée, en accusant le MCA d’être derrière cette acte, par des épreuves qui n’ont ni tête ni queue et par des rumeurs qui disent qu’il y avait des conflits entre le MCA et les milices Sahraouis. Mais en réalité c’est une attaque planifiée auparavant contre le MCA.

· -* À tout cela se posent des questions qui peuvent justifier le poids de complot qui vise à enrayer la roue du militantisme du MCA dans l’université.

· -* La victime est un étudiant inscrit dans la faculté des droits et il a rendu son dernier soupir au sein de la faculté des lettres ce qui pose des questions.

· -* Malgré la tension qui a connu le campus universitaire le jour du Samedi, pourquoi les forces auxiliaires ne sont pas mobilisées pour apaiser la situation, malgré qu’il n’y ait même une minute entre la faculté et le cinquième arrondissement.

· -* Pourquoi l’administration n’a pas suspendu les examens ou les reporter afin d’assurer des conditions favorables pour les passer (malgré l’avertissement lancé par les étudiants à l’administration) ?

· -* Pourquoi l’administration est restée dans son silence, sachant qu’il y a des caméras de surveillance dans les trois facultés et dans la cité universitaire qui enregistrent tout sur ces bandes criminelles.

· -* Avant la mort de leur « camarade », (les étudiants Sahraouis), ont annoncé sur Facebook qu’ils vont commettre des crimes. – Ne sont- elles pas des déclarations qui les condamnent?

· -* Dès le 10 Mai, ils annoncent sur les pages Facebook leur intention d’avoir un martyr, ce qui nous montre que ce meurtre est déjà planifié.

· -* Avant cet événement, ils disaient que le Scénario de 2016 (Assassinat de Omar Khaleq), va se reproduire.

· -* Après l’événement, les étudiants Amazighs sont interdits de mettre les pieds dans les facultés, pour passer leurs examens.

· -* Quelques étudiants ont été kidnappés après avoir tabassés par les milices Sahraouis.

· -* Avant l’événement, les malfaiteurs lancent des menaces partout. Les vidéos sur les réseaux sociaux en sont témoignage.

· -* Les militants du rif sont arrêtés par leurs publications sur Facebook. Est-ce que ces criminels vont avoir le même sort que les détenus du rif.

· -* Notre pacification est basée, non par la peur mais par notre conviction que l’université est un univers destiné au savoir et non pas une arène de batailles et de conflits meurtriers qui diffame l’image de l’université marocaine.

-* Nous réinvitons, comme on l’a déjà fait depuis 1999, les courants politiques et estudiantins de reformuler la charte d’honneur de la non-violence en but d’établir une unanimité estudiantine, forte et militante.

-* La responsabilité du Makhzen dans ce qui se passe est incontestable.

Tant que le cœur nous battra, nous militerons pour mettre le mouvement culturel Amazigh à l’abri de tout danger.

Lire Aussi...

Les Amazighs de la diaspora et leur(s) identité(s) entre revendications légitimes et dérives terroristes

Les amazighs de la diaspora, en Europe et ailleurs, n’échappent pas au problème identitaire. L’assimilation ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *