Aspects de la sécheresse au Maroc

Dr. Mohamed Chtatou

Le Maroc dépend fortement de l’agriculture, de la pêche et du tourisme, des secteurs déjà fortement touchés par le changement climatique. En outre, les ressources du pays sont soumises à des pressions croissantes. Certaines régions sont déjà menacées par des pénuries d’eau d’ici 2020 – 2040.

Pénurie d’eau : amplification du conflit mondial

La pression sur les ressources en eau est un problème mondial. Depuis 1960, les prélèvements d’eau mondiaux ont plus que doublé, passant de 1 750 milliards de mètres cubes à 4 000 milliards en 2014. [i] Au total, 17 pays abritant un quart de la population mondiale sont confrontés à un stress hydrique de base « extrêmement élevé » (consommant en moyenne 80 % ou plus de la population mondiale de leur approvisionnement en eau disponible chaque année) — en particulier pour l’agriculture irriguée, les industries et les municipalités. [ii]

Le changement climatique de la planète et la réponse humaine inadéquate pourraient aggraver la pénurie d’eau au point de forcer 700 millions de personnes cette décennie à fuir leurs foyers dans des régions aussi disparates que les régions du Maghreb, du Sahel et de la Corne de l’Afrique, le Levant et le « corridor sec » d’Amérique centrale selon les estimations de l’ONU. Ce déplacement massif serait près de 10 fois supérieur au niveau récent, historiquement élevé, des déplacements humains dus à la guerre dans le monde.

Dans ces régions, une gestion non durable de l’eau favorise les migrations, les troubles sociaux, les troubles et les conflits entre pays voisins. Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ont été touchés de manière disproportionnée par la pénurie d’eau. Sur les 17 pays du monde confrontés à un stress hydrique « extrêmement élevé », 12 se trouvent dans cette région, et sept autres pays de la région sont confrontés à un stress hydrique « élevé ».

Les conditions socio-économiques rendent également le Maghreb particulièrement vulnérable. La mauvaise gouvernance, le malaise économique et le chômage élevé des jeunes ont suscité de nombreuses protestations. Une relation étroite entre l’eau et la politique – le Maroc en 2011 et la Tunisie en 2014 ont spécifiquement inscrit le droit à l’eau dans leur constitution – ne fait qu’augmenter les chances que les problèmes de pénurie d’eau et d’équité en eau deviennent des questions politiques fondamentales. [iii]

L’Afrique du Nord, en particulier, a augmenté sa consommation d’eau – de 346 pour cent en Algérie, de 337 pour cent en Libye et de 240 pour cent en Tunisie entre 1962 et 2017. Ces trois augmentations nationales figuraient parmi les 15 plus importantes au monde.

Ces pays sont confrontés au dilemme de lutter contre la pénurie d’eau aux côtés d’un autre principal facteur d’instabilité : l’insécurité alimentaire. La dépendance du Maghreb à l’égard des importations alimentaires et sa vulnérabilité à la hausse des prix, notamment du blé, ont contribué à alimenter les mouvements de protestation. Depuis 2020, la pandémie de COVID-19 et la guerre russe en Ukraine ont fait augmenter les prix alimentaires mondiaux, l’indice des prix des céréales des Nations Unies ayant augmenté de plus de 60 pour cent en avril 2022. La principale mesure des pays pour réduire l’insécurité alimentaire a été d’augmenter la production agricole. – et pourtant, cela a nécessité une plus grande consommation d’eau, ce qui aggrave davantage l’insécurité hydrique au Maghreb. [iv]

Fréquence de périodes de sécheresse

La première cause de pénurie d’eau douce au Maroc est un manque physique d’eau douce, causé par la position du Maroc dans un climat semi-aride. Le Maroc est classé dans la catégorie des pays à pénurie d’eau douce par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies. Le rapport établit une distinction entre les pays à pénurie d’eau physique et les pays à pénurie d’eau économique, le Maroc étant un pays à pénurie d’eau physique parce que le Maroc a un climat très variable. [v]

Le manque d’eau douce au Maroc s’explique également par le changement climatique mondial, qui entraîne une diminution des précipitations plus faibles et des sécheresses plus graves. Le Maroc a déjà connu une baisse des précipitations annuelles moyennes de sept pour cent au cours des trente dernières années. L’un des effets de l’augmentation de la sécheresse et de la diminution des précipitations en général et que les aquifères risquent de ne plus pouvoir se recharger aussi rapidement, ce qui réduit leur capacité en tant que ressource renouvelable. En outre, en raison de la diminution de la recharge de l’aquifère et de l’élévation prévue du niveau de la mer, la salinité de l’aquifère pourrait augmenter jusqu’à 30 g/L1. Ce chiffre est à comparer à la salinité moyenne de la Méditerranée, qui est de 38 g/L1. [vi]

Les périodes de sécheresse au Maroc ont augmenté en fréquence et en intensité au cours des deux dernières décennies, principalement en raison du changement climatique mondial et de la pénurie d’eau dans le pays. Cette situation a entraîné des problèmes de plus en plus graves pour l’économie, l’agriculture et la sécurité alimentaire, qui affectent différemment les ménages ruraux et urbains. [vii]

La sécheresse récurrente nuit aux moyens de subsistance des agriculteurs qui dépendent de l’agriculture et de l’élevage et les pousse à migrer vers les zones urbaines à la recherche d’un emploi. Les saisons de sécheresse sont plus difficiles pour les femmes, qui sont souvent chargées d’aller chercher de l’eau à la maison, et les obligent à assumer des responsabilités ménagères supplémentaires lorsque les hommes migrent vers les zones urbaines. [viii]

Au sujet de la sécheresse dans le sud du Maroc, par exemple, Ahmed Karmaoui écrit : [ix]

‘’Ce document présente une analyse des impacts socio-économiques, physiques et biologiques de la sécheresse et de la désertification dans la vallée du Draa (sud du Maroc). Cette vallée fait partie des zones les plus désertiques, où la sécheresse est fréquente et où la désertification est la première menace environnementale dans la région. Plus de 70 % de la population locale dépend du secteur agricole, qui est vulnérable à la sécheresse et à la désertification. L’importance et la complexité des défis (écologiques, sociaux et économiques) ont fait naître le besoin d’études plus approfondies sur ce sujet. Un ensemble de variables et de variables communes de la sécheresse et de la désertification peut aider à comprendre leurs impacts sur le bien-être et leurs relations. Les résultats peuvent être utilisés pour fournir des informations afin de réduire les risques associés. Les principaux résultats montrent que la zone étudiée souffre actuellement d’une sécheresse suivie d’une désertification puis d’inondations. Les facteurs naturels et humains sont tous deux à l’origine de la désertification. L’étude indique également un lien très fort entre la désertification et la sécheresse, ce qui est en accord avec plusieurs études dans le monde.’’

Le changement climatique au Maroc

Les sécheresses au Maroc augmentent en fréquence et en intensité. [x] Associée au changement climatique mondial, cette tendance sera probablement plus évidente à l’avenir. Les dégâts causés par la sécheresse au secteur agricole affectent à la fois les moyens de subsistance ruraux et l’économie nationale dans son ensemble. [xi]

Les événements climatiques atmosphériques récurrents, connus sous le nom de l’oscillation australe El Niño (El Niño Southern Oscillation -ENSO-), [xii] pourraient encore aggraver cette situation. L’ENSO a eu des impacts limités sur les sécheresses de 2015-2016 au Maroc, mais d’autres phénomènes climatiques tels que, en particulier, l’oscillation nord-atlantique (North Atlantic Oscillation -NAO-) [xiii] et l’oscillation méditerranéenne (Mediterranean Oscillation -MO-), [xiv] ont eu des impacts plus importants.

La variabilité accrue du climat entraîne des sécheresses plus graves, qui nuisent au bétail et aux cultures pluviales. De plus, les températures moyennes au Maroc augmentent et les précipitations deviennent plus sporadiques, affectant davantage certaines régions du pays que d’autres. [xv]

Les activités agricoles et agroalimentaires génèrent plus de 30 pour cent de l’emploi au Maroc. Le secteur agricole produit également 20 pour cent du PIB et 35 pour cent des exportations. Les cultures pluviales, comme le blé, [xvi] sont essentielles à la sécurité alimentaire nationale et à la survie du bétail, mais elles sont également les plus affectées par la variabilité climatique. En tant que telle, l’augmentation des sécheresses représente un « passif éventuel » pour l’économie marocaine. Cela a un impact sur la balance commerciale du Maroc, car les exportations agricoles diminuent et les importations de produits alimentaires et fourragers augmentent pour répondre à l’augmentation de la demande intérieure.

Au sujet de la sécurité alimentaire, Fellah Trade écrit : [xvii]

‘’Au Maroc, la sécurité alimentaire est une priorité qui retient une attention particulière de la part du gouvernement et des acteurs de la société. En effet, le pays connaît une croissance rapide de la population, une urbanisation accélérée, une dégradation des ressources naturelles et un réchauffement climatique avec des évènements extrêmes ce qui exerce une pression croissante sur les systèmes alimentaires et les rend plus vulnérables aux chocs économiques, environnementaux et sociopolitiques.

Face à ces défis, le gouvernement marocain a mis en place une stratégie d’agriculture intelligente face au climat, axée sur des pratiques agricoles durables et un système de développement territorial inclusif. Ce qui implique la promotion de cultures durables, l’amélioration de l’efficacité des systèmes d’irrigation, le renforcement de la gestion des ressources naturelles et la création des emplois verts.

Ainsi, depuis plusieurs années, le Maroc a fait des progrès significatifs en matière de sécurité alimentaire. Selon l’Indice de la faim dans le monde de 2019, le Maroc se classe au 45ème rang sur 117 pays, ce qui représente une amélioration de 16 places par rapport à 2008. Le pays a également adopté le Programme National de Nutrition en Afrique, visant à garantir une alimentation saine et nutritive pour tous.’’

Actuellement, le gouvernement mène d’importants programmes de surveillance et d’assurance récolte, mais il est possible de faire davantage pour partager l’information et renforcer la coordination intergouvernementale et interinstitutionnelle, en particulier avec les autorités au niveau des bassins fluviaux.

Déficit pluviométrique annuel

Le Maroc connaît des déficits pluviométriques annuels depuis 2015, entraînant un faible ruissellement, une réduction de l’approvisionnement en eau des barrages et une diminution de la recharge des eaux souterraines. Dans les régions où la demande dépend exclusivement des systèmes d’approvisionnement locaux, les années de sécheresse successives ont provoqué des pénuries chroniques. Selon le World Resources Institute (WRI), le Maroc se classe au 22ème rang des pays les plus exposés au risque de pénurie d’eau. La quantité d’eau par habitant au Maroc est actuellement de 606 m3, contre 2 560 m3 dans les années 1960, selon le ministère de l’Equipement et de l’Eau, ce ratio devrait baisser à 500 m3/habitant/an d’ici 2030. [xviii]

La Direction Générale de l’Hydraulique, au sein du ministère de l’Equipement et de l’Eau, détermine les priorités gouvernementales et investit dans de grands projets d’infrastructures dans le secteur comme des barrages, des canalisations et des systèmes de canaux. L’ONEE (Office National de l’Électricité et de l’Eau) est le service public national d’eau et d’électricité et la société qui investit dans les grands projets stratégiques et structurels d’eau potable et d’assainissement. Entreprise publique, l’ONEE administre également couramment les appels d’offres publics pour le secteur. Outre le rôle de l’ONEE dans le secteur de l’eau, des entreprises privées de Rabat, Casablanca et Tanger sont responsables de l’approvisionnement et de la distribution de l’eau potable. [xix]

Pour reconstruire et restaurer la disponibilité de l’eau à travers le pays, le Maroc a mis en œuvre un « Plan National de l’Eau 2020-2050 [xx] » (PNE) en 2020, [xxi] définissant un plan d’action ambitieux pour investir près de 40 milliards de dollars dans le secteur de l’eau. En mai 2022, le Roi Mohammed VI a donné des instructions pour allouer un budget supplémentaire en soutien au Programme National d’Approvisionnement en Eau Potable et d’Irrigation 2020-2027 (un sous-ensemble du Plan National de l’Eau). [xxii]

Au sujet de la pénurie d’eau au Maroc, Cristina Novo a écrit : [xxiii]

‘’La diminution des ressources en eau au Maroc est imputée à des facteurs environnementaux, ainsi qu’à l’augmentation de la demande et à la surexploitation des eaux souterraines pour l’irrigation. Un rapport de 2020 de l’Institut marocain d’analyse politique, rédigé par Amal Ennabih, indique que les politiques d’irrigation sont l’une des causes des problèmes de pénurie d’eau, car l’irrigation consomme environ 80 % de l’eau dans le pays.

Le ministre Baraka a souligné la nécessité d’améliorer l’efficacité de l’eau pour répondre aux besoins en eau du pays face au changement climatique. Il a indiqué que le Maroc est passé de la pénurie d’eau à un stress hydrique extrême et qu’il perdra 30 % de ses ressources en eau par an d’ici 2050.’’

Défis

La sécheresse et la hausse des prix alimentaires sont les deux principales crises auxquelles les hommes et les femmes accordent la priorité. Ces deux impacts constituent les crises les plus importantes dans leurs communautés.

Les pertes de revenus et de moyens de subsistance constituent les plus grands défis. En raison de la sécheresse, la capacité des agriculteurs à dépendre de l’agriculture comme source de revenus diminue. Les membres masculins des communautés rurales qui considéraient autrefois l’agriculture comme leur principale source de revenus ont décidé de migrer vers les zones urbaines à la recherche d’emplois temporaires ou permanents. [xxiv]

Les femmes sont les plus touchées pendant la saison de sécheresse. La sécheresse et le manque d’eau, combinés à la migration des hommes vers les zones urbaines, affectent le rôle des femmes dans le foyer. Les femmes sont principalement chargées d’aller chercher l’eau, et la sécheresse rend l’accès à l’eau difficile. De plus, avec la migration des hommes vers les zones urbaines, les femmes assument davantage de responsabilités en plus de leurs tâches quotidiennes existantes, ce qui les place dans des circonstances très accablantes.

En raison de la sécheresse et du coût de l’énergie, les agriculteurs abandonnent leurs cultures. Les informateurs clés rapportent également que les zones les plus touchées sont celles où les moyens de subsistance agricoles reposent sur l’agriculture pluviale. Les agriculteurs et les éleveurs résidant dans les montagnes sont confrontés à une réduction significative de leurs revenus en raison des défis économiques et de la hausse des prix.

Les agriculteurs ont progressivement cessé d’utiliser des semences/semis/cultures locales, dans le but d’obtenir un rendement plus élevé en utilisant des produits étrangers qui ont montré une faible résilience au climat et aux conditions météorologiques marocaines.

Les défis globaux en matière d’agriculture et de moyens de subsistance affectent la sécurité alimentaire ; les femmes et les hommes interrogés ont donné la priorité à l’alimentation et à la nutrition comme étant le deuxième impact le plus important, après les moyens de subsistance. Les prix des produits alimentaires ont augmenté avec un taux d’inflation alimentaire de 15 % en juin 2022 par rapport au même mois en 2021. [xxv]

Les dépenses des services vétérinaires ont augmenté en raison des coûts des produits nécessaires et du carburant ; cela a poussé les éleveurs à réduire la fréquence des contrôles vétérinaires.

Les systèmes de marché liés au bétail, comme ceux de la viande, des produits laitiers, des aliments pour animaux, etc., comptent parmi les systèmes de marché les plus touchés par la sécheresse. Cela affecte les femmes, qui sont les principaux acteurs de la chaîne de valeur de l’élevage à travers la production laitière, la fourniture de fourrage/aliments pour animaux, le nettoyage et parfois le pâturage sur le terrain. [xxvi]

La consommation d’eau est réduite en raison des dépenses élevées d’irrigation et la rareté de l’eau pousse souvent les agriculteurs à pomper davantage d’eau souterraine.

Les gens utilisent moins d’eau même s’ils savent que cela signifie que leurs récoltes seront moindres. Sur le marché actuel, ils ne peuvent pas couvrir les coûts de l’irrigation même s’ils sont en mesure de vendre leurs récoltes plus tard. Le coût de production élevé et le pouvoir d’achat limité réduisent directement la quantité de nourriture que les agriculteurs peuvent produire. [xxvii]

Dans certains cas, la pénurie d’eau oblige les agriculteurs à pomper davantage d’eau souterraine pour irriguer leurs cultures. On ne sait pas exactement quelles implications cela aura sur les conséquences du changement climatique et sur les solutions et l’adaptation durables à long terme. Dans certains cas, le pompage de l’eau grâce à des énergies renouvelables à l’aide de panneaux solaires permet aux agriculteurs de pomper au-delà de leurs besoins réels et d’épuiser considérablement les eaux souterraines. [xxviii]

Opportunités

Le financement du Plan National de l’Eau (PNE) et de son sous-ensemble, le Programme National pour l’Approvisionnement en Eau Potable et l’Irrigation (PNAEPI : 2020-2027), [xxix] a été approuvé en janvier 2020. Le PNAEPI, couvrant la période 2020-2027 avec un budget de 11 milliards de dollars, tente de réduire les impacts climatiques et garantir la sécurité de l’eau à travers :

  • La construction de 20 barrages, d’une capacité totale de 5,38 milliards de mètres cubes. Jusqu’à présent, cinq grands barrages ont été lancés pour un coût total de 658 millions de dollars. Le Maroc compte 149 grands barrages d’une capacité totale de 19,1 milliards de m3 et 137 petits/moyens barrages.
  • La recherche de nouvelles eaux souterraines pour renforcer l’approvisionnement en eau potable (la Direction de la Recherche et de la Planification de l’Eau (DRPE) [xxx] s’est engagé à financer 80 millions de dollars tandis que l’ONEE apportera une contribution de 56 millions de dollars).
  • La construction de trois nouvelles stations de dessalement pour une capacité de production totale de 243 300 m3/jour. La construction de l’usine de dessalement de Casablanca débutera d’ici fin 2023 avec pour objectif d’être opérationnelle d’ici 2027.
  • Un projet d’aménagement hydro-agricole visant à sauvegarder la plaine du Saiss à travers la construction d’un canal et d’un réseau de transfert des eaux du barrage de Mdez.
  • Garantir l’approvisionnement en eau potable dans les zones rurales en veillant à ce que 160 centres d’eau potable soient entièrement équipés et en modernisant 659 centres supplémentaires pour approvisionner environ 1,2 million d’habitants. L’accès à l’eau potable en milieu rural atteint 98,5% pour les infrastructures et les bâtiments alors que les branchements individuels ne dépassent pas 44%.
  • Mettre en œuvre le plan de réutilisation des eaux usées pour l’irrigation des espaces verts, qui comprend le traitement et la réutilisation des eaux usées dans 128 villes et centres urbains, ainsi que le raccordement de plus de 1 200 zones rurales aux réseaux d’eaux usées.

Une deuxième phase d’investissement est une extension du Programme National pour l’Approvisionnement en Eau Potable et l’Irrigation (PNAEPI : 2020-2027) qui se concentrera sur la gestion, le traitement et le stockage de l’eau. Ce plan se concentrera sur l’amélioration de l’approvisionnement en eau à travers :

  • La construction de barrages : construire 50 grands barrages, visant à augmenter la capacité de stockage à 32 milliards de mètres cubes d’ici 2050 ;
  • Le raccordement des bassins hydrauliques : Les projets de transfert d’eau entre bassins sont essentiels pour garantir une gestion flexible et intégrée de l’eau entre les zones aux ressources en eau abondantes (au nord du Maroc) et les zones moins abondantes (l’intérieur et le sud du Maroc). Interconnexion entre les bassins du Sebou et du Bouregreg, comme début ;
  • Le dessalement de l’eau de mer ;
  • L’intégration de tous les centres ruraux dans un système structuré d’approvisionnement en eau potable ;
  • La fourniture des ressources en eau nécessaires au développement d’une agriculture durable ; et
  • La préservation des écosystèmes et la lutte contre la pollution.

Rareté des ressources au Maroc

En 2008, le Maroc a lancé son Plan Maroc Vert pour stimuler la production alimentaire, notamment en développant les chaînes d’approvisionnement de production et en mécanisant l’agriculture. La production alimentaire a augmenté et le nombre de Marocains sous-alimentés est passé de 1,8 million à 1,3 million en 2019, soit une baisse de près de 25 pour cent. Alors que le Plan Maroc Vert [xxxi] se concentrait sur les changements structurels de l’approvisionnement alimentaire, un nouveau plan, Génération Verte 2020-2030, met l’accent sur le développement humain dans les régions rurales, notamment la création de richesse individuelle, la diversification des opportunités d’emploi et la promotion de l’entrepreneuriat. Il vise également à moderniser et à diversifier le développement agricole traditionnel. [xxxii]

Cette nouvelle focalisation sur le développement humain est une réponse aux gains inégaux du Plan Maroc Vert. Les grandes exploitations industrielles sont responsables d’une grande partie du développement agricole, tandis que les régions agricoles plus petites et plus pauvres ont connu une croissance plus lente et une baisse des investissements. L’accent mis par le Maroc sur l’agriculture d’exportation a également réduit la superficie des terres consacrées aux céréales, le rendant ainsi plus dépendant des importations étrangères.

Comme le montre la guerre en Ukraine, cette dépendance augmente l’exposition du Maroc aux chocs de prix extérieurs. Environ 12 pour cent de la population vit légèrement au-dessus du seuil de pauvreté, [xxxiii] tandis que les ménages de la classe moyenne consacrent encore environ 40 pour cent de leurs revenus à l’alimentation. Ces statistiques suggèrent que même des chocs de prix marginaux pourraient avoir des effets dramatiques sur la consommation des ménages. Jusqu’à présent, les subventions gouvernementales ont protégé les citoyens du plein impact de la hausse des prix alimentaires, mais cette tactique ne peut pas être maintenue à long terme.

Compte tenu de la menace persistante d’augmentation des prix alimentaires pour la stabilité intérieure, le pays a pris peu de mesures de croissance pour atténuer la menace de pénurie d’eau, qui a longtemps été considérée comme un jeu à somme nulle pour la production alimentaire. Le Plan Génération Verte a mis en avant les ressources en eau et la dégradation de l’environnement comme des questions centrales, mais elles restent clairement secondaires par rapport au développement agricole.

Le Conseil Economique, Social et Environnemental -CESE-, affilié au gouvernement, a mis en exergue des études selon lesquelles les habitudes actuelles de consommation d’eau, associées aux effets du changement climatique, pourraient contribuer à une perte de 80 pour cent de toutes les ressources en eau au Maroc d’ici 2045. [xxxiv] Le conseil souligne une menace posée par l’épuisement rapide des aquifères souterrains, que le Maroc a largement exploités pour son expansion agricole. Les aquifères ont baissé de façon alarmante et leur eau a été dégradée par l’intrusion d’eau de mer, la pollution par les nitrates (provenant des engrais ou des eaux usées) et l’augmentation naturelle de la salinité. Compte tenu de la lenteur de la recharge de ces aquifères, leur épuisement et leur dégradation auront de graves conséquences sur la stabilité socio-économique du Maroc.

Concernant l’état de l’eau au Maroc Le Conseil Economique, Social et Environnemental -CESE- a écrit dans un rapport intitulé : ‘’ La gouvernance par la gestion intégrée des ressources en eau au Maroc : Levier fondamental de développement durable’’ : [xxxv]

‘’ L’économie du Maroc demeure résolument rythmée par les fluctuations de l’activité agricole, plutôt croissante malgré des bilans pluviométriques annuels contrastés. Il est à noter que le bilan pluviométrique national est caractérisé par une forte variabilité spatiale ; certaines régions (du nord-ouest notamment) enregistrent une pluviométrie normale très excédentaire alors que d’autres régions (du sud et du sud-est notamment) connaissent régulièrement une situation pluviométrique déficitaire. Ainsi les effets directs et indirects de cette denrée deviennent dès lors évidents sur les secteurs productifs et par conséquent sur le PIB du pays.

Par ailleurs, le Maroc assiste ces dernières années à une accentuation de la pression sur les ressources en eau en raison de la conjugaison de plusieurs facteurs dont :

    • les habitudes de consommation des RE peu économes voire déraisonnées dans certains cas;
    • les modes d’exploitation utilisés des RE et qui sont rendus parfois agressifs par les avancées techniques et technologiques qui peuvent impacter irréversiblement voire anéantir complètement des écosystèmes entiers ;
    • une croissance non gérée de la population urbaine et périurbaine ce qui rend complexe les processus de collecte, d’évacuation et d’élimination des déchets ménagers et assimilés qui se retrouvent souvent évacués dans des décharges sauvages et dans les cours d’eau ;
    • les autres formes de pollution engendrée par l’activité de l’Homme, et notamment dans les secteurs productifs.’’

Projections de changement climatique pour le Maroc

Les effets du changement climatique sont de plus en plus présents au Maroc, identifié comme pays très vulnérable par le 4ème rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies. [xxxvi] Les régions marocaines sont touchées par la sécheresse, l’augmentation des températures moyennes, les vagues de chaleur, l’évolution des régimes pluviométriques, les précipitations extrêmes, les inondations et l’élévation du niveau de la mer.

Depuis les années 1960, une augmentation de 1°C a été observée sur l’ensemble du pays et les projections montrent une augmentation de 1 à 1,5° jusqu’en 2050. Parallèlement aux changements de température, la couverture neigeuse des montagnes va encore diminuer. Les précipitations sont devenues plus irrégulières et ont diminué de 3 à 30 % dans différentes régions. [xxxvii]

Le schéma saisonnier a également changé avec une augmentation des précipitations – des pluies plus longues et intenses – en octobre et novembre, provoquant souvent des inondations et des réductions substantielles pendant le reste de l’année. Les périodes sèches se sont allongées, notamment à la fin de la saison des pluies. Les précipitations annuelles continueront de baisser au cours du XXIe siècle et affecteront de grandes parties du pays. [xxxviii]

Les projections montrent une diminution des précipitations moyennes de 10 à 20% à travers le pays, avec une diminution de 30% pour la région saharienne d’ici 2100. Les périodes sèches s’étendront également sur 5 jours d’ici 2100. Les événements météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur, les précipitations extrêmes, les inondations et les sécheresses sont devenus plus fréquents et plus graves. [xxxix]

Au Maroc, la sécheresse s’est produite une fois tous les cinq ans avant 1990, mais une fois tous les deux ans de 1990 à 2000. [xl] On s’attend à ce que les vagues de chaleur durent 26 jours de plus en 2100. Enfin, du fait de nombreux changements climatiques, le niveau de la mer pourrait monter de 18 à 59 cm avant la fin du siècle (GIEC). Deux tiers des plages marocaines sont déjà menacés par l’érosion et les risques de tempêtes le long du littoral augmentent.

Ces changements climatiques ont déjà des impacts importants sur les systèmes naturels, humains et économiques du Maroc. Les ressources en eau sont particulièrement soumises à une pression croissante. Des pénuries d’eau sont attendues d’ici 2020 et 2050 dans certaines régions du Sud.

Au sujet de la gestion du phénomène de sécheresse cyclique au Maroc USAID et International Water Management Institute -IWMI- écrivent : [xli]

‘’Depuis le milieu des années 1990, le gouvernement marocain s’efforce sérieusement de s’éloigner d’une approche de réponse à la crise à une approche de gestion des risques de sécheresse. Cependant, les politiques publiques n’ont pas encore pris en compte la vulnérabilité spécifique des communautés rurales en période de sécheresse. Environ la moitié de la population marocaine vit dans des zones rurales, et deux ruraux sur trois travaillent dans l’agriculture dans l’agriculture ou l’agro-industrie. Les effets néfastes de la sécheresse sur l’emploi peuvent avoir des conséquences redoutables pour les familles et les communautés.

Les interventions en cas de sécheresse sont contrôlées par des lignes directrices et des stratégies juridiques prédéfinies. Celles-ci définissent les conditions qui requièrent une déclaration officielle de la sécheresse, et définissent clairement les actions à prendre dans différentes situations, avec des responsabilités pour les agences gouvernementales nationales et les autorités locales des bassins hydrographiques. Difficultés liées à la déclaration des sécheresses, les limites imposées au partage d’informations avant que la situation de crise ne soit atteinte, et d’autres complexités dans la gestion de la sécheresse permettent d’améliorer et d’actualiser les systèmes de soutien.’’

Conclusion

Selon les estimations des Nations unies, l’évolution du climat de la planète et la réponse inadéquate de l’homme pourraient aggraver la pénurie d’eau au point de forcer 700 millions de personnes à fuir leur foyer au cours de cette décennie dans des régions aussi disparates que le Maghreb, le Sahel et la Corne de l’Afrique, le Levant et le « corridor sec » de l’Amérique centrale. Ces déplacements massifs représenteraient près de dix fois le niveau récent, historiquement élevé, des déplacements humains dus à la guerre dans le monde.

Le Maroc est un des pays du monde les plus touchés par le stress hydrique. La pénurie d’eau impose des contraintes économiques importantes, qui devraient s’aggraver à mesure que le pays s’approche du seuil absolu de 500 mètres cubes d’eau par personne et par an d’ici à 2030. Le changement climatique est susceptible d’avoir des effets cumulatifs et en cascade sur la sécurité de l’eau au Maroc. [xlii]

Le Maroc a pris d’importantes mesures positives en matière de gestion des risques de sécheresse au cours des dernières décennies, mais des améliorations semblent encore possibles. Des efforts d’investissement importants dans le stockage des eaux de surface et la mobilisation de 73 installations, ainsi qu’une disponibilité importante d’eaux souterraines renouvelables, devraient permettre de sécuriser des ressources en eau suffisamment importantes pour répondre aux besoins de sa population, un développement harmonieux des différents secteurs de l’économie et contribuer de manière significative à sa sécurité alimentaire. [xliii]

Le Maroc a peut-être mieux géré ce dilemme que nombre de ses voisins, en améliorant considérablement sa sécurité alimentaire et économique grâce au développement agricole, tout en augmentant ses prélèvements d’eau de seulement 12 pour cent depuis 1977. Pourtant, le Maroc s’attend désormais à atteindre une « pénurie absolue d’eau » (ayant moins de 500 mètres cubes par personne et par an) d’ici 2030. Et si le Maroc a été moins confronté aux protestations de masse ou aux bouleversements intérieurs de ses voisins nord-africains, il a été témoin de soi-disant manifestations de la soif, déclenchées par les coupures d’eau dans le sud. [xliv]

Si le Maroc est à la fois l’un des pays les plus stables politiquement de la région et l’un des plus efficaces dans la gestion de ses ressources en eau, alors ses succès, ses échecs et ses perspectives fournissent une base précieuse pour évaluer l’avenir de l’Afrique du Nord en matière de pénurie d’eau, l’insécurité alimentaire et l’instabilité politique.

Toutefois, pour la Banque mondiale, le Maroc est appelé à développer un plan national de sècheresse bien qu’en réalité beaucoup d’éléments de ce plan sont déjà en application : [xlv]

‘’Le Maroc ne dispose actuellement pas d’une politique ou d’une stratégie nationale globale de gestion de la sécheresse, même si de nombreux éléments de base et instruments potentiels pour sa mise en œuvre sont déjà en place. D’autres, cependant, font encore défaut, tout comme un mécanisme de coordination institutionnelle bien défini. Ce serait, donc utile que le gouvernement développe une telle politique ou stratégie en consultation avec les principaux acteurs publics et les acteurs du secteur privé, y compris aux niveaux régional (par exemple, bassin fluvial) et local dans ces secteurs et les zones géographiques qui ont historiquement été les plus touchées par des sécheresses récurrentes. Ce processus, qui devrait être de nature participative, pourrait s’appuyer sur l’expérience historique du pays en matière de gestion de la sécheresse, mais aussi être informé des leçons de l’expérience et des bonnes pratiques démontrées ailleurs dans la région et à l’international.’’

Notes de fin de texte :

[i] Richie, Hannah & Max Roser. (2015). Water Use and Stress. How much water do we use? How did it change over time? Our World in Data. https://ourworldindata.org/water-use-stress#global-freshwater-use

[ii] UNICEF. Water Scarcity. https://www.unicef.org/wash/water-scarcity

[iii] Naciry, Hassan. (2017, juillet). La gestion de l’eau au Maroc. Konrad-Adenauer-Stiftung. https://www.kas.de/c/document_library/get_file?uuid=a6f2547e-7301-6a23-b8c2-594a0542e6e1&groupId=252038

[iv] Sadeq, Houria Tazi. (2020).  Water governance in a context of scarcity. Field Actions Science Reports, Special Issue 22. http://journals.openedition.org/factsreports/6257

[v] Bregaglio, Simone; Nicolo Frasso; Valentina Pagani; Tommaso Stella; Caterina Francone; Giovanni Cappelli; Marco Acutis; Riad Balaghi; Hassan Ouabbou; Livia Paleari & Roberto Confalonieri. (2014, April 4). New Multi-Model Appraoch Gives Good Estimations of Wheat Yield Under Semi-Arid Climate in Morocco. Agronomy for Sustainable Development, 35, 157-167. https://doi.org/10.1007/s13593-014-0225-6

[vi] Science Learning Hub. (2010, June 3). Ocean Salinity. https://www.sciencelearn.org.nz/resources/686-ocean-salinity

[vii] Agoumi, A. (2003). Vulnerability of North African Countries to Climatic Changes: Adaptation and Implementation Strategies for Climate Change. Winnipeg : International Institute for Sustainable Development.

[viii] Balaghi R.; Jlibene M. & Mrabet R. (2007). Gestion du risque de sécheresse agricole au Maroc. Sécheresse, 18(3), 1-8.

[ix] Karmaoui, A. (2019). Drought and desertification in Moroccan Pre-Sahara, Draa valleys: Exploring from the perspective of young people. Geoenvironmental Disasters, 6(1), 1-13. https://doi.org/10.1186/s40677-019-0118-8

[x] Benassi M. (2008). Drought and Climate Change in Morocco: Analysis of Precipitation Field and Water Supply. Options Méditerranéennes, Serie A 80, 83-86.

[xi] Tekken, Vera & Jurgen P. Kropp. ( 2012, December 3). “Climate-Driven or Human-Induced: Indicating Severe Water Scarcity in the Moulouya River Basin (Morocco)”. Water, 4, 959-982, https://doi.org/10.3390

[xii] El Niño – Oscillation australe, ou ENSO, est un phénomène climatique et océanographique reliant le phénomène climatique El Niño et l’oscillation australe de la pression atmosphérique.

[xiii] L’oscillation nord-atlantique (ONA) désigne un phénomène touchant le système climatique du nord de l’océan Atlantique. L’ONA décrit les variations du régime océan-atmosphère sur la région et se mesure généralement comme la différence de pression atmosphérique entre l’anticyclone des Açores et la dépression d’Islande.

[xiv] L’oscillation de la Méditerranée occidentale (WeMO ou WeMOi) est un indice mesurant la différence entre la pression atmosphérique normalisée enregistrée à Padoue (45,40◦N, 11,48◦E) dans le nord de l’Italie, et San Fernando, Cadix (36. 28◦N, 6.12◦W) dans le sud-ouest de l’Espagne. Alors que Padoue est une zone avec une variabilité barométrique relativement élevée due à l’influence de l’anticyclone d’Europe centrale, San Fernando est souvent sous l’influence de l’anticyclone des Açores.

[xv] Tramblay, Y.; W. Badi; F. Driouech, S. El; L. Neppel & E. Servat. (2012). Climate Change Impacts on Extreme Precipitation in Morocco. Global and Planetary Change, 82-83, 104-114.

[xvi] Balaghi, R.; B. Tychon; H. Eerens & M. Jibene. (2008). Empirical Regression Models Using NDVI, Rainfall and Temperature Data for Early Prediction of What Grain Yields in Morocco. International Journal of Applied Earth Observation and Geoinformation, 10(4), 438–452.

[xvii] Fellah Trade. (2023, 2 mai). La sécurité alimentaire au Maroc. https://www.fellah-trade.com/fr/actualites-maroc/article/17711,la-securite-alimentaire-au-maroc

[xviii] Finance News. (2023, 31 janvier). Ressources hydriques: Ça craint !. https://fnh.ma/article/actualite-economique/ressources-hydriques-ca-craint

[xix] Alaoui, M. (2013). Water Sector in Morocco: Situation and Perspectives. Journal of Water Resources and Ocean Science, 2(5), 108-114.

[xx] Le nouveau Plan National de l’Eau 2020-2050 doit mettre à l’abri le Maroc sur les effets des changements climatiques et leur impact sur le développement socio-économique du Maroc par :

  • La réalisation de nouveaux barrages ;
  • Le transfert des ressources du Nord vers le Sud ;
  • La réalisation de stations de dessalement pour garantir l’alimentation en eau potable de grandes villes comme Casablanca mais également des territoires ruraux, ; et
  • Le développement de la réutilisation des eaux usées épurées en priorité pour les golfs, les espaces verts et l’industrie.

Cf. https://www.ir-bankofafrica.ma/sites/default/files/2023-03/BOA_REX_Capbleu.pdf

[xxi] Ministère de l’Equipement et de l’Eau. (2023, juin). Direction Générale de l’Hydraulique. L’hydraulique en chiffres.

[xxii] Maroc.ma. (2020). PROGRAMME NATIONAL POUR L’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE ET L’IRRIGATION (PNAEPI) 2020-2027. https://www.maroc.ma/fr/content/programme-national-pour-lapprovisionnement-en-eau-potable-et-lirrigation-pnaepi-2020-2027

[xxiii] Novo, Cristina. (2022, March 31). Drought affecting Morocco puts water supplies at risk. Smart Water Magazine. https://smartwatermagazine.com/news/smart-water-magazine/drought-affecting-morocco-puts-water-supplies-risk

[xxiv] Bassou, Abdelhak. (2016, octobre). Mobilité interne et migration : état des lieux et impacts socio-securitaires. OCP policy Center. https://www.policycenter.ma/sites/default/files/OCPPC-PP1613.pdf

[xxv] Fellah Trade. (2023, 2 mai). La sécurité alimentaire au Maroc. Op. cit.

[xxvi] Amourag, Aissa. (2022, 1 mars). Grosses menaces sur le cheptel à cause de la sécheresse. Maroc-Hebdo. https://www.maroc-hebdo.press.ma/menaces-cheptel-secheresse

[xxvii] Del Vecchio, K. & Barone S. (2018). Has Morocco’s Groundwater Policy Changed? Lessons from the Institutional Approach. Water Alternatives, 11(3), 638-662.

[xxviii] Del Vecchio, Kevin & Marcel Kuper. (2021, décembre). La mise en visibilité des eaux souterraines au Maroc : un processus historiquement lié aux politiques de développement de l’irrigation. Développement durable et territoires, 12(3). http://journals.openedition.org/developpementdurable/19675; DOI: https://doi.org/10.4000/developpementdurable.19675

[xxix] Ministère de l’Equipement et de l’Eau. (2020). Le Programme National pour l’Approvisionnement en Eau Potable et l’Irrigation (PNAEPI) 2020-2027. https://www.equipement.gov.ma/eau/Strategies-plans-programmes/Pages/PNAEPI-2020-2027.aspx

[xxx] La Direction de la Recherche et de la Planification de l’Eau (DRPE) procède régulièrement à l’évaluation de la qualité de l’eau à partir du réseau de suivi de la qualité des ressources en eau superficielles et souterraines à l’échelle nationale et par bassin. Ce réseau qui a été mis en place progressivement depuis les années 80 a subi plusieurs modifications pour optimiser et améliorer la représentativité des points de prélèvements quant à l’évaluation de la qualité de l’eau.

Objectifs du réseau de suivi de la qualité de l’eau

  • Etablir régulièrement une situation de la qualité des ressources en eau ;
  • Préciser les tendances de l’évolution de la qualité de l’eau ;
  • Mesurer les impacts sur les ressources en eau des principales sources de pollution ;
  • Orienter un programme d’action pour la protection des ressources en eau ;
  • Délimiter et cartographier les zones à risques et élaborer des solutions adéquates pour ces zones ;
  • Suivre les performances des différentes stations d’épuration.

Cf. https://www.equipement.gov.ma/eau/patrimoine/Reseaux-mesure/Pages/reseau-qualite.aspx

[xxxi] Ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. (2008). Plan Maroc Vert. https://www.agriculture.gov.ma/fr/data-agri/plan-maroc-vert

[xxxii] Ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. (2020). Génération Green 2020-2030. https://www.agriculture.gov.ma/fr/ministere/generation-green-2020-2030

[xxxiii] Observatoire National du Développement Humain. (2021). DYNAMIQUES DES NIVEAUX DE VIE ET DE LA PAUVRETE AU MAROC : UNE ANALYSE LONGITUDINALE. https://www.ondh.ma/sites/default/files/2021-11/Dynamique_pauvret%C3%A9_24%20nov%202021.pdf

[xxxiv] Conseil Economique, Social et Environnemental -CESE-.  (2014). La gouvernance par la gestion intégrée des ressources en eau au Maroc : Levier fondamental de développement durable. Rabat : CESE. https://www.cese.ma/media/2020/10/Rapport-Gouvernance-des-ressources-en-eau.pdf

[xxxv] Ibid.

[xxxvi] Le quatrième rapport d’évaluation du GIEC (Fourth Assessment Report, AR4) du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), rédigé en 2007, présente une évaluation des informations scientifiques et socio-économiques disponibles sur le changement climatique. Il sera suivi du cinquième rapport d’évaluation en 2014. Les principales conclusions du rapport sont les suivantes : « le réchauffement du système climatique est sans équivoque » et « la majeure partie de l’augmentation observée des températures moyennes mondiales depuis le milieu du xxe siècle est très probablement due à l’augmentation observée des concentrations anthropiques de gaz à effet de serre ».

Cf. Pachauri, Rajendra K. & Andy Reisinger. (2007). IPCC AR4 SYRChangements climatiques 2007 : Rapport de synthèse. Cambridge : Cambridge University Press.

[xxxvii] Driouech. (2009). Distribution des précipitations hivernales sur le Maroc dans le cadre d’un changement climatique : descente d’échelle et incertitudes. Thèse de doctorat. Université de Toulouse. France. 164p. http://ethesis.inp-toulouse.fr/archive/00001300/01/driouech.pdf

[xxxviii] Esper, J.; D. Frank; U. Buntgen; A. Verstege; J. Luterbacher & E. Xoplaki. (2007). Long-term Drought Severity Variations in Morocco. Geophysical Research Letters, 34(17); L17702. doi:10.1029/ 2007GL030844

[xxxix] Karmaoui, A.; I. Ifaadassan; A. Babqiqi; M. Messouli & M.Y. Khebiza. (2015b). Analysis of the water supply-demand relationship in the middle Draa Valley, Morocco, under Climate change and socio-economic scenarios. Journal of Scientific Research & Reports, 9. https://doi.org/10.9734/JSRR/2016/21536.

[xl] Chbouki, N.; C. W. Stockton & D. E. Myers. (1995). Spatial-temporal patterns of drought in Morocco. International Journal of Climatology, 15(2), 187-205.

[xli] USAID & International Water Management Institute -IWMI-. (2022, March). Reducing the impacts of drought in Morocco. How the MENAdrought project is supporting Morocco to enhance its water and food security. https://menadrought.iwmi.org/wp-content/uploads/sites/44/2022/03/menadrought-project-morocco-country-profile.pdf

[xlii] Ennabih, Amal. (2024, January 10). Managing Water Scarcity. MIPA Institute. https://mipa.institute/en/9345

[xliii] Al-Talbi, Ilhalm. (2019, December). Water shortage in the Maghreb: Morocco’s thirst revolution. Goethe-Institut/Ruya. https://www.goethe.de/prj/ruy/en/dos/wil/21718884.html

[xliv] Le Monde/AFP. (2017, 13 octobre). Dans le Sud marocain, des « manifestations de la soif » contre les pénuries d’eau. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/13/dans-le-sud-marocain-des-manifestations-de-la-soif-contre-les-penuries-d-eau_5200650_3212.html.

[xlv] Verner, Dorte; David Tréguer; John Redwood; Jens Christensen; Rachael Mcdonnell; Christine Elbert; Yasuo Konishi & Saad Belghazi. Climate Variability, Drought, and Drought Management in Morocco’s Agricultural Sector. Washington DC: World Bank.

https://documents1.worldbank.org/

Lire Aussi...

Le Rif est frondeur mais pas séparatiste

Histoire des soulèvements Depuis l’indépendance du Maroc en 1956 on ne parle du Rif que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *