Les Amazighs protestent contre la falsification des diplomates marocains de l’histoire du Royaume du Maroc

Rabat, le 01 Février 2023/2973

Son Excellence M. Nasser BOURITA,

Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Marocains résidant à l’étranger du Royaume du Maroc,

Objet : demande aux ambassadeurs d’arrêter de falsifier l’histoire du Maroc et de recruter des enseignants de la langue amazighe pour la scolarisation des enfants des citoyens marocains résidant à l’étranger

Monsieur le Ministre,

Nous sommes profondément stupéfaits que l’ambassadrice de notre royaume au Royaume d’Espagne réduit la longue histoire du Maroc à l’arrivée des conquérants « Arabes » en Afrique du Nord (1) sur la web officielle de l’ambassade, en persistant à falsifier notre riche histoire comme l’avait déjà et maladroitement soutenu l’ambassadeur Youssef Amrani lorsqu’il était destiné en Afrique du Sud (2), en réduisant l’histoire du Maroc à une courte période  de 12 siècle seulement, -lorsque la tribu amazighe des Aouraba avait offert refuge et nommé sultan Idriss Premier-,  en allant en contradiction totale de contenu du discours royal, soutenu à l’occasion de la célébration de la fête du Roi et du Peuple, du 20 août 2021, où Sa Majesté Le Roi Mohamed VI avait déclaré que : « Le Maroc est visé du fait qu’il est un Etat pleinement constitué depuis plus de douze siècles, outre une longue histoire amazighe…».

Nous vous demandons de faire votre possible pour que nos représentations diplomatiques cessent de persister à falsifier notre «mémoire collective», qui dépasse, désormais, les dynasties musulmanes, et qui s’enracine au-delà des quatre siècles de présence romano-phénicienne et des royaumes maures et rétrocédant jusqu’à la préhistoire, et en remontant jusqu’à « l’Homme d’Adrar ighoud », qui constitue pour le moment l’aïeul de toute l’humanité, depuis 315 000 ans ! Et par conséquent de les conseiller d’être fiers de notre histoire plurimillénaire qui dépasse même les 33 siècles qu’avait résumé Mohamed Chafik dans son livre et que l’historienne Halima Ghazi-Ben Maïssa résume formidablement en ces termes : « Tout le monde sait que le pays de Tamazgha (Afrique septentrionale ou Berbérie) avait connu une occupation fabuleuse de sa terre depuis l’Australopithèque jusqu’à l’homme historique en passant par l’Homo Erectus, l’Homo sapiens d’Ighoud, l’homo sapiens sapiens (auteur de la culture atérienne), le Mechti Afalou (auteur de la culture mouilahienne nommée à tort d’Ibéro-maurusienne) et le Capsien …» (3) .

Monsieur Le Ministre,

Laissez-nous vous confesser que ce n’est pas de tout normal que des ambassades accréditées au Maroc, comme celles d’Espagne, d’Allemagne, de France, des USA, du Canada, de Suisse, d’Angleterre, de Suède, de Pologne, de Finlande, de la Palestine et de l’Union Européenne… félicitent le peuple marocain pour leur nouvel an amazigh 2973 et que nos ambassadeurs à l’étranger l’ignorent complètement pour le fêter et partager la joie de sa célébration avec nos communautés résidentes à l’étranger, à l’exception bien sûr de celle de la Belgique !

Notre ambassadrice Madame Karima BENYAICH vient d’être élue présidente de la Commission permanente du Conseil diplomatique de « Casa Mediterraneo » à Alicante le week-end dernier et ça serait fort recommandable qu’elle sache que les Amazighs seraient à l’origine de la création de la civilisation méditerranéenne, avant la venue même des phéniciens, l’apparition de l’empire romain et la conquête des Arabes et des Ottomans, selon les études de l’anthropologie génétique du prestigieux immunologue espagnol Dr. Antonio Arnaiz Villena de l’Université Complutence de Madrid (4) et selon l’une des études de notre prestigieux amazighologue Mohamed Chafik (5).

Monsieur Le Ministre,

Dans son discours adressé à la Nation à l’occasion du 69e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, de ce 20 août 2022, S.M. le Roi avait rappelé la pertinente question de que ce qu’on a fait pour l’encadrement religieux et éducatif nécessaire aux plus de 5 millions de marocains à l’étranger, y compris les centaines de milliers de juifs.

Jusqu’à maintenant, et à notre connaissance, ni votre ministère, ni votre comité thématique de la commission technique dédié à l’encadrement culturel, cultuel et éducatif, ni le ministère de l’Education national, interpellé par une vingtaine d’ONG en juin dernier (6), ni le Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CCME), ni la Fondation Hassan II pour les MRE ne se sont penché à prendre des mesures ou/et élaborer des initiatives ou des projets en faveur de recruter des enseignants de langue amazighe pour les missions éducatives étrangères, en respectant la Constitution du premier juillet 2011, et la loi organique n ° 26.16. Pourtant, la majorité écrasante des citoyens marocains résidents à l’étranger sont originaires de nos régions amazighophones de Souss, du Rif, de Moyen Atlas et d’Assamer (Sud-Est), et qui ont eu, cette année écoulée, l’extraordinaire exploit de contribuer au PIB national avec plus de 100 milliards de dirhams !

Monsieur Le Ministre,

Comme vous faites partie du gouvernement d’Amghar Aziz AKHENNOUCH et selon la circulaire N° 5/2021, vous exercez le pouvoir exécutif, sous l’autorité du chef de gouvernement, nous avons le plaisir de vous rappeler ce que nous avons déjà exposé dans le courrier déposé au sein de votre ministère le 15 juin 2022, par rapports au respect des droits des Amazighs que :

-du fait que  l’article 5 de la Constitution marocaine stipule que la langue amazighe est officielle, à côté de l’arabe, depuis 2011, que la loi organique n ° 26.16, concernant la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe est adoptée depuis 2019, et que le président du gouvernement Aziz Akhannouch vient de renforcer son usage dans l’administration publique (7), nous vous prions bien d’avoir l’amabilité de prendre en compte la langue amazighe, et d’essayer de l’inclure, le plus possible, au sein de tous les programmes éducatives, projets culturels et conventions bilatérales, et plus particulièrement au sein des accords bilatérales de notre pays avec les pays européens concernant les « Enseignements de Langue et de Culture d’Origine (ELCO) », mis en œuvre sur la base d’une directive européenne du 25 juillet 1977 visant à la scolarisation des enfants des travailleurs migrants, et sachant bien que l’ONU et l’UNESCO vient de lancer officiellement à partir de Paris, le 13 décembre passé, la Décennie Internationale des langues autochtones DILA 2022-2032.

-d’intégrer l’enseignement de la langue amazighe au sein des centres scolaires et culturels qui se trouvent à l’étranger, sans oublier de penser à organiser des activités sociales, culturelles, artistiques et académiques au sein de ces centres en faveur de la promotion de la connaissance de la culture, du patrimoine matériel et immatériel, de l’histoire et civilisation amazighes.

 – de bien vouloir traduire en amazighe et d’écrire en graphie « Tifinagh » les écriteaux et les plaques de signalisation de nos diverses ambassades et départements consulaires. Sans oublier de traduire votre ministère en amazighe à côté de l’arabe (et de l’anglais) dans vos conférences de presse, comme l’a fait le porte-parole du gouvernement.

– de respecter l’identité historique de notre royaume, -et par extension de toute l’Afrique du Nord-, comme l’ont révélé au monde les exploits de l’équipe de football du Maroc au mondial de Qatar-2022, en rectifiant l’appellation discriminatoire de « Maghreb Arabe », car il est tout-à-fait incohérent de continuer à utiliser des terminologies à connotation idéologique, qui ne font que blesser profondément les sentiments, la sensibilité, l’identité et la fierté des millions des citoyens marocains (et nord-africains). En effet, il est préférable d’utiliser les termes de l’«Afrique du Nord», du « Tamazgha », ou encore du «Grand Maghreb» selon le préambule de notre constitution.

Monsieur Le ministre,

Dans l’espoir que vous preniez en compte sérieusement nos requêtes et que vous entamiez une politique volontariste contre cette discrimination raciale à l’encontre de l’histoire du Royaume du Maroc et de sa langue officielle amazighe, veuillez agréer l’expression de nos salutations distinguées.

 Signé : Rachid RAHA  – Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA)

 Notes :

(1)- http://www.embajada-marruecos.es/reino-de-marruecos/historia/

(2)- https://amadalamazigh.press.ma/fr/raha-repond-a-lambassadeur-amrani-le-maroc-shonore-par-un-passe-depassant-largement-les-12-siecles-et-remontant-jusquau-berceau-de-lhumanite/

(3)- Halima Ghazi-Ben Maïssa in Le Monde Amazigh n°66, septembre 2005.

(4)- Dr. Antonio Arnaiz Villena & Jorge Alonso García: Egipcios, Bereberes, Guanches y Vascos”, Editorial Complutense de Madrid, 2000.

(5)- Mohamed Chafik : « Les berbères, leur contribution à l’élaboration des cultures méditerranéennes », Le Monde Amazighe, no 67, décembre 2005

(6)- https://amadalamazigh.press.ma/fr/des-ong-amazighs-interpellent-le-ministre-marocain-de-leducation-nationale-sur-les-motifs-dexclusion-de-lenseignement-de-la-langue-officielle-amazighe-aux-enfants-des-mre/

(7)- https://lematin.ma/express/2023/aziz-akhannouch-integre-lamazigh-ladministration-publique/385424.html

Lire Aussi...

Signature d’une convention de partenariat entre L’IRCAM et L’Ecole Supérieure Roi Fahd de Traduction

Le mardi 16 avril 2024, au siège de l’IRCAM à Rabat, L’Ecole Supérieure Roi Fahd ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *