Crimes de guerre: l’utilisation d’armes chimiques par l’Espagne dans le nord du Maroc cause toujours des souffrances

Par | Publié Robert Miller Publié le 20 juin 2021
Révisé par Gilmore Health| Le : 24 juin 2021

Introduction

L’histoire de la guerre est aussi vieille que l’histoire de l’homme. L’homme en tant qu’animal a toujours eu des tendances à l’autodestruction. Plusieurs guerres ont menacé l’existence de l’homme et beaucoup sont encore en cours. Les conséquences immédiates de la guerre sont catastrophiques, mais ses effets perdurent pendant des générations. L’une des guerres de l’histoire qui laisse un goût amer dans la bouche des historiens est la guerre entre l’Espagne et le Rif du nord du Maroc – la guerre du Rif.

La guerre du Rif s’est déroulée au 20ème siècle entre 1921 et 1926. Ce conflit armé a opposé les tribus berbères du nord du Maroc, qui résidaient dans les régions montagneuses du Rif, à la puissance coloniale espagnole (et la France qui s’est jointe plus tard à la guerre).

Cette guerre présente un intérêt particulier en raison des nombreux crimes de guerre qui ont été commis pendant la durée de la guerre, au premier rang desquels le déploiement et l’utilisation d’armes chimiques par les forces espagnoles. Plus de 73 000 victimes ont été enregistrées dans cette guerre, des deux côtés.

Cause de la guerre

Cette guerre a débuté comme une tentative de repousser la colonisation européenne – elle a été largement couronnée de succès. En 1912, le traité de Fès a imposé un protectorat français sur le Maroc, cédant les régions du nord et du sud aux puissances espagnoles. L’armée espagnole et son économie n’ont pas pu profiter de cette opportunité en raison des effets de la première guerre mondiale jusqu’à sa fin. Après la fin de la première guerre mondiale, en 1919, les soldats espagnols ont commencé à pousser vers l’ouest à partir de Melilla, en avançant dans les montagnes du nord du Rif. Là, une coalition, qui fut plus tard dirigée par Mohammed ibn Abd Al-Karim Al-Khattabi en 1920, s’est levée pour s’y opposer. Lorsque Mohammad ibn Abd Al-Karim Al-Khattabi est devenu le chef de de la coalition, il a unifié le peuple du Rif.

Le déroulement de la guerre

La guerre a duré au total cinq (5) ans. Au cours de cette guerre, les forces rifaines ont largement réussi à repousser les forces espagnoles tout en avançant vers l’est jusqu’à atteindre Melilla (leur plus grand fort), de sorte qu’à la fin du mois d’août 1921, l’Espagne avait perdu tous les territoires qu’elle avait acquis au fil des ans.

Parmi les pertes subies par l’armée espagnole, il convient de citer ce que l’on a appelé le désastre de l’Anwal. Cette bataille a vu la perte ou la disparition d’environ 13 363 soldats et officiers espagnols. Cette défaite conduit à la déclaration par Abd Al-Karim, de la République du Rif, un État indépendant. À Melilla, la coalition a refusé d’attaquer la ville afin d’éviter les pertes civiles d’autres nationalités – une erreur coûteuse. Les forces espagnoles se regroupent en grand nombre et, à partir de là, reprennent une partie des territoires tandis que les Rifs gardent le contrôle de l’intérieur des terres. Une impasse est atteinte.

L’armée française intervient en mai 1924 aux côtés de l’Espagne. Un corps expéditionnaire d’environ 60 000 soldats bien entraînés et équipés, sous le commandement du maréchal Pétain, est appelé à rejoindre les forces de l’armée espagnole. Les forces combinées de l’alliance franco-espagnole comptant plus de 90 000 hommes, les forces du Rif étaient nettement inférieures en nombre. C’étaient les derniers jours de la guerre.

L’issue de la guerre

Les Rifains étant nettement inférieurs en nombre et en armement, il suffit de dire que la victoire devait forcément se jouer du côté de ceux qui avaient les plus gros canons. Ainsi, après une année de résistance faiblissante, Abd Al-Karim se rendit aux autorités françaises. En 1926, le Maroc espagnol était conquis et repris.

Crimes commis au cours de la guerre par les forces espagnoles

Plusieurs crimes de guerre ont été commis pendant la guerre du Rif par les forces espagnoles. Il s’agit notamment de l’exécution sommaire de civils, de viols, de castration/mutilation de prisonniers de guerre marocains, du bombardement d’enfants et de femmes et de l’utilisation d’armes chimiques.
Si ces crimes doivent être condamnés sans appel, l’utilisation d’armes chimiques a laissé au nord du Maroc d’amers souvenirs de guerre. On pense que la décision d’utiliser des armes chimiques a été motivée par leur piteuse défaite lors du désastre d’Anwal. L’armée espagnole a utilisé la chloropicrine, le gaz moutarde, le diphosgène et le phosgène malgré la signature, en 1925, du protocole de Genève qui interdit l’utilisation d’armes biologiques et chimiques pendant les conflits internationaux. Ils ont utilisé ces agents sur les marchés, les rivières et les populations civiles en général. Il s’agit de la toute première utilisation de la guerre chimique dans les années qui ont suivi la première guerre mondiale.

Conséquences de la guerre chimique

Près de cent (100) ans après la guerre, les effets de la guerre chimique utilisée contre le Nord du Maroc se font encore sentir. Le plus dévastateur de ces effets est l’incidence généralisée des cancers chez les indigènes du nord du Maroc.

Selon le responsable de l’Association des Victimes des Gaz Toxiques (ATGV), il existe des indicateurs forts qui relient l’incidence des cancers aux gaz utilisés par les Espagnols pendant la guerre.

Rachid Rakha, président de l’Assemblée mondiale amazighe, une organisation non gouvernementale marocaine, déclare : « Il n’y a pas une seule famille ici qui n’ait pas de victime du cancer », en parlant de la région du Rif, dans le nord du Maroc. Cela confirme largement les séquelles débilitantes de la guerre chimique.

Malheureusement, à ce jour, l’Espagne n’a toujours pas assumé la pleine responsabilité de son rôle dans cet acte.

Conclusion

Les guerres font partie intégrante de l’histoire de l’humanité. Plusieurs ont été menées et plusieurs pourraient encore l’être si nous ne tirons aucune leçon du passé. Quoi qu’il en soit, même en cas de guerre, il existe des règles d’engagement. L’Espagne et ses alliés ont violé ces règles, ce qui a entraîné plusieurs décennies de conséquences négatives pour la santé.

Malheureusement, rien n’a été fait pour traduire les coupables en justice et personne n’en parle ouvertement. Les gens souffrent aujourd’hui dans le nord du Maroc parce que certains groupes ont estimé que tout était permis dans la guerre.

Les références

  • L’utilisation espagnole d’armes chimiques dans la guerre du Rif
  • Guerre du Rif — Wikipédia
  • Guerre du Rif | Faits, histoire et résultats | Britannica
Source:
Traduit par Mohamed El Moudden

Lire Aussi...

Michael Peyron, The Berbers of Morocco: A History of Resistance

Michael Peyron, The Berbers of Morocco. A History of Resistance, London & New York, I. ...

2 Commentaires

  1. je recommende tres fortement le film de Mohamed Bouzzagou « Iperita » (2017) sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *