La Tunisie plonge dans le chaos

Dr. Mohamed Chtatou
Par: Dr. Mohamed Chtatou

Le président tunisien a plongé la jeune démocratie du pays dans la crise. Au cours du week-end, le président Kais Saied a limogé le premier ministre du pays et suspendu le Parlement dans ce que ses opposants politiques ont qualifié de coup d’État. Mais il affirme que cette mesure était justifiée après que des milliers de Tunisiens soient descendus dans la rue ces derniers jours pour protester contre la gestion de la pandémie par le gouvernement, qui a aggravé les difficultés économiques du pays.

S’agit-il d’un coup d’État ?

Les partisans du président ont applaudi l’éviction du Premier ministre Hichem Mechichi et d’autres ministres du gouvernement, mais ces célébrations se sont transformées en affrontements lorsque ceux qui s’opposaient aux mesures prises par Saied sont également descendus dans la rue pour protester.

« L’un des grands points d’interrogation est : S’agit-il d’un coup d’État ?« , a déclaré Sarah Yerkes, ancienne fonctionnaire du département d’État et du Pentagone, aujourd’hui chargée de recherche au sein du programme Moyen-Orient de Carnegie, qui se concentre sur la Tunisie. C’est une question que beaucoup de gens se posent en ce moment, et il n’y a pas de réponse directe, en partie parce que la démocratie en Tunisie est encore très récente.

En 2010, un vendeur de fruits tunisien s’est immolé par le feu pour protester contre la corruption après que des policiers ont tenté de confisquer ses marchandises. Cela a déclenché une révolution plus large en Tunisie contre le régime autoritaire du dictateur Zine El Abidine Ben Ali. En 2011, ces protestations se sont propagées dans le monde arabe, en Égypte, en Libye, en Syrie et au-delà.

Les soulèvements du Printemps arabe n’ont toutefois pas réussi à apporter la démocratie dans ces pays, car des régimes puissants et bien établis ont lancé des contre-révolutions et ont sévèrement réprimé leurs citoyens – dans certains cas, cela a débouché sur une véritable guerre civile.

Président Saeid avec Ghannouchi: acteurs de la crise politique

Ce n’est pas le cas en Tunisie, où les manifestations ont renversé le régime et où la société civile a contribué à une transition démocratique. Cette démocratie encore fraîche est aujourd’hui mise à l’épreuve par les récentes mesures prises par M. Saied, même si les conséquences de la pandémie et la polarisation croissante avaient déjà mis les institutions à rude épreuve jusqu’aux ordres du président ce week-end.

C’est pourquoi le verdict n’est pas encore tombé quant à savoir si la crise politique tunisienne se transformera en un véritable coup d’État. Pour comprendre pourquoi, et ce que cela pourrait signifier pour l’héritage du Printemps arabe en Tunisie, Yerkes pense :  » nous devions déjà faire une croix sur la transition démocratique. »

Radioscopie du système politique tunisien

Le rôle des partis doit être compris dans le cadre du système formel créé par la constitution. La Tunisie a un système parlementaire, avec un premier ministre choisi par le parlement, mais elle a aussi un président élu au suffrage universel qui a un pouvoir considérable sur la politique étrangère et l’armée. Les deux présidents (celui du parlement et celui de la république) depuis 2014 ont cherché à accroître leur pouvoir au détriment de celui du premier ministre, sans succès jusqu’à présent mais en créant des tensions. La concurrence entre le président et le premier ministre menace le pouvoir de l’Assemblée nationale, qui élit ce dernier.

L’Assemblée élit également son propre président, comme c’est le cas dans la plupart des pays, généralement sans causer de problèmes. Cependant, après les élections de 2019, l’assemblée a élu comme président Rached Ghannouchi, le chef d’Ennahda et l’une des principales figures politiques du pays, créant ainsi un troisième centre de pouvoir, provoquant davantage de tensions. La politique de la Tunisie est devenue la politique des personnalités, plutôt que des institutions et des partis.

En 2013, cependant, les partis ont perdu leur influence sur le processus politique, cédant l’initiative aux organisations de la société civile, et ils ne l’ont jamais complètement rétablie. Les partis politiques ont joué un rôle important au début de la transition. Ils ont joué un rôle essentiel dans les élections de l’assemblée constituante et dans la formation de la troïka, l’alliance de trois partis qui a gouverné le pays jusqu’en 2013.

Ennahda, qui a remporté la pluralité des voix en 2011, contrôlait le poste de premier ministre, tandis que le Congrès pour la République prenait la présidence et qu’Ettakatol nommait le président de l’assemblée constituante.

L’Assemblée constituante a été extrêmement lente à produire la nouvelle constitution et l’impatience est montée dans le pays. Pour aggraver les choses, l’assassinat en février 2013 d’un éminent politicien de gauche, Chokri Belaid, a sapé la confiance dans Ennahda, qui a été accusé – à tort, il s’est avéré – d’être derrière l’assassinat. Le Premier ministre Hamadi Jebali a fait valoir que le cabinet dirigé par Ennahda devait se retirer au profit d’un cabinet plus large, mais il a été rabroué et a démissionné du parti. Un autre dirigeant d’Ennahda, Ali Laarayedh, lui a succédé pendant quelques mois. C’est la dernière fois qu’Ennahda a contrôlé le gouvernement.

Est-ce la fin de la demi-démocratie ?

Une journée dont les Tunisiens se souviendront longtemps. Le président Kais Saied a pris dimanche 25 juillet 2021 un ensemble de décisions qui concernent les autorités exécutives, législatives et judiciaires du pays. Comme le dit Sarah Yerkes, senior fellow au programme Moyen-Orient de Carnegie, « des rumeurs circulaient depuis plusieurs semaines sur les dernières mesures de Saied avant qu’il ne les déclare. »

Ghannouchi rejette le « coup d'État » et assure que le Parlement poursuivait ses travaux
Ghannouchi rejette le «coup d’État» et assure que le Parlement poursuivait ses travaux

Saied a décidé de diriger le ministère public pour qu’il soit chargé des enquêtes sur les « crimes » commis contre la Tunisie, de démettre le premier ministre Hichem Mechichi, de suspendre le parlement pendant un mois et de révoquer l’immunité de tous les parlementaires.

Le président va également diriger l’autorité exécutive et annoncer un nouveau chef de gouvernement dont le nom n’a pas encore été révélé. Il a également démis de leurs fonctions les ministres de la défense et le ministre de la justice par intérim.

Saied a également ordonné un couvre-feu dans tout le pays entre 19 heures et 18 heures du 26 juillet au 27 août et a interdit les déplacements dans les villes et les rassemblements publics de plus de trois personnes.

Les conséquences de ces décisions sont sans doute la question clé à laquelle le monde entier – sans oublier les forces et le peuple tunisiens eux-mêmes – réfléchit. Comme seulement quelques jours se sont écoulées depuis les événements de dimanche, toutes les options restent possibles.

Il convient de mentionner que Saied a pris cette direction après une journée de manifestations anti-islamistes dans différentes parties du pays, notamment dans la capitale Tunis, à Nabeul, Sousse, Kairouan, Sfax et Tozeur. Un groupe de manifestants a ensuite pénétré dans les bureaux du parti islamiste Ennahda, qui dispose du plus grand nombre de sièges au Parlement et qui est l’une des forces politiques les plus efficaces de la Tunisie.

Jusqu’à présent, il semble que Saied aura plus de problèmes avec Ennahda qu’avec Mechichi. Mechichi a publié une déclaration lundi soir disant qu’il « remettra le pouvoir au choix du président pour le poste de premier ministre, dans la continuité de la tradition de transition pacifique du pouvoir depuis la révolution de 2011 et en signe de respect des règles et des lois de l’État. » « Je ne peux pas être un élément qui entrave le pays ou exacerbe la crise qu’il traverse« , a-t-il ajouté.

Au contraire, Ennahda veut inverser les mouvements de Saied. Radwan Masmoudi, membre d’Ennahda et président du Centre d’étude de l’islam et de la démocratie, a déclaré que « nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour résister et annuler toutes ces actions, en protégeant et en respectant la constitution et le processus juridique. » Masmoudi a ajouté qu’Ennahda souhaite obtenir le soutien de tous les partis politiques, des organisations nationales et internationales, et de la communauté internationale.

Mais Saied a juré de protéger la voie démocratique, les droits et les libertés en Tunisie, ont déclaré des sources à Sky News Arabia mardi 27 juillet. Les mêmes sources ont ajouté que Saied, lors de sa rencontre avec les organisations de la société civile, a déclaré que ces mesures sont « exceptionnelles et temporaires. »

Depuis plusieurs mois, Saied est impliqué dans une crise politique contre Mechichi et le leader d’Ennahda Rached Al-Ghannouchi – que l’on peut considérer comme des alliés – à propos d’un remaniement ministériel. En mars, Mechichi a changé 11 des 28 ministres de son cabinet, une mesure qui a été largement perçue comme un moyen de remplacer les personnalités pro-Saied par des proches d’Ennahda et de Qalb Tounes. Saied a alors répondu en refusant de prêter serment à quatre d’entre eux, dont les ministres de l’intérieur, de la justice et de la santé.

La crise s’est également étendue aux désaccords entre ces personnalités sur la structure du gouvernement, l’opportunité d’avoir une cour constitutionnelle et la forme du système politique. Par exemple, Saied estime que la Tunisie a évolué vers un système parlementaire et multipartite qui meurtrit le peuple tunisien en termes d’alimentation, de transport et de santé, surtout dans un contexte sanitaire catastrophique.

Les dernières mesures ont été suivies d’un appel de l’Union générale du travail (UGTT) pour une « feuille de route participative claire » et le respect de la constitution. Elle a souligné la nécessité de revoir les mesures relatives au pouvoir judiciaire afin de garantir son indépendance. L’UGTT – l’une des quatre institutions tunisiennes ayant reçu le prix Nobel de la paix en 2015 pour avoir négocié un accord de transition post-révolution entre les forces politiques – a déclaré croire en la « noblesse, le patriotisme et l’adhésion inconditionnelle de l’armée à la protection du pays et du peuple et à la préservation de l’État civil. »

La Tunisie en proie à la crise

Les protestations croissantes dans tout le pays contre les problèmes de qualité de vie, notamment la détérioration de la santé et les crises économiques, ont bouleversé le système politique tunisien. La Tunisie a été ravagée par le COVID-19, son système de santé étant assiégé par l’ampleur et la portée de la pandémie. Une campagne de vaccination médiocre a indigné les Tunisiens et a conduit au limogeage, la semaine dernière, du ministre de la santé du pays (seuls 7 % des Tunisiens ont reçu le vaccin, selon des données de l’université Johns Hopkins). Les retombées de la pandémie ont plongé la Tunisie dans la pire récession qu’elle ait connue depuis son indépendance en 1956, exacerbant les problèmes préexistants de chômage élevé, de pauvreté généralisée et d’explosion de la dette nationale.

En réponse aux violentes manifestations qui ont eu lieu au cours du week-end, le président tunisien Kais Saied, élu à une écrasante majorité en 2019, a suspendu le parlement et renvoyé le premier ministre, Hichem Mechichi, avec lequel il a des différends de longue date. Mechichi est soutenu par Ennahda, un parti islamiste modéré et le plus grand parti au Parlement, et les opposants du président Saied l’ont accusé d’organiser un coup d’État contre la démocratie tunisienne et sa constitution.  Après la destitution de Mechichi et la suspension du Parlement, de nombreux citoyens frustrés par des années de dysfonctionnement politique ont applaudi et célébré dans les rues. M. Saied a cité l’article 80 de la constitution tunisienne à l’appui de ses actions, revendiquant des pouvoirs exceptionnels pour prendre des décisions exécutives. Khaled Yahyaoui, directeur général de l’unité de sécurité présidentielle et allié politique de Saied, a été placé à la tête du ministère de l’intérieur.

La crise politique en Tunisie se développe depuis des mois, et l’incertitude quant à la suite des événements inquiète de nombreuses personnes quant à l’avenir du pays. La Tunisie a connu des hauts et des bas depuis sa transition vers la démocratie il y a un peu plus d’une décennie. Elle s’est notamment efforcée de relancer l’économie et a peu progressé dans la réforme des institutions de l’État, y compris les services de sécurité. Les puissants syndicats se sont ouvertement opposés aux mesures d’austérité qui accompagneraient un prêt de 4 milliards de dollars du Fonds monétaire international soutenu par M. Mechichi. L’optimisme initial largement répandu concernant la Tunisie en tant qu’exemple positif de démocratie dans une Afrique du Nord post-Printemps arabe rend le bouleversement politique d’autant plus dévastateur.

Le dictateur tunisien de longue date, Zine el-Abidine Ben Ali, a été limogé à la suite des manifestations du Printemps arabe en 2011. Cependant, la nature autoritaire de Saied suscite de plus en plus d’inquiétudes et il se murmure qu’il pourrait tenter de profiter des troubles pour consolider son pouvoir. Pendant des mois, Saied a refusé de faire prêter serment à près d’une douzaine de nouveaux ministres, ce qui lui a valu d’être accusé d’outrepasser son autorité. La semaine dernière, Saied a renvoyé son ministre de la santé et a donné à l’armée tunisienne le contrôle de la riposte du pays au COVID-19, suite à l’échec d’une campagne de vaccination ambulante et à un pic des taux d’infection. Rached Ghannouchi, président du Parlement et figure politique majeure d’Ennahda, a également qualifié les actions de Saied de coup d’État. L’armée a empêché Ghannouchi et d’autres dirigeants du parti d’entrer au Parlement, et des affrontements ont éclaté dans la rue aux abords du bâtiment. Dans la capitale, Tunis, la police a procédé à plusieurs arrestations et a tiré des gaz lacrymogènes sur des groupes de manifestants.

La Tunisie et l’équation de l’inconnu
La Tunisie et l’équation de l’inconnu

Saied est –il en train d’émuler le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi ?

Malgré les critiques croissantes à l’encontre du gouvernement ces derniers mois, Saied a conservé un soutien important de la population tunisienne dans les sondages d’opinion, et de nombreux Tunisiens ont soutenu la dissolution du parlement. Des responsables politiques du monde entier se sont exprimés sur la situation, la porte-parole du ministère allemand des affaires étrangères, Maria Adebahr, espérant que la Tunisie revienne « à l’ordre constitutionnel aussi vite que possible« , tandis que le ministère turc des affaires étrangères s’est dit « profondément préoccupé » par les récents développements, appelant à un retour à la « légitimité démocratique« . Ankara a soutenu Ennahda et des mouvements islamistes politiques similaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Les informations selon lesquelles la police a fait une descente dans les bureaux d’Al Jazeera à Tunis ont fait craindre une répression autoritaire et des tentatives de contrôle des médias. Les échos de ce qui s’est passé en Égypte sont difficiles à ignorer, et les détracteurs de Saied l’accusent d’essayer d’imiter le président égyptien Abdel Fatah al-Sisi, qui a dirigé un coup d’État militaire en 2013 qui a renversé le leader démocratiquement élu des Frères musulmans, Mohammed Morsi. Le président Sisi a depuis réprimer la dissidence en Égypte et a été accusé à de nombreuses reprises de violations des droits de l’homme. Les troubles actuels en Tunisie sont les plus graves depuis les manifestations de l’été 2013, et constituent un signe avant-coureur potentiel des choses à venir.

Les retombées pourraient impliquer des effets de contagion, y compris dans les pays voisins comme l’Algérie et la Libye. Certains observateurs ont suggéré que des entités étrangères pourraient avoir joué un rôle dans la tentative de Saied de consolider le pouvoir, faisant allusion au rôle possible des Émirats arabes unis. L’ancien président tunisien Moncef Marzouki, l’un des dirigeants politiques qui ont contribué à guider la démocratie tunisienne dans les années qui ont suivi le printemps arabe, a déploré que le pays ait « fait un énorme bond en arrière » et soit « de retour à la dictature« , ajoutant qu’il craignait que la situation récente ne dégénère « en une situation encore pire« .

Le chemin à parcourir

Bien que la plupart des partis politiques se soient opposés aux actions de Saied, le manque d’opposition (ou même le soutien apparent) de l’armée, de la police et de l’UGTT suggère que Saied ne reculera pas de sitôt. La crise risque de s’aggraver, les deux parties incitant leurs partisans à descendre dans la rue.

L’issue de la crise dépendra en partie de la capacité à mobiliser davantage de partisans pour « voter avec leurs pieds ». À ce stade, l’équilibre des forces semble favoriser Saied. Bien qu’il ne bénéficie plus de la cote de popularité de 87 % qu’il avait en 2019 (les sondages le situent aujourd’hui plus près de 40 %), il reste la figure la plus populaire de Tunisie. Au-delà de sa base, les Tunisiens à la recherche d’une présidence plus forte, ainsi que ceux qui sont hostiles aux partis politiques et à Ennahda en particulier, pourraient également approuver ses décrets. Cela dit, la plupart des partis politiques se sont prononcés contre le coup d’État, et il est probable qu’ils se mobiliseront également en grand nombre.

Mais les manifestations qui ont déjà émergé aujourd’hui rendent la situation encore plus volatile, faisant planer le spectre d’affrontements entre les deux camps. Pour prévenir ce potentiel de violence, Saied et les partis politiques doivent désamorcer la situation et négocier une sortie de crise. La position de l’UGTT et d’autres acteurs de la société civile sera cruciale à cet égard : combien de temps avant qu’ils n’interviennent à nouveau pour aider à la médiation afin de sortir de cette crise ?

Un autre facteur important à surveiller est la réaction de la communauté internationale. À l’exception de la Turquie, qui s’est fermement opposée à la « suspension du processus démocratique » par Saied, la plupart des pays et des organismes qui sont intervenus (l’Allemagne, l’Union européenne, les Nations unies et les États-Unis) ont généralement adopté une approche attentiste, exprimant leur inquiétude et appelant à la retenue et au dialogue. Cependant, si les démocraties du monde ne se prononcent pas fermement contre la tentative de coup d’État, cela laisse la possibilité à des puissances contre-révolutionnaires comme l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis d’influencer la crise en soutenant Saied, comme ils l’ont fait pour l’Égyptien Abdel-Fattah el-Sissi. Alors que l’économie tunisienne est en plein marasme, le soutien – et l’aide – de l’étranger pourraient bien déterminer l’issue de cette crise, en bien ou en mal.

Comment les acteurs internationaux sont-ils susceptibles de réagir ?

La plupart des acteurs internationaux ont appelé au calme et exhorté les dirigeants politiques à respecter la constitution. Mais ils ont des intérêts différents en jeu et voudraient voir la Tunisie prendre des chemins différents pour aller de l’avant.

L’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et l’Egypte sont de fervents partisans du Président Saied. Ils saluent en privé les mesures visant à limiter l’influence des islamistes en Tunisie, y compris la coalition dirigée par Ennahda. Ils sont probablement favorables à l’émergence d’un gouvernement fort et laïc en Tunisie, et aucun d’entre eux n’est favorable à une politique en roue libre en Tunisie où les politiciens islamistes jouent un rôle actif.

La Turquie et le Qatar ont exprimé leur inquiétude quant à la décision de Saied de suspendre le parlement. Tous deux ont soutenu les partis islamistes depuis les soulèvements du Printemps arabe et ont intérêt à ce qu’Ennahda ne soit pas balayé par les actions de Saied. Toutefois, le Qatar et la Turquie s’efforcent actuellement de normaliser leurs relations avec l’Arabie saoudite, ce qui pourrait les inciter à limiter leurs interventions en Tunisie pour éviter de créer de nouvelles tensions régionales qui feraient dérailler ce processus.

Les États occidentaux ont appelé au respect de la constitution tunisienne et ont déclaré qu’ils suivaient de près l’évolution de la situation. Ils ont tout intérêt à ce que la Tunisie post-révolutionnaire soit un « succès », économiquement et politiquement. Les crises de l’année dernière ont sapé leur confiance dans le gouvernement de M. Mechichi et ils veulent voir la Tunisie prendre une voie plus positive. L’Union européenne tient à éviter une crise qui entraînerait une nouvelle vague importante de migration vers ses côtes sud. Ces facteurs peuvent expliquer pourquoi l’administration Biden s’est contentée d’exprimer sa « préoccupation » à propos des événements du week-end, en espérant que Saied pourra installer un gouvernement plus efficace pour faire face aux nombreuses crises de la Tunisie.

Lire Aussi...

Abdoulah ATTAYOUB

Nouveau sommet Afrique-France de Montpellier: Un sentiment de malaise

La jeunesse africaine a donc été « convoquée » à Montpellier pour un échange franc ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *