L’AMA demande au nouveau chef de la diplomatie française réparation des préjudices causés par la guerre chimique contre le Grand Rif marocain

A l’aimable attention de Son Excellence Stéphane Séjourné, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la République Française

Objet : Réparation des préjudices causés par la guerre chimique contre le Grand Rif marocain.

Référence : PDR/EMP/A057679

Monsieur Le Ministre,

A l’occasion de la Journée Mondiale Contre Le Cancer, à l’occasion du 61ème anniversaire de la disparition de notre grand révolutionnaire Mohamed ABDELKRIM EL KHATTABI, et à l’occasion du centenaire de l’implication de l’Armée Française contre la guerre de libération, mené par notre leader dans la région du Rif [1], nous voulons attirer, de nouveau, votre attention et celle de votre gouvernement, afin de vous demander de pencher, consciencieusement, sur notre légitime requête sur le grand préjudice non résolue impliquant immanquablement la responsabilité de la République française, à côté de la monarchie espagnole, dans l’utilisation des armes chimiques contre les populations civiles du Grand Rif marocain pendant la Guerre du Rif de 1921-1927.

Je porte à votre connaissance que, déjà, votre Président de la République, Monsieur Emmanuel MACRON, à l’instar de son prédécesseur Monsieur François HOLLANDE (Réf. : PDR/SCP/BEAR/D026495), avait bien reçu notre correspondance du 21 juillet 2021, à l’occasion du centenaire de la fameuse bataille d’Anoual, et qu’il nous avait confié « le soin de nous assurer de la meilleure attention avec laquelle il a été pris connaissance de notre courrier et les préoccupations qui motivent notre démarche« , nous avait écrit le commissaire en chef de 1ère classe de l’État-Major particulier de la présidence de la République, Jean LE ROCH, le 10 septembre 2021. Ce dernier avait ajouté que : « soulignant qu’il s’agit d’un sujet délicat, il a fait savoir que cela relève des compétences confiées à la ministre déléguée auprès de la ministre des Armées chargée de la mémoire et des anciens combattants ».

Or, depuis et à ce jour, on n’a malheureusement reçu aucune suite à cette affaire ni de la part de Mme. Geneviève DARRIEUSSECQ, précédemment ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la mémoire et des anciens combattants, ni de Mme. Patricia MIRALLES, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire [2] et ni Madame Catherine COLONNA, votre précédente cheffe de la Diplomatie [3]. De ce fait, c’est la raison pour laquelle nous vous adressons directement à vous, en tant que nouveau ministre des Affaires étrangères, dans l’espoir que cette fois-ci notre demande sera, effectivement, « examinée avec soin et que vos services ne manqueront pas de nous faire directement savoir la suite susceptible de lui être réservée ».

Rappelons que lors de son déplacement en Algérie en février 2017, votre président, Monsieur Emmanuel MACRON, avait eu le grand courage d’affirmer que : « la colonisation est un crime. C’est un crime contre l’humanité. C’est une vraie barbarie, et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes ».

Cependant, la France ne peut pas rester indifférente envers cette historique injustice de l’utilisation des armes chimiques contre les populations civiles du Grand Rif marocain durant les années vingt du XXe siècle, où elle s’est retrouvée, au début du siècle passé, responsable d’un protectorat sur le Maroc. En vertu de ce protectorat, et en tant que « nation civilisée », la France était tenue par le droit coutumier et conventionnel de la guerre de protéger, notamment, la population civile et de ne plus utiliser elle-même contre cette même population sans défense et non combattante des armes chimiques de destruction massive prohibées [4].

Désormais, les historiens et journalistes d’investigation allemands (comme Rudibert KUNZ et Rolf-Dieter MÜLLER), anglais (comme Sebastian BALFOUR), espagnoles (comme Maria Rosa de MADARIAGA), français (comme Vincent COURCELLE-LABROUSSE et Nicolas MARMIÉ) et marocains (tels Mimoun CHARQI, Mustapha EL MERROUN, Mustapha BENCHERIF, Mohamed EL GHALBZOURI et Rachid YCHOUTI),  en se basant sur des documents inédits, des archives coloniaux et des études historiques, témoignent incontestablement de l’implication directe de la France, à côté de l’Espagne, dans cette néfaste utilisation des armes chimiques de destruction massive contre les populations civiles rifaines, lorsque ces dernières se réunissaient durant les souks hebdomadaires du nord du Maroc, durant la Guerre du Rif de 1923 jusqu’à 1927. C’est ce qui a obligé, en conséquence, notre grand réformateur et président de l’éphémère République du Rif, ABDELKRIM, à se rendre aux officiers français le 27 mai 1926, avant d’être exilé à l’île de la Réunion durant une vingtaine d’années !

En définitive, cette injuste et inhumaine guerre chimique contre le Grand Rif est non seulement une violation des règles les plus élémentaires du droit de la guerre, mais de surcroît et encore plus grave, les héritiers des victimes d’hier continuent, malheureusement, de souffrir aujourd’hui encore, comme il vient de le souligner cette récente et pertinente analyse des chercheurs marocains Badiha NAHHASS et Zakaria RHANI [5]. En effet, de nombreuses études génétiques d’experts confirmés démontrent et témoignent des effets mutagènes et cancérigènes des armes utilisées tels : l’ypérite ou gaz moutarde, le phosgène, le disphosgène et la chloropicrine…

Dans l’attente de votre réponse à notre requête, je vous prie d’agréer, Excellence Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération.

Signé : Rachid Raha, Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA)

Copie :

  • Monsieur Le Président Emmanuel MACRON
  • Monsieur l’Ambassadeur de la République Française au Royaume du Maroc

Notes :

[1]- https://www.cairn.info/revue-strategique-2009-1-page-319.htm

[2]- http://amamazigh.org/2023/02/les-amazighs-demandent-a-la-secretaire-detat-aupres-du-ministre-francais-des-armees-chargee-des-anciens-combattants-et-de-la-memoire-reparation-des-prejudices-causes-par-la-guerre-chimique/

[3]-  http://amamazigh.org/2023/05/les-amazighs-interpellent-la-diplomatie-francaise-sur-la-discrimination-raciale-de-france24-et-le-non-respect-des-droits-des-amazighs/

[4]- https://amazigh.press/fr/le-role-et-la-responsabilite-de-la-france-dans-lutilisation-des-armes-chimiques-contre-le-rif/

[5]- https://www.cairn.info/revue-vingt-et-vingt-et-un-revue-d-histoire-2023-2-page-35.htm?modal=share-tap&tap=zkdt11ffb1bz8

Dossier de presse : 

https://amadalamazigh.press.ma/pdf/Dossier%20de%20Presse%20-%20Guerre%20Chimiques%20contre%20le%20rif2.pdf

Lire Aussi...

Signature d’une convention de partenariat entre L’IRCAM et L’Ecole Supérieure Roi Fahd de Traduction

Le mardi 16 avril 2024, au siège de l’IRCAM à Rabat, L’Ecole Supérieure Roi Fahd ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *