Le Forum du Néguev et la nouvelle région MENA

Dr. Mohamed Chtatou

En général, les déserts sont connus pour leur environnement difficile pour la vie en raison de la chaleur intense, des tempêtes de sable et du manque d’eau et de végétation. Cependant, le désert du Néguev en Israël a donné naissance au miracle de la vie et à l’espoir d’une paix et d’une coopération au Moyen-Orient.

En effet, fin mars 2022, six pays de la région MENA étaient représentés par leurs chefs de diplomatie respectifs lors d’un sommet organisé à l’initiative du précédent ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, au kibboutz de Sde Boker dans le désert du Néguev. D’où le nom du Forum du Néguev, qui a été créé dans la foulée. D’autres pays arabes qui ont également normalisé leurs relations avec Israël, à savoir la Jordanie et le Soudan ainsi que l’Autorité palestinienne pourraient, dans le même sens, espérons-le, se joindre ultérieurement à cette initiative.

La naissance du Forum du Néguev

Le Maroc, les Etats-Unis, les Emirats Arabes Unis, le Bahreïn, Israël et l’Egypte ont annoncé, lundi 28 juin 2022, la création du  » Forum du Néguev  » lors d’une conférence de presse consacrée à la question dans la capitale du Bahreïn Manama, suite à une réunion préparatoire à l’événement.

Sommet du Néguev, 27-28 mars 2022

Le ministère israélien des Affaires étrangères a indiqué que le Forum qui fait suite au  » Sommet du Néguev « , tenu les 27-28 mars 2022 à l’initiative d’Israël et où, par conséquent, les pays participants avaient jeté les bases d’une coopération régionale. Ce Forum, qui prend la forme d’un comité directeur et d’une organisation régionale, comprend une présidence tournante et un sommet annuel. La réunion qui s’est tenue à Manama le 27 juin 2022 a vu la participation de hauts fonctionnaires des ministères des affaires étrangères de chacun des six États membres de l’initiative Néguev.

Il a été décidé d’organiser une réunion des ministres des affaires étrangères des six pays chaque année. Chacun d’entre eux devrait diriger l’un des groupes de travail, qui se réuniront deux ou trois fois par an. Ces groupes deviendront des cadres permanents de coopération avec les pays de la région, a déclaré Oded Joseph, directeur général adjoint, chef de la division Moyen-Orient et processus de paix, et ancien ambassadeur d’Israël au Kenya ainsi que dans d’autres pays d’Afrique et du monde.

Fouad Yazourh, directeur général des affaires politiques du ministère marocain des affaires étrangères, représentait son pays à ce Forum, et Washington était représenté par Yaël Lampert. Pour sa part, le directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères (représentant d’Israël), Alon Ushpiz, a tweeté à l’occasion de ce Forum, que :

 » grâce au #NegevSummit, un changement réel et positif dans les domaines de l’énergie, de la santé, de la sécurité alimentaire et de l’eau, de l’éducation à la tolérance, de la sécurité régionale, du tourisme et bien plus encore, a été créé. « 

Il ressort de ce premier forum après le Sommet du Néguev que le comité directeur se réunira ensuite en octobre 2022 en Israël, juste avant les élections prévues à cette date, et il a également été décidé d’un sommet ministériel, où les chefs de la diplomatie représenteront les États membres. Lors du prochain Forum qui se tiendra au Maroc en mars 2023, la Jordanie sera invitée, selon les médias israéliens.

L’objectif du Forum de Manama était non seulement de détailler les mécanismes de travail, mais aussi de préparer la visite du président américain Joe Biden au Moyen-Orient. La diplomate américaine Yaël Lampert a déclaré que les participants travaillaient sur diverses initiatives visant à promouvoir la paix entre eux, qui devraient bénéficier au peuple palestinien et améliorer sa qualité de vie. La première réunion du comité directeur du Sommet du Néguev était particulièrement importante à la lumière des engagements de l’Amérique à élargir le cercle de la paix, a indiqué le communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères à l’issue de la réunion de ce premier Forum.

En effet, Joe Biden s’est rendu du 13 au 16 juillet 2022 en Israël, en Cisjordanie occupée, et en Arabie Saoudite où il est arrivé sur le premier vol direct reliant l’Etat juif au Royaume saoudien. Le président américain a participé à un sommet des six monarchies arabes du Golfe, membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), en Arabie saoudite.

Le principal objectif du Forum du Néguev est de renforcer la stabilité de la région du Moyen-Orient et de réaliser les aspirations de ses habitants en matière de sécurité, à savoir la paix, la prospérité et la coexistence dans une atmosphère de tolérance et d’harmonie entre toutes les religions, cultures et civilisations.

Le Forum du Néguev, ses principaux objectifs et sa structure

Le sommet historique inaugural du Néguev, qui s’est tenu à Sde Boker, en Israël, les 27 et 28 mars 2022, avec la participation des ministres des affaires étrangères de la République arabe d’Égypte, des Émirats arabes unis, du Royaume de Bahreïn, du Royaume du Maroc et des États-Unis d’Amérique, et qui a été accueilli par l’État d’Israël, a envoyé un message fort de paix fondé sur les principes du dialogue, de la coexistence et du respect mutuel.

Ses principaux objectifs sont les suivants : [i]

Renforcer la prospérité et la stabilité régionales ;

Générer des opportunités économiques nouvelles et durables qui contribuent à réduire la pauvreté et à réduire l’écart de développement entre les peuples ;

Renforcer l’autonomie des habitants de la région ;

Promouvoir le développement durable ;

Améliorer la résilience des ressources alimentaires et hydriques régionales ;

Renforcer la stabilité régionale en soutenant la coopération entre les membres ;

Promouvoir la compréhension et la coexistence ; et

Engager de manière proactive des partenaires dans la région pour renforcer l’impact des initiatives du Forum du Néguev.

Par la suite, les membres se sont réunis à Manama, au Bahreïn, le 27 juin 2022, et ont décidé d’une structure pour faire avancer les objectifs fondamentaux du Forum et servir de plateforme de coopération :

La Réunion ministérielle annuelle qui servira de principal organe directeur et délibérant du Forum ;

La Présidence : l’hôte ministériel devrait occuper le poste de président du Forum du Néguev jusqu’à la prochaine réunion ministérielle ; et

Le comité directeur : Le Comité directeur est censé coordonner les travaux du Forum et de ses groupes de travail.

Les groupes de travail : Les groupes de travail sont censés faire avancer les initiatives et les projets qui soutiennent les objectifs fondamentaux du Forum. Les groupes de travail du Forum sont les suivants :

– Éducation et coexistence ;

– Sécurité régionale ;

– Énergie propre ;

– Santé ;

– Sécurité alimentaire et technologie de l’eau ; et

– le tourisme.

Le Forum du Néguev s’est réuni à Abu Dhabi pour préparer le prochain sommet du Maroc

Les réunions préparatoires du Forum du Néguev se sont déroulées à Abu Dhabi les 9 et 10 janvier 2023, et ont porté sur la création de 6 groupes de travail pour préparer la prochaine rencontre prévue au Maroc. Ainsi, près de 150 hauts représentants de différents pays signataires des accords d’Abraham se sont réunis aux Émirats arabes unis. Les États-Unis, dont les représentants ont facilité les discussions, ont envoyé une importante délégation au nom de huit agences gouvernementales américaines.

Les États-Unis ont joué un rôle central dans la détermination des feuilles de route. Avant la réunion, Antony J. Blinken, secrétaire d’État, a publié le 10 janvier 2023 la déclaration suivante : [ii]

 »Je me félicite de la réunion inaugurale des groupes de travail du Forum du Néguev organisée par les Émirats arabes unis les 9 et 10 janvier à Abu Dhabi.  De hauts fonctionnaires des gouvernements de Bahreïn, d’Égypte, d’Israël, du Maroc, des Émirats arabes unis et des États-Unis ont discuté des possibilités de faire progresser les initiatives qui encouragent l’intégration, la coopération et le développement régionaux, dans l’intérêt de leurs populations et de la région dans son ensemble. Il s’agit notamment d’initiatives qui pourraient renforcer l’économie palestinienne et améliorer la qualité de vie du peuple palestinien.  Les Etats-Unis soutiennent fermement cet effort pour construire des ponts et des opportunités à travers la région. Je remercie les Émirats arabes unis d’accueillir cette importante rencontre. »

Pour le Times of Israel, [iii] cependant,  »As Negev Forum confab wraps, officials are vague on plans for joint projects/Alors que la conférence du Forum du Néguev s’achève, les responsables restent vagues sur les projets communs. ‘

La prochaine réunion du Forum du Néguev devrait donc avoir lieu au Maroc. C’est ce qu’a annoncé, le 2 janvier 2023, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen. Ce dernier a exprimé son intention d’assister à la réunion. Outre le Maroc et Israël, les autres pays membres du Forum Negev, à savoir le Bahreïn, l’Égypte, les Émirats arabes unis et les États-Unis, devraient également être présents.

Présent à Sde Boker, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avait, en tout cas, exprimé le souhait d’accueillir le prochain sommet du Néguev. Il avait appelé ses homologues à se réunir à l’avenir « dans un autre désert« , en l’occurrence celui du Sahara marocain. La question de la souveraineté est donc bien en jeu pour le Maroc. Pour Israël, en revanche, il s’agit plutôt de gagner en légitimité auprès des pays de la région.

  1. Cohen a souligné les liens commerciaux à développer avec les pays qui se sont normalisés avec le sien. Selon ses estimations, ces liens représenteraient 2,85 milliards de dollars en 2022. Cela pourrait constituer, à ses yeux, « une contribution significative à la sécurité (et) à la stabilité régionale. » [iv] Il poursuit : « L’extension des Accords à d’autres pays n’est pas une question de « si » mais de « quand’’.’’

Néanmoins, l’Arabie saoudite, une puissance régionale du monde arabe, a conditionné toute avancée diplomatique avec Israël à des progrès vers une solution au conflit israélo-palestinien, un point de vue synonyme de la solution américaine à deux États que le gouvernement d’extrême droite de Netanyahu rejette catégoriquement.

À propos de l’activité d’Abou Dhabi, le secrétaire d’État américain Antony J. Blinken a déclaré, dans un communiqué publié à l’issue des entretiens, que cette réunion : [v] « a discuté des possibilités de faire progresser les initiatives qui encouragent l’intégration, la coopération et le développement régionaux, dans l’intérêt de leurs populations et de la région au sens large. »

L’Autorité palestinienne et la Jordanie se joindront-elles au prochain sommet ?

Il se murmure que divers pays membres du Forum du Néguev tentent de convaincre la Jordanie de rejoindre cette organisation régionale. En effet, alors que les pays du Forum du Néguev se préparent à leurs prochains rassemblements dans les mois à venir, les efforts visant à faire entrer la Jordanie dans le giron se sont considérablement intensifiés, selon des diplomates américains et moyen-orientaux. [vi]

Le Forum du Néguev à Abou Dhabi du 9-10 janvier 2023 pour préparer la réunion de Dakhla au Maroc
Le Forum du Néguev à Abou Dhabi du 9-10 janvier 2023 pour préparer la réunion de Dakhla au Maroc

Jusqu’à présent, Amman a brillé par son absence lors des réunions du Forum du Néguev avec les représentants des États-Unis, d’Israël, des Émirats arabes unis, de Bahreïn, du Maroc et de l’Égypte. Les responsables jordaniens ont indiqué qu’ils n’étaient pas prêts à rejoindre le Forum du Néguev tant que les Palestiniens ne seraient pas également à la table des négociations.

L’Autorité palestinienne elle-même n’a montré aucun intérêt à collaborer à une initiative régionale qu’elle considère comme une tentative de mettre de côté son agenda diplomatique. Pourtant, les membres du Forum du Néguev avaient déjà jeté les bases de cette possibilité, en publiant une déclaration commune à la suite de la réunion du comité directeur en juin 2022.

Ils ont déclaré que : [vii]

« Les présidents des groupes de travail, avec le consensus des membres, peuvent inviter des participants non membres à participer à des initiatives spécifiques lorsque leur participation apporte un avantage direct à l’objectif déclaré de l’initiative. »

Aussi, dans cet esprit, il faut dire qu’une surprise n’est pas à exclure prochainement à Dakhla, au Maroc, d’un côté comme de l’autre. Le Sommet du Néguev devrait se tenir régulièrement dans chaque pays membre.

Parlant de la perspective de l’élargissement des futures sessions de l’initiative Negev à d’autres membres, M. Chollet, représentant des États-Unis à la réunion d’Abou Dhabi, a déclaré :

« Il appartient bien sûr à chaque pays de décider s’il souhaite ou non y participer, et nous, les États-Unis, soutenons pleinement l’adhésion des Palestiniens, des Jordaniens, bien sûr, et d’autres. » Et M. Chollet d’ajouter que les participants « se sont concentrés sur le renforcement de l’économie palestinienne et l’amélioration de la qualité de vie des Palestiniens, entre autres. » [viii]

Les accords d’Abraham et le Forum du Néguev : Quelle relation ?

Après l’Égypte, premier pays arabe à signer un traité de paix mettant fin à l’état de guerre avec Israël en 1979, puis la Jordanie en 1994, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont officialisé leurs relations avec l’État juif en 2020, à la suite de négociations parrainées par l’administration du président américain de l’époque, Donald Trump. [ix] Cependant, les accords d’Abraham ont été dénoncés comme une « trahison » par les Palestiniens.

Cette politique rompt avec des décennies de consensus arabe qui conditionnait l’établissement de relations avec Israël à un règlement du conflit israélo-palestinien.

Les accords d’Abraham conclus en 2020 ont donné naissance au Forum du Néguev, qui vise à étendre et à renforcer la coopération entre ces pays, notamment dans les domaines de la sécurité, de l’énergie, du tourisme et de l’éducation.

La déclaration des accords d’Abraham stipule notamment : [x]

 »Nous croyons que la meilleure façon de relever les défis est la coopération et le dialogue et que le développement de relations amicales entre les États fait avancer les intérêts d’une paix durable au Moyen-Orient et dans le monde.

Nous recherchons la tolérance et le respect pour chaque personne afin de faire de ce monde un endroit où tous peuvent jouir d’une vie de dignité et d’espoir, quelle que soit leur race, leur foi ou leur appartenance ethnique.

Nous soutenons la science, l’art, la médecine et le commerce pour inspirer l’humanité, maximiser le potentiel humain et rapprocher les nations. »

Bien qu’ils puissent être considérés comme positifs, il est peu probable que les Accords d’Abraham soient la pierre angulaire de la paix et du développement dans la région tant que les Palestiniens ne disposeront pas d’un État national solvable et que les pays de la région ne profitent pleinement de la manne économique. Les Accords d’Abraham pourraient également s’estomper si les pays ne voient aucun gain économique possible ou si l’Iran abandonne sa position agressive. La soupape de sécurité de ces accords est sans aucun doute la paix avec les Palestiniens.

Là où des progrès ont été réalisés en Palestine, la volonté de s’adapter à la réalité de la survie d’Israël et de son succès s’est accrue. Le processus d’Oslo, qui a abouti à une série d’accords israélo-palestiniens en 1993 et 1995, a en fait créé un forum officiel de discussions multilatérales sur des questions spécifiques (réfugiés, eau, développement économique régional et environnement).

Ce qui est intéressant, sinon unique, c’est que le Forum du Néguev, bien qu’il soit encore mineur et de petite taille pour l’instant, a sans aucun doute réussi à réunir les signataires de la « paix froide », c’est-à-dire l’Égypte et, espérons-le, plus tard, la Jordanie et la Palestine, et ceux de la « paix chaude » (accords d’Abraham), c’est-à-dire les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc. Le niveau des échanges économiques est la preuve de la chaleur de la paix des accords d’Abraham.

Selon le Bureau central des statistiques d’Israël, les relations commerciales entre Bahreïn et Israël, parties de zéro, ont atteint 300 000 dollars au cours des sept premiers mois de l’année. Au printemps 2021, l’Autorité de l’électricité et de l’eau de Bahreïn (EWA) et Mekorot, la compagnie nationale israélienne de l’eau, ont signé un contrat de 3 millions de dollars. [xi] Mekorot doit fournir des conseils et des installations pour le dessalement et les systèmes de contrôle automatisés. Il s’agit du premier accord commercial de ce type entre Mekorot et un pays arabe. Les exportations d’Israël vers Bahreïn se sont élevées à 3,81 millions de dollars américains en 2021, selon la base de données COMTRADE des Nations unies sur le commerce international. [xii]

Le septembre 2022, Israël et Bahreïn ont commencé à négocier un accord de libre-échange, selon le ministère israélien de l’Économie. La ministre israélienne de l’économie Orna Barbivai a rencontré son homologue bahreïni à Manama, puis, pour lancer les négociations, elle a déclaré : [xiii]

« Un accord de libre-échange avec Bahreïn, dans le cadre du renforcement d’une coopération régionale plus large, renforcera les relations économiques entre les pays, augmentera la portée des investissements, supprimera les barrières commerciales et créera des opportunités pour les entrepreneurs et les entreprises en Israël et à Bahreïn. »

En effet, aux Émirats arabes unis, les échanges avec Israël ont atteint 600 millions de dollars (hors investissements) au cours des sept premiers mois de l’année dans les domaines de l’aviation, des services financiers, de la cyber sécurité et de la culture. La société militaire émiratie Edge a signé un accord avec l’industrie aérospatiale israélienne pour développer un système anti-drone. Et la police de Dubaï utilise des drones d’Aerobotics pour sécuriser le site de l’Exposition universelle, qui a ouvert ses portes le 1er octobre 2021. Les Émirats arabes unis ont créé un fonds d’investissement de 10 milliards de dollars en Israël.

Selon All Israel News, 600 000 Israéliens ont visité les Émirats arabes unis. Il y a un nombre étonnant de 244 vols par semaine – et la plupart d’entre eux sont bondés avec peu, voire aucun, siège vide. En ce qui concerne les échanges économiques, le commerce entre Israël et les EAU a bondi de 109 % en 2022. Il est estimé à 2,5608 milliards de dollars US, contre 1,221 milliard de dollars US en 2021. [xiv]

Le dernier maillon actif de ces accords abrahamiques est le Maroc. Les exportations israéliennes, 13 millions de dollars au premier semestre 2021, ont augmenté de 62% par rapport à la même période en 2020. Et ce n’est qu’un début, l’Institut israélien des exportations prévoit 250 millions de dollars d’exportations annuelles à moyen terme. En juillet 2021, le Maroc a signé un accord de coopération avec Israël dans le domaine de la cyber sécurité, l’un des points forts de la haute technologie israélienne. Le mois suivant, d’autres accords ont été signés dans les domaines de la culture, des sports et du tourisme lors de la visite de Yair Lapid à Rabat pour ouvrir un bureau de liaison.

Les échanges commerciaux entre le Maroc et Israël ont été estimés en 2022 à 63,9 millions de dollars US. La ministre israélienne de l’économie Orna Barbivai a déclaré en février 2022 qu’Israël vise à augmenter le volume du commerce bilatéral avec le Maroc pour atteindre 500 $ ou plus.  [xv]

Les statistiques ci-dessus montrent clairement qu’en réalité, les Accords d’Abraham sont payants en termes de création de richesses, d’emplois et, en fin de compte, de paix chaleureuse et de coexistence bénéfique pour les peuples de la région MENA, sans oublier, bien sûr, que les pays concernés se tenant ensemble dissuaderont toute menace hégémonique extérieure qui pourrait survenir. [xvi]

Notes de fin de texte :

[i] The Negev Forum Regional Cooperation Framework Adopted by the Steering Committee on November 10, 2022.

[ii] US Department of State. ‘’The Negev Forum Working Groups and Regional Cooperation Framework’’, Press Statement by Antony J. Blinken, Secretary of State, January 10, 2023. https://www.state.gov/the-negev-forum-working-groups-and-regional-cooperation-framework/

[iii] Magid, Jacob.’’As Negev Forum confab wraps, officials vague on plans for joint projects’’, The Times of Israel, January 10, 2023. https://www.timesofisrael.com/officials-vague-on-plans-for-joint-projects-as-negev-forum-confab-wraps/

[iv] DT NEXT. ‘’Israeli FM to attend conference with Arab counterparts in March’’, January 3, 2023. https://www.dtnext.in/world/2023/01/03/israeli-fm-to-attend-conference-with-arab-counterparts-in-march

[v] The Arab Weekly. ‘’US wants Palestinian, Jordanian participation in Negev Forum process’’, January 11, 2022. https://thearabweekly.com/us-wants-palestinian-jordanian-participation-negev-forum-process

[vi] Ibid.

[vii] Ibid.

[viii] Ibid.

[ix] Chtatou, Mohamed. ‘’Abraham Accords: Romancing A New Middle East’’, Eurasia Review, January 26, 2022. https://www.eurasiareview.com/26012022-abraham-accords-romancing-a-new-middle-east-analysis/

[x] US Department of State. ‘’The Abraham Accords Declaration’’, https://www.state.gov/the-abraham-accords/

[xi] Zawya. ‘’Israels national water company Mekorot to provide desalination technology’’, January 2021. https://www.zawya.com/en/projects/israels-national-water-company-mekorot-to-provide-desalination-technology-l08ngenu

[xii] Trading Economics. ‘’Israel Exports to Bahrain’’. https://tradingeconomics.com/israel/exports/bahrain

[xiii] Reuters. ‘’Israel, Bahrain start free trade agreement talks’’, September 20, 2022. https://www.reuters.com/world/middle-east/israel-bahrain-start-free-trade-agreement-talks-2022-09-20/

[xiv] Rosenberg, Joel C. ‘’600,000 Israelis have visited the United Arab Emirates, while trade between Israel and UAE surged 109% in 2022’’, All Israel News, January 19, 2023. https://allisrael.com/600-000-israelis-have-visited-united-arab-emirates-while-trade-between-israel-and-uae-surged-109-in-2022

[xv] Abraham Accords Peace Institute. ‘’The Abraham Accords Report’’, July 20, 2022. https://mailchi.mp/aapeaceinstitute/aapi-july-2022-update

[xvi] Chtatou, Mohamed. ‘’The Middle East NATO: From Fiction to Fact’’, The Washington Institute, September 14, 2022. https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/middle-east-nato-fiction-fact

Lire Aussi...

Les Amazighs demandent au président sudafricain de traduire les ‘‘généraux algériens’’ devant la CPI

Monsieur Matamela Cyril Ramaphosa, Président de la République d’Afrique du Sud, Objet : demande de traduire les ‘‘généraux ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *