Radioscopie de la lutte contre le terrorisme après les événements du 11 septembre 2001

Dr. Mohamed Chtatou
Par: Dr. Mohamed Chtatou

Le vingtième anniversaire des attentats terroristes du 11 septembre 2001 à New York et Washington est un moment de réflexion et de mise en perspective. Les attentats du 11 septembre ont tué 2 977 personnes et ont entraîné une « guerre mondiale contre le terrorisme » contre les terroristes responsables – ainsi que des conflits plus vastes impliquant l’Asie du Sud, l’Europe, les États-Unis, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est. D’une certaine manière, la campagne contre les responsables du 11 septembre a été un succès : aucune attaque terroriste de l’ampleur de celle du 11 septembre n’a eu lieu en vingt ans. Cependant, la menace n’a pas été éradiquée. Certaines des sources du terrorisme d’il y a vingt ans menacent toujours la paix et la sécurité vingt ans plus tard. Des menaces comme le terrorisme intérieur, dont la dernière menace remonte aux années 1970, sont de retour et constituent une menace pour la démocratie aux États-Unis.

Lutte contre le terrorisme, principale priorité des États-Unis

Pendant près de deux décennies après les attentats du 11 septembre 2001, la lutte contre le terrorisme a été la principale priorité des États-Unis en matière de sécurité nationale et de politique étrangère. Ce n’est plus le cas, car les ressources et la bande passante des décideurs politiques se déplacent de plus en plus vers les défis associés aux rivaux pairs et quasi-pairs tels que la Chine et la Russie. Pourtant, ce serait une erreur de conclure que la lutte contre le terrorisme n’a rien à voir avec cette ère naissante de concurrence entre grandes puissances. En fait, les efforts de lutte contre le terrorisme peuvent faire progresser les objectifs stratégiques des États-Unis dans le monde entier : ils peuvent cimenter les relations avec les partenaires existants et potentiels, servir de  » soupape de sécurité  » pour atténuer les tensions dans les relations bilatérales importantes et imposer des coûts aux adversaires.

Grâce à une combinaison d’assistance civile et militaire, les États-Unis peuvent offrir aux États de première ligne des capacités que la Chine, la Russie et d’autres rivaux ne peuvent apporter.

Et parce que, contrairement à ses concurrents, l’approche américaine de la lutte contre le terrorisme met l’accent sur l’État de droit et les droits de l’homme, cette assistance peut renforcer les efforts de réforme plus larges dans les pays bénéficiaires et les rendre plus résistants à l’influence malveillante des États autoritaires. Ces programmes peuvent à la fois consolider les relations établies et en créer de nouvelles.

L’Afrique est un théâtre particulièrement important pour l’aide américaine à la lutte contre le terrorisme, à la fois parce que le continent est confronté à un éventail stupéfiant de menaces terroristes et parce que la Chine le considère comme central pour son initiative « Belt and Road ». Dans des pays comme le Kenya et la Somalie, les États-Unis forment les forces de l’ordre à réagir aux attaques terroristes et à recueillir des preuves à utiliser dans les poursuites pénales, tandis qu’au Maroc, au Sénégal et dans d’autres pays, les États-Unis fournissent une formation et des équipements pour renforcer la sécurité des aéroports. Il est significatif que les États-Unis aient le même objectif que leurs partenaires africains : que les États de la ligne de front soient capables de se défendre seuls et ne soient pas perpétuellement dépendants des États-Unis – ce qui contraste fortement avec la Chine, dont la diplomatie du piège de la dette crée des vassaux.

Les pays africains sont avides d’assistance en matière de lutte contre le terrorisme, et les États-Unis sont leur partenaire de choix en matière de sécurité. S’il ne les aide pas, ils se tourneront vers ces concurrents. Cela ne veut pas dire que la collaboration avec les États-Unis incitera ces pays à rompre tous leurs liens avec Pékin ; beaucoup trouveront toujours avantageux de s’engager économiquement avec la Chine, comme le font les États-Unis eux-mêmes. Mais la coopération en matière de sécurité avec Washington leur offre une alternative à un rapprochement encore plus étroit avec Pékin, préservant ainsi leur liberté d’action – ce qui, une fois encore, est dans l’intérêt mutuel des pays africains et des États-Unis.

Deuxièmement, la coopération en matière de contre-terrorisme peut atténuer les tensions qui apparaissent dans les relations bilatérales importantes. Le contre-terrorisme peut fonctionner comme une  » soupape d’échappement  » de coopération à l’avantage mutuel pendant les moments de friction sur d’autres questions avec les alliés et, dans une moindre mesure, avec les concurrents également.

Par exemple, le président philippin Rodrigo Duterte a souvent cherché à prendre plus de distance avec les États-Unis depuis son arrivée au pouvoir en 2016. Pourtant, la coopération en matière de lutte contre le terrorisme entre Washington et Manille a contribué à maintenir la stabilité de cette relation stratégique, notamment le soutien important apporté par les États-Unis en 2017 pour aider le gouvernement philippin à vaincre les combattants d’ISIS qui avaient pris le contrôle de Marawi City.

De même, ces dernières années ont été marquées par des tensions entre les États-Unis et la Turquie au milieu de l’achat par cette dernière de systèmes de missiles russes S-400 et d’autres irritants. Pourtant, les deux alliés de l’OTAN ont entretenu une relation de coopération en matière de lutte contre le terrorisme, travaillant ensemble à la destruction du soi-disant califat d’ISIS en Irak et en Syrie et à la dégradation du Parti des travailleurs du Kurdistan, ou PKK, que les deux pays considèrent comme un groupe terroriste.

(Certes, la campagne de lutte contre l’ISIS elle-même a été source de quelques frictions bilatérales, Ankara considérant le partenaire antiterroriste de Washington en Syrie, les Forces démocratiques syriennes, comme une branche du PKK).

Le contre-terrorisme pourrait également être utilisé pour désamorcer les tensions avec les rivaux, un peu comme le contrôle des armes pendant la guerre froide, bien qu’ici le bilan soit plus mitigé. En 2020, après des années de désaccord, les États-Unis et la Russie ont collaboré pour imposer les toutes premières sanctions des Nations unies à plusieurs filiales régionales d’ISIS. Mais cette avancée n’a pas débouché sur une meilleure coopération bilatérale en matière de lutte contre le terrorisme, et encore moins sur une amélioration des relations générales, car la Russie n’a pas été disposée à modifier son comportement.

Le dialogue sur le contre-terrorisme avec la Russie a été interrompu lorsqu’il n’a pas donné lieu à des contributions réciproques significatives de la part de Moscou (et lorsque la Russie a continué à affirmer à tort que les États-Unis avaient en quelque sorte créé l’ISIS). Quant à la Chine, Washington a discrètement refusé de relancer un dialogue similaire alors que Pékin utilise le contre-terrorisme comme prétexte pour commettre un génocide contre les musulmans ouïghours du Xinjiang. Pour que le contre-terrorisme soit un lubrifiant efficace, les rivaux doivent avoir une compréhension commune du problème et une volonté de travailler vers des objectifs similaires, et ces conditions se sont avérées insaisissables.
Enfin, les outils de contre-terrorisme, en particulier les sanctions, peuvent être utilisés pour imposer des coûts aux États rivaux lorsque leurs actions ne répondent pas aux normes juridiques applicables. En plus de priver les adversaires de l’utilisation des systèmes financiers américains et internationaux et de l’accès aux ressources, les sanctions contre le terrorisme ont également une valeur de message substantielle. Elles désignent les cibles comme des parias internationaux, ce qui réduit d’autant la volonté de certaines entreprises de faire des affaires avec elles.

La désignation en 2020 par les États-Unis du Mouvement impérial russe comme organisation terroriste étrangère – la toute première désignation par les États-Unis de terroristes suprématistes blancs – a eu pour avantage secondaire d’attirer l’attention sur un groupe qui a opéré sur le sol russe apparemment avec l’approbation du Kremlin et que Moscou a utilisé comme mandataire dans son agression en cours dans la région ukrainienne de Donbas.

De même, il y a eu un consensus bipartisan aux États-Unis pour sanctionner le régime iranien pour son soutien persistant au terrorisme, depuis que l’administration Reagan l’a désigné comme un État parrain du terrorisme en 1984 jusqu’à l’administration Clinton qui a désigné ses mandataires, le Hezbollah et les Houthis, en 1997, en passant par l’utilisation généralisée par l’administration Trump de sanctions antiterroristes contre Téhéran, y compris son Corps des gardiens de la révolution islamique.

Les sanctions antiterroristes peuvent ne pas mettre fin de manière concluante au comportement malveillant d’un adversaire, mais elles peuvent augmenter ses coûts, tant sur le plan économique que sur celui de la réputation.

Échec de la guerre mondiale contre le terrorisme

L’erreur stratégique la plus fondamentale de l’administration de George W. Bush après les attentats du 11 septembre 2001 a été de lancer une « guerre mondiale contre le terrorisme » qui n’a pas réussi à faire une distinction correcte entre les responsables des attentats du 11 septembre et les autres adversaires des États-Unis. Ce programme ambitieux et grandiose a affaibli l’attention des États-Unis, leur a aliéné des alliés et les a privés d’occasions d’atténuer leur hostilité envers leurs ennemis historiques.

Il a mis les États-Unis sur la voie de guerres ingagnables en Afghanistan et en Irak, qui ont abouti à des retraits humiliants de ces deux pays.

Parmi les pertes les plus conséquentes qui ont suivi les attentats du 11 septembre, on trouve les occasions manquées avec l’Iran. Les Iraniens ont manifesté leur sympathie envers les États-Unis après le 11 septembre en organisant des veillées à la bougie dans les rues de Téhéran. Le gouvernement iranien a coopéré indirectement avec l’armée américaine pour renverser le régime des Talibans en Afghanistan et a travaillé ouvertement avec le Département d’État pour stabiliser un nouveau gouvernement à Kaboul. C’est Javad Zarif, alors vice-ministre iranien des affaires juridiques et internationales, qui a obtenu de ce nouveau gouvernement afghan qu’il s’engage à organiser des élections démocratiques et à combattre le terrorisme international. Les responsables américains ont depuis reconnu que la pression iranienne sur l’Alliance du Nord afghane a permis à Hamid Karzai de devenir le premier président afghan post-taliban.

Dans le même temps, l’Iran et les États-Unis ont tenu une série de pourparlers en coulisses à Genève et à Paris, qui portaient sur l’Afghanistan et le recensement des membres d’Al-Qaïda fuyant l’Afghanistan vers l’Iran. Ces discussions ont été interrompues lorsque Bush, dans son discours sur l’état de l’Union en 2002, a inclus l’Iran, avec la Corée du Nord et l’Irak de Saddam Hussein, dans un « axe du mal ». Les Iraniens – qui ne sont pas étrangers à la rhétorique belliqueuse – ont repris les pourparlers avec les États-Unis après un mois.

Toutefois, l’administration Bush n’a montré aucun intérêt à s’appuyer sur ces pourparlers pour améliorer les relations avec Téhéran, ignorant même les avertissements iraniens sur les conséquences de l’invasion de l’Irak et les ouvertures ultérieures pour un dialogue plus large au lendemain de l’invasion américaine de 2003. L’administration Bush n’a pas tenu sa promesse de livrer les dirigeants des Moudjahidin-e-Khalq, un groupe d’opposition iranien militant qui avait été hébergé par Saddam et était à l’époque une organisation terroriste étrangère désignée par les États-Unis, en échange de personnalités d’Al-Qaïda détenues en Iran. Bush a également proclamé un « Agenda de la liberté », menaçant apparemment l’Iran d’un changement de régime à la suite de renversements similaires provoqués par les États-Unis en Afghanistan et en Irak.

Après le 11 septembre, les néoconservateurs et les faucons des États-Unis, menés par le vice-président Dick Cheney et le secrétaire adjoint à la défense Paul Wolfowitz, se sont fait des illusions en pensant que l’invasion américaine de l’Irak donnerait un coup de fouet aux partisans de la démocratie dans tout le Moyen-Orient et que la République islamique d’Iran serait le prochain domino « parrainant le terrorisme » à tomber. Au lieu de cela, l’Irak s’est transformé en bourbier et l’Iran, fort de ses liens de longue date avec les chiites irakiens et de sa connaissance approfondie du terrain physique et politique, s’est implanté en Irak – où il demeure à ce jour.

Bien entendu, il est impossible de savoir si une réelle amélioration des relations entre les États-Unis et l’Iran aurait été possible après 2003. L’administration Bush, pleine d’orgueil après le renversement rapide des talibans et de Saddam, n’a pas répondu à la proposition iranienne de « grand compromis » rédigée par l’ambassadeur iranien de l’époque en France, Sadegh Kharrazi, éditée par Zarif et transmise à Washington par les Suisses. L’administration Bush a laissé aux Européens le soin de parler à l’Iran de son programme nucléaire en plein essor et ne s’est assise avec les Iraniens que dans les derniers mois du second mandat de Bush. Richard Armitage, secrétaire d’État adjoint durant le premier mandat de Bush, a confié en 2006 que même si les États-Unis s’étaient engagés plus sérieusement avec l’Iran, « les exigences du côté américain, en raison des divisions au sein de l’administration [Bush], étaient si excessives que je ne pense pas que nous aurions été en mesure de faire les compromis nécessaires » pour améliorer les relations avec l’Iran.

La menace persistante du terrorisme intérieur
L’administration Biden a, à juste titre, fait du terrorisme intérieur la priorité numéro un de la lutte antiterroriste aux États-Unis, comme en témoignent la publication de la toute première stratégie nationale sur le sujet et une série de mesures et d’initiatives mises en place par divers départements et agences au cours des derniers mois. Si les États-Unis sont au milieu d’une « cinquième vague » de terrorisme, ils n’ont pas encore atteint le « pic » de cette nouvelle vague de terrorisme intérieur. Étant donné que les vagues précédentes ont duré de vingt à quarante ans, le pays doit se préparer comme si les attaques futures allaient s’intensifier en termes de portée ou de létalité avant que cette cinquième vague ne recule.

En mars 2021, le Bureau du directeur du renseignement national a établi un cadre analytique pour examiner le paysage du terrorisme intérieur aux États-Unis, en s’intéressant aux extrémistes violents à motivation raciale ou ethnique, aux extrémistes antigouvernementaux et aux extrémistes à cause d’une seule cause. Les événements réels ont mis en évidence cette diversité dans un large spectre idéologique, ce qui pose des problèmes aux forces de l’ordre et à la communauté du renseignement lorsqu’il s’agit de détecter les signes d’un comportement pré-opérationnel et de prévenir les attentats avant qu’ils ne se produisent.

Le grand nombre d’enquêtes sur le terrorisme intérieur menées actuellement par le FBI au niveau national va bien au-delà des seules personnes faisant l’objet d’une enquête pour l’insurrection du 6 janvier 2021 au Capitole des États-Unis. Cela indique qu’il existe aux États-Unis un grand nombre d’individus qui se situent quelque part sur le spectre entre la radicalisation et la mobilisation, et dont certains pourraient agir violemment en se fondant sur l’une ou l’autre des idéologies et des croyances. La taille de ce groupe est due à la confluence de plusieurs facteurs dont l’intensité n’a pas diminué depuis le 6 janvier 2021. Ces facteurs sont les suivants :

  • La colère à l’égard des restrictions imposées en réponse à la pandémie de COVID-19 en raison des épidémies associées aux variantes du coronavirus responsable de la maladie et des incohérences concernant les taux de vaccination et d’autres mesures de santé publique à travers le pays.
  • L’utilisation des plateformes de médias sociaux pour partager des croyances et des idées extrémistes violentes, des informations erronées et de la désinformation, malgré la reconnaissance et les efforts des principales plateformes de médias sociaux pour démanteler cette dynamique.
  • Les efforts continus de certains politiciens, leaders d’opinion et adversaires étrangers pour attiser les divisions politiques et culturelles aux États-Unis liées à des griefs antérieurs comme les résultats contestés de l’élection présidentielle de 2020 ou à de nouveaux points chauds comme la théorie critique des races.
  • L’évolution des mœurs sociales et les changements démographiques raciaux et ethniques à travers le pays, qui modifient davantage le paysage de l’identité américaine « traditionnelle » et ce qu’est la nation américaine.

Plus d’un an et demi après le début de la pandémie de COVID-19, la maladie continue d’avoir des effets profonds. La colère suscitée par les restrictions imposées au printemps 2020 a été l’un des principaux moteurs d’un complot audacieux visant à kidnapper la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer. Plus d’une douzaine de personnes font face à une combinaison de charges fédérales ou étatiques dans cette affaire. À mesure que les variantes du virus se propagent malgré les efforts de vaccination agressifs et d’autres mesures de santé publique, les inquiétudes concernant de nouvelles fermetures ou des mandats imposés par le gouvernement réduisant la capacité de travailler, d’aller à l’école, de voyager ou de socialiser serviront très probablement de base à certains pour considérer l’action violente comme justifiée.

Les plates-formes de médias sociaux – qu’il s’agisse des grands médias ou de ceux qui se trouvent dans les coins les plus reculés d’Internet – fournissent des espaces virtuels où les individus peuvent partager, discuter et promouvoir des croyances et des idées extrémistes violentes, le tout sous le couvert du Premier amendement. À moins que les entreprises ne disposent du personnel, des ressources, des capacités technologiques et de la direction de l’entreprise pour établir et faire respecter leurs conditions de service existantes, la capacité du gouvernement fédéral à réglementer et à modérer davantage cette activité est limitée.

L’ampleur des campagnes de désinformation et de désinformation sophistiquées et chargées – à la fois sur les médias sociaux mais aussi par le biais des principaux organes d’information – sur les questions politiques et culturelles ne fait parfois qu’approfondir les clivages existants et créer davantage une condition « nous » contre « eux ». Actuellement, ces types de campagnes sur les dangers liés aux vaccins COVID-19, les résultats contestés des élections présidentielles américaines de 2020, ou les aspects qui divisent la théorie de la race critique et d’autres sujets brûlants alimenteront très probablement les récits extrémistes violents en cours et conduiront à de nouveaux complots et tentatives d’attentats.

Cyber terrorisme

YouTube, WhatsApp, Facebook et d’autres plateformes numériques ont démocratisé l’accès aux groupes extrémistes violents, à leurs membres, à leurs dirigeants et à leurs idées. Un message direct d’un adepte intrigué par les opérations d’un groupe à un recruteur ou un leader extrémiste a ouvert la porte à des milliers de recrues d’ISIS en Syrie et en Irak, dont beaucoup n’avaient aucun lien préalable avec l’un ou l’autre de ces pays ou avec un groupe extrémiste. Les plates-formes numériques ont permis aux suprématistes blancs tels que The Base d’établir des réseaux en Amérique du Nord, en Europe et en Australie, et offrent aux groupes extrémistes un moyen peu coûteux, voire nul, de diffuser leurs messages. L’époque des réunions de petits groupes, des tracts distribués discrètement entre amis ou collègues de confiance et des petites annonces faisant allusion au fait que des groupes aux vues similaires recherchent de nouveaux membres est révolue.

Les groupes extrémistes continueront probablement à utiliser activement les plateformes numériques pour diffuser leurs manifestes, solliciter des recrues et des dons, et se constituer une base de fans. C’est tout simplement trop bon marché, trop facile et trop efficace pour être arrêté. Bien que les plateformes numériques prétendent vouloir « nettoyer » le contenu publié sur leurs sites, la plupart des entreprises sont réticentes à contrôler ce qui est publié de manière significative. Le simple volume d’utilisateurs et de messages, associé à des capacités d’intelligence artificielle (IA) limitées et à un nombre discret d’heures de travail pour le personnel, rend la tâche au mieux difficile.

Les extrémistes qui utilisent les médias sociaux et d’autres plateformes numériques ont toutefois un inconvénient : ils facilitent l’identification et la localisation des groupes et des individus pour les services de sécurité et les forces de l’ordre. Les vidéos de propagande, même lorsqu’elles sont créées en tenant compte de certains protocoles de contre-espionnage et de sécurité, sont souvent suffisantes pour donner aux analystes gouvernementaux un aperçu des lieux, des identités et des compétences des extrémistes. L’identification assez rapide des Européens et des Américains présentés dans les vidéos d’ISIS diffusées sur les médias sociaux en est une illustration. De même, les services de localisation utilisés par de nombreuses applications pour appareils mobiles peuvent relier un individu à une zone d’opération terroriste connue ou à une opération spécifique, ce qui permet aux services de sécurité de monter un dossier contre un membre d’un groupe terroriste.

À l’avenir, les groupes extrémistes sont susceptibles d’envisager leurs communications sous deux angles :

– (1) La sensibilisation et
– (2) La  » construction d’un statut  » pour accroître leur nombre de recrues et leur base de soutien, collecter des fonds et coordonner leurs activités internes.

À bien des égards, leur approche ressemblera à la façon dont les entreprises gèrent leurs communications, avec un groupe de professionnels de la communication gérant les publics externes, la marque, les relations publiques et le marketing, tandis qu’un autre groupe coordonne les messages internes et affine les décisions des dirigeants. Pour communiquer avec les publics externes, les groupes extrémistes continueront probablement à repousser les limites de ce qui est acceptable sur les médias sociaux, à utiliser des applications de chat cryptées pour les appels et les discussions quotidiens, et à créer et gérer des médias apparemment fiables (c’est-à-dire leurs propres contenus écrits, audio et vidéo).

En outre, un groupe bien financé et avisé envisagera de créer ses propres applications de chat sécurisées, de créer des expériences de réalité virtuelle et de réalité augmentée pour les recrues potentielles et les membres actuels, et d’utiliser des outils commerciaux pour développer des jeux vidéo qui assurent la sécurité des communications tout en donnant au groupe une image de marque « cool » et technologiquement avancée. Ces efforts seront sans doute plus facilement réalisables pour les groupes importants, comme le Hezbollah, ISIS et Al-Qaïda. Les groupes terroristes ou extrémistes plus petits et spécialisés trouveront ces types d’activités facilement accessibles, car le développement technologique devient plus facile en termes de coût et de formation, que ce soit en ligne ou en personne.

Dans le domaine des communications internes, il s’agira de plus en plus de trouver un moyen de protéger les informations des regards extérieurs. Étant donné que de plus en plus de personnes possèdent un ou plusieurs appareils mobiles avec diverses applications sur ces appareils, la localisation des utilisateurs, l’historique des recherches, l’utilisation des applications et d’autres données stockées deviendront plus accessibles à la fois aux équipes informatiques des terroristes et aux forces de l’ordre.

Le scandale du logiciel espion Pegasus met en évidence la facilité avec laquelle on peut accéder aux informations apparemment sécurisées d’un individu et les utiliser pour établir un profil de ses activités et de ses réseaux. Les extrémistes en herbe apprendront des recruteurs de terroristes et peut-être aussi des services de sécurité que « si l’application est gratuite, le produit, c’est vous ».

Affronter le bioterrorisme

La biotechnologie s’est développée à un rythme stupéfiant au cours des vingt premières années du XXIe siècle. Les outils biotechnologiques émergents sont devenus moins chers et plus accessibles que jamais, et moins d’expertise est nécessaire pour utiliser ces outils efficacement. Les biologistes amateurs peuvent maintenant accomplir des exploits qui auraient été impossibles jusqu’à récemment, même pour les plus grands experts dans des laboratoires haut de gamme. Le concours iGEM est un excellent exemple de ce phénomène en pratique : il s’agit d’un concours de biologie synthétique dans lequel des scientifiques amateurs s’affrontent pour construire des systèmes biologiques et les faire fonctionner dans des cellules vivantes. De même, CRISPR, une technique scientifique qui permet la manipulation de l’ADN et le génie génétique, peut être utilisée dans les classes de lycée comme un exemple pratique de biologie. Il existe une communauté nouvelle et croissante de « bio hackers » qui utilisent de nouveaux outils biotechnologiques pour modifier leur propre corps de diverses manières. Comme le dit le biotechnologue Drew Endy de l’université de Stanford, il y a plusieurs années, les pirates informatiques pirataient le code informatique, mais aujourd’hui ils piratent le code de la vie.

D’une manière générale, cette évolution de la biotechnologie entraînera un éventail étonnant de changements dans nos sociétés, nos économies et notre sécurité. La révolution biotechnologique croissante aura un impact aussi important sur notre mode de vie que la révolution des communications et de l’information. Les maladies chroniques seront atténuées, la durée de vie humaine sera prolongée et l’économie mondiale sera de plus en plus alimentée par des inventions et des processus biologiques. Une nouvelle compréhension de l’épigénétique pourrait ouvrir une ère de médecine hautement personnalisée, et les manipulations génétiques pourraient faire disparaître de la planète les maladies transmises par les moustiques, comme la malaria.

Un jour, des matériaux vivants conçus par la biologie synthétique pourraient croître pour s’adapter à des besoins architecturaux spécifiques et guérir en cas d’usure. La technologie d’amélioration neurologique pourrait optimiser les performances humaines : en augmentant la vitesse d’apprentissage, en combattant les maladies neurologiques, voire en aidant les soldats en renforçant leur conscience et leur capacité de décision sur le champ de bataille. Une nouvelle génération de scientifiques construira une série de technologies encore inconnues, qui transformeront le monde de manière radicale.
Toutefois, l’accès plus facile à des outils biotechnologiques puissants et bon marché, ainsi que la réduction du besoin d’expertise dans l’utilisation de ces outils, permettent également aux acteurs malveillants d’utiliser cette technologie à des fins malveillantes. Les groupes terroristes pourraient utiliser la biologie synthétique pour fabriquer des armes biologiques, en utilisant des données pour fabriquer des agents pathogènes dangereux ou en modifiant des agents pathogènes facilement accessibles pour les rendre plus virulents. À l’heure actuelle, il existe encore des barrières à l’entrée qui empêchent ces acteurs d’opérer en toute liberté, car l’accès généralisé à certains agents pathogènes, outils et données est encore limité. Mais ces barrières ne feront que reculer au cours de la prochaine décennie. Pour évaluer l’avenir du terrorisme et du contre-terrorisme, il faut se poser les questions suivantes :

Comment les États-Unis et leurs alliés doivent-ils se préparer à faire face à la menace croissante du bioterrorisme ?

Le bioterrorisme n’est pas un phénomène nouveau, bien que les cas passés aient été de portée limitée. Dans les années 1990, une secte japonaise connue sous le nom d’Aum Shinrikyo a tenté de mettre au point une souche d’anthrax en aérosol ou, en d’autres termes, une souche d’anthrax capable d’infecter les gens par inhalation. Les membres de la secte ont finalement échoué dans leurs tentatives et ont eu recours au gaz sarin (une arme chimique, et non biologique) dans le métro de Tokyo le 20 mars 1995, qui a tué treize personnes et en a rendu malades des milliers d’autres. Leur objectif était de libérer un agent pathogène infectieux dans l’espoir de provoquer une épidémie et de stimuler une guerre mondiale qui leur aurait permis de prendre le pouvoir. Ils se sont heurtés à un manque d’expertise, bien que les membres de la secte aient compté parmi eux d’anciens biologistes et des personnes ayant des diplômes médicaux.

Dix ans auparavant, dans l’Oregon, une secte connue sous le nom de Rajneesh Movement a propagé des salmonelles dans l’espoir de neutraliser les candidats adverses aux élections locales. Les membres de la secte ont finalement provoqué une intoxication alimentaire chez plus de sept cent cinquante personnes, ce qui a constitué le plus grand incident de bioterrorisme de l’histoire des États-Unis. En 1998, Al-Qaida a déclaré publiquement son intention de rechercher des armes de destruction massive, y compris des armes biologiques. L’organisation a ensuite organisé des cours de formation sur l’utilisation de ces armes et recruté des biologistes pour l’aider à développer un programme d’armes biologiques. À la suite des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, des lettres contenant de l’anthrax ont été envoyées par la poste, tuant cinq personnes.

Conclusion : Idées pour faire face au terrorisme mondial

La coopération internationale est le seul moyen de s’attaquer efficacement à une menace qui ne peut être traitée sur une base exclusivement nationale. À cet égard, les principales organisations internationales ont fait de la lutte contre le terrorisme l’une de leurs principales missions.

Parallèlement, les pays doivent défendre une approche globale des stratégies internationales de lutte contre le terrorisme, afin que cette menace soit abordée dans toutes ses dimensions, y compris les facteurs qui conduisent à la radicalisation violente.

Cela peut se faire en adoptant les approches suivantes :

  • Poursuivre les menaces terroristes à leur source ;
  • Isoler les terroristes des sources de soutien financier, matériel et logistique ;
  • Moderniser et intégrer un ensemble plus large d’outils et de pouvoirs pour contrer le terrorisme et protéger la population ;
  • Protéger les infrastructures et améliorer l’état de préparation ;
  • Lutter contre la radicalisation et le recrutement des terroristes ;
  • Renforcer les capacités antiterroristes des partenaires internationaux ;
  • Prévenir le développement et l’acquisition des capacités d’attaques ;
  • Améliorer les mesures défensives pour les infrastructures et les cibles vulnérables ;
  • Institutionnaliser une architecture de prévention pour contrecarrer le terrorisme ;
  • Combattre les idéologies extrémistes violentes ;
  • Combattre l’influence des terroristes en ligne ;
  • Contrer la discrimination par le biais de la stratégie de communications ; et
  • Éduquer les élèves aux valeurs de tolérance, de pardon et de coexistence.
    Le monde qui est de plus en plus interconnecté, aujourd’hui, exige de donner la priorité aux partenariats qui mèneront des actions et des efforts durables qui réduisent le terrorisme. Les gouvernements et les organisations doivent s’allier avec le secteur technologique, les institutions financières, et la société civile pour mener à bien cette lutte de longue haleine.

Il est primordial et nécessaire, aussi, d’utiliser l’engagement diplomatique avec les gouvernements partenaires et mobiliser davantage les coalitions existantes et les forums multilatéraux et internationaux pour accroître la volonté des partenaires capables d’agir contre les menaces tout en encourageant la mise en œuvre de mesures internationales de lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes.

Lire Aussi...

Abdoulah ATTAYOUB

Nouveau sommet Afrique-France de Montpellier: Un sentiment de malaise

La jeunesse africaine a donc été « convoquée » à Montpellier pour un échange franc ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *