Macron réélu dans une France malade de racisme

Dr. Mohamed Chtatou
Par: Dr. Mohamed Chtatou

Le centriste pro-européen Emmanuel Macron a promis d’unir une France divisée après avoir remporté un second mandat à la présidence française, lors d’une victoire décisive contre Marine Le Pen (extrême droite), qui a néanmoins obtenu plus de 13 millions de voix, un record historique pour son parti anti-immigration.

Macron est devenu le premier dirigeant français à être réélu depuis 20 ans, avec un score de 58,54 % contre 41,46 % pour Le Pen. Macron a battu Le Pen avec une marge inférieure aux 66 % qu’il avait obtenus contre elle en 2017. La participation a également été plus faible qu’il y a cinq ans, avec une abstention estimée à un taux record de 28%.

Victoire électorale, mais…

Lors d’un meeting de victoire au pied de la Tour Eiffel, où ses partisans ont brandi des drapeaux français et européens, Macron a promis de répondre « efficacement » à la « colère et au désaccord » des électeurs qui ont choisi l’extrême droite.

Discours de victoire au pied de la Tour Eiffel, toute une symbolique

 » Je sais que nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi, non pour soutenir les idées que je porte, mais pour faire barrage à celles de l’extrême droite. Je veux ici les remercier et leur dire que j’ai conscience que leur vote m’oblige pour les années à venir « , a-t-il déclaré et il a appelé ses partisans à être « aimables et respectueux » des autres, car le pays est déchiré par « tant de doutes, tant de divisions ». Il a ajouté : «  Je pense aussi à nos compatriotes qui ont voté pour Madame Le Pen. Je ne suis plus le candidat d’un camp, mais le président de toutes et tous. Je sais que pour nombre de nos compatriotes qui ont choisi l’extrême droite, la colère et les désaccords qui les ont conduit à voter pour ce projet doit aussi trouver une réponse. Ce sera ma responsabilité et celle de ceux qui m’entourent« .

Mme Le Pen a réussi à offrir à l’extrême droite le plus grand score de son histoire dans une élection présidentielle française, après avoir fait campagne sur la crise du coût de la vie et promis l’interdiction du foulard musulman dans les lieux publics, ainsi que des mesures nationalistes visant à donner la priorité aux Français de souche sur les autres pour l’emploi, le logement, les allocations et les soins de santé – des politiques que Macron avait critiquées comme étant « racistes » et « semant la division « . Mme Le Pen a qualifié son score de « victoire éclatante en soi« , ajoutant : « Les idées que nous représentons atteignent de nouveaux sommets« .

Alors que cette échéance était une revanche du second tour de la présidentielle française de 2017, une grande partie de l’Europe a regardé l’élection avec malaise. Une présidence de Le Pen aurait fondamentalement changé la relation de la France avec l’Union européenne et l’Occident, à un moment où l’Europe et ses alliés comptent sur Paris pour jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre certains des plus grands défis mondiaux, notamment la guerre en Ukraine.

Les partisans de Macron, rassemblés sur le Champs de Mars à l’ombre de la Tour Eiffel dans le centre de Paris, ont éclaté en acclamations massives lorsque la nouvelle a été annoncée. La célébration a été nettement plus discrète qu’après la victoire de Macron en 2017, bien qu’il ait à nouveau marché pour prononcer son discours au son de l’hymne européen, communément appelé « Ode à la joie« .

Dans son discours de victoire, Macron a promis d’être le « président de chacun d’entre vous. » Il a ensuite remercié ses partisans et reconnu que beaucoup, comme en 2017, ont voté pour lui simplement pour faire barrage à l’extrême droite. Macron a déclaré que son second mandat ne serait pas la continuation de son premier, s’engageant à s’attaquer à tous les problèmes actuels de la France.

Il s’est également adressé directement à ceux qui ont soutenu Le Pen, en disant que lui, en tant que président, doit trouver une réponse à « la colère et aux désaccords » qui les ont poussés à voter pour l’extrême droite. « Ce sera ma responsabilité et celle de ceux qui m’entourent« , a déclaré Macron.

Mme Le Pen a prononcé un discours dans lequel elle a reconnu sa défaite face à Macron dans la demi-heure qui a suivi la première projection, s’adressant à ses partisans réunis dans un pavillon du bois de Boulogne, dans l’ouest de Paris.  » Un grand vent de liberté aurait pu se lever sur le pays. Le sort des urnes, que je respecte, en a voulu autrement « , a déclaré Mme Le Pen.

Mme Le Pen a néanmoins reconnu que l’extrême droite n’avait jamais obtenu d’aussi bons résultats lors d’une élection présidentielle. Elle a qualifié le résultat d' »historique » et de « victoire éclatante » qui place son parti politique, le Rassemblement national, « en excellente position » pour les élections législatives de juin.  » Une grande recomposition politique se fait jour dans ce pays. (…) La partie n’est pas tout à fait jouée, car dans quelques semaines en effet, auront lieu les élections législatives. « , a-t-elle déclaré.

Réactions

La victoire de M. Macron a été rapidement saluée par les dirigeants européens après une campagne que le président français avait décrite dans ses derniers jours comme une « bataille pour l’Europe » contre l’eurosceptique Le Pen.

Le Pen, troisième défaite : avenir politique incertain

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a tweeté : « Bravo Emmanuel. En cette période tourmentée, nous avons besoin d’une Europe solide et d’une France totalement engagée en faveur d’une Union européenne plus souveraine et plus stratégique. » La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré : « Je suis ravie de pouvoir poursuivre notre excellente coopération« . Le chancelier allemand, Olaf Scholz, a déclaré que les électeurs français avaient délivré « un fort vote de confiance à l’Europe aujourd’hui. Je suis heureux que nous poursuivions notre bonne coopération « . Le premier voyage à l’étranger de Macron en tant que président devrait être à Berlin pour voir Scholz.

Le Président américain Joe Biden a félicité Macron pour sa victoire en tweetant : “La France est notre plus vieil allié et un partenaire clé pour relever les défis mondiaux”.  Il a ajouté : “J’attends avec impatience la poursuite de notre coopération étroite, notamment pour soutenir l’Ukraine, défendre la démocratie et lutter contre le changement climatique”.

Le secrétaire d’État Antony Blinken a également félicité Macron : “Nous sommes impatients de poursuivre une coopération étroite avec la France sur les défis mondiaux, renforçant notre alliance et notre amitié de longue date”, a-t-il écrit.

Le Premier ministre Boris Johnson a qualifié la France de “l’un de nos alliés les plus proches et les plus importants”.

Johnson, dans un tweet, a déclaré qu’il avait hâte “de continuer à travailler ensemble sur les questions qui comptent le plus pour nos deux pays et pour le monde”.

Le président Volodymyr Zelensky, qui s’est entretenu à plusieurs reprises avec Macron depuis l’invasion de la Russie le 24 février 2022, a félicité son homologue français par téléphone. Sur Twitter, Zelensky a qualifié Macron de “véritable ami de l’Ukraine”. “Je lui souhaite davantage de succès pour le bien du peuple (français). J’apprécie son soutien et je suis convaincu que nous avançons ensemble vers de nouvelles victoires communes”, a-t-il écrit en ukrainien et en français.

Plusieurs centaines de manifestants de groupes d’ultra-gauche sont descendus dans les rues de certaines villes françaises pour protester contre la réélection de Macron et le score de Le Pen. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser des rassemblements à Paris, à Lyon et dans la ville de Rennes (ouest).

Une forte présence policière a été observée dans le centre de Paris quelques heures après la victoire électorale, après que la police a ouvert le feu sur une voiture, tuant deux personnes à l’intérieur, selon les rapports locaux. Le véhicule roulait à contre-courant sur le Pont Neuf lorsqu’il a foncé sur les policiers. Une enquête a été ouverte pour « tentative d’homicide volontaire sur personnes dépositaires de l’autorité publique« , rapporte l’Agence France-Presse. On ignore si l’incident est lié au résultat des élections.

Le Pen, troisième défaite

Macron et Le Pen ont passé les deux dernières semaines à sillonner le pays pour courtiser ceux qui n’ont pas voté pour eux au premier tour.

Macron a dû convaincre les électeurs de le soutenir à nouveau malgré un bilan mitigé sur les questions intérieures, comme sa gestion des manifestations des Gilets jaunes et de la pandémie de Covid-19.

La campagne de Mme Le Pen a tenté de tirer parti de la colère de la population face à l’augmentation du coût de la vie en faisant campagne sur les moyens d’aider les gens à faire face à l’inflation et à la hausse des prix de l’énergie – une préoccupation majeure de l’électorat français – plutôt que de s’appuyer sur les positions anti-islamistes, anti-immigration et eurosceptiques qui ont dominé ses deux premières tentatives de conquête de la présidence en 2017 et 2012.

Elle s’est présentée comme une candidate plus mainstream et moins radicale, même si une grande partie de son manifeste est restée la même qu’il y a cinq ans. « Stopper l’immigration incontrôlée » et « éradiquer les idéologies islamistes » étaient les deux priorités de son manifeste, et les analystes ont déclaré que beaucoup de ses politiques sur l’UE auraient mis la France en désaccord avec le reste du continent.

Bien que Mme Le Pen ait abandonné certaines de ses propositions politiques les plus controversées, comme la sortie de l’Union européenne et de l’euro, son point de vue sur l’immigration et sa position sur l’islam en France – elle veut rendre illégal le port du foulard par les femmes en public – n’ont pas changé.

« Je pense que le foulard est un uniforme imposé par les islamistes« , a-t-elle déclaré lors du seul et unique débat présidentiel mercredi. « Je pense que la grande majorité des femmes qui en portent un ne peuvent pas faire autrement en réalité, même si elles n’osent pas le dire« .

La victoire de Macron est un soulagement pour l’Occident, mais un vote historique de l’extrême droite signale une menace imminente.

Mais Vladimir Poutine était peut-être son plus grand handicap politique. Avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine, Le Pen était un partisan déclaré du président russe, lui rendant même visite pendant sa campagne de 2017. Son parti a également contracté un prêt auprès d’une banque russo-tchèque il y a plusieurs années, qu’il doit encore rembourser.

Bien qu’elle ait depuis condamné l’invasion de Moscou, Macron a attaqué Le Pen sur ses positions précédentes pendant le débat. Il a fait valoir qu’on ne pouvait pas lui faire confiance pour représenter la France lorsqu’elle traite avec le Kremlin.

« Vous parlez à votre banquier quand vous parlez à la Russie. C’est ça le problème« , a déclaré Macron pendant le débat. « Vous ne pouvez pas défendre correctement les intérêts de la France sur ce sujet parce que vos intérêts sont liés à des personnes proches du pouvoir russe. »

Le Pen a déclaré que son parti était obligé de chercher des financements à l’étranger parce qu’aucune banque française ne voulait approuver la demande de prêt, mais cette défense n’a apparemment pas trouvé d’écho.

Macron, « président des riches » ?

Au cours des deux dernières semaines de campagne frénétique, M. Macron s’est rendu sur les places des villes de France pour se débarrasser de ce qu’il considérait comme une étiquette injustement persistante de « président des riches » distant. Il avait promis de consacrer les cinq prochaines années à rétablir le plein emploi en France, arguant que ses politiques, telles que l’assouplissement du droit du travail français, avaient déjà permis de créer des emplois et qu’il mettrait définitivement fin à des décennies de chômage de masse dans le pays.

Toutefois, bien que M. Macron ait promis un nouveau train de lois pour faire face à la crise du coût de la vie et qu’il ait tempéré son calendrier pour l’augmentation de l’âge de la retraite, il s’est finalement moins concentré sur son propre programme dans les derniers jours et plus sur l’arrêt de ce qu’il a appelé « l’impensable » : l’arrivée aux commandes de la France, deuxième économie de la zone euro et puissance nucléaire, de la candidate d’extrême droite et anti-immigration Le Pen.

Gilets jaunes, peuple français en colère

M. Macron profitera de sa victoire pour renforcer son action en faveur d’un projet de défense européen plus ambitieux, d’une collaboration plus étroite en matière d’immigration et d’une réglementation plus stricte pour contrer le poids des plateformes technologiques géantes telles que Google. La France assure la présidence tournante du Conseil européen jusqu’à la fin du mois de juin.

M. Macron avait présenté le choix entre lui et Mme Le Pen comme « un référendum sur l’Europe, l’écologie et la laïcité » et a déclaré que les demandes de la dirigeante d’extrême droite en faveur d’une modification du traité de l’UE auraient conduit à l’éviction de la France. Il l’a qualifiée de « climato-sceptique » et a déclaré que son projet d’interdire le voile musulman dans tous les lieux publics, y compris dans la rue, constituerait une violation de la Constitution française et des libertés religieuses et déclencherait une « guerre civile« .

Macron a accusé Le Pen d’être financièrement « dépendante » de la Russie de Vladimir Poutine après avoir contracté un prêt russe pour son parti en 2014, et a déclaré que ses liens avec le Kremlin signifiaient qu’elle aurait été un choix dangereux au moment de la guerre en Ukraine. Le Pen, à son tour, avait déclaré que « la peur était le seul argument qui lui restait« .

Mais Macron savait que, après avoir fait campagne pour stopper Le Pen, son soutien dans les urnes refléterait autant le rejet de l’extrême droite que le soutien à son propre programme.

’Quand on doit choisir, on doit regarder la nature des projets. Et là, ce qui me met en colère, carrément, c’est les gens qui disent ‘ça se vaut’« , s’est exclamé le président-candidat. « Pardon, mais c’est pas la même chose, le programme de Madame Le Pen et le mien. L’extrême droite et ce que je défends, c’est pas la même chose !« , a-t-il répété à Quotidien, dans une interview publiée en intégralité sur la page Facebook de l’émission de TMC.

« Si les Français me font confiance le 24 avril, je sais très bien qu’il y a une partie des gens qui ont voté pour moi qui l’auront fait pour faire barrage au Front national’’, avait-il déclaré à l’émission Quotidien, utilisant délibérément l’ancien nom du parti de Le Pen, désormais rebaptisé Rassemblement national ‘’…Et donc ça ne veut pas dire qu’ils me font un chèque en blanc et qu’ils soutiennent et trouvent formidable chaque point de mon programme« , a-t-il ajouté.

Un nombre important des 7,7 millions d’électeurs du premier tour pour le parti de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, qui a manqué de peu d’atteindre la finale, avaient déclaré qu’ils se sentaient déchirés entre s’abstenir ou voter pour écarter Le Pen.

Macron s’était penché vers la gauche dans les derniers jours pour tenter de courtiser les électeurs de M. Mélenchon, promettant d’accélérer les mesures contre la dégradation du climat et de développer la politique environnementale. Sa première tâche consiste à nommer un nouveau Premier ministre, qui, a-t-il promis, se consacrera spécifiquement à la lutte contre la crise climatique.

L’attention va maintenant se porter sur les élections législatives de juin, où M. Macron cherchera à obtenir une majorité pour son groupe centriste, en élargissant éventuellement ses alliances avec la droite. Il avait promis un « nouveau grand mouvement politique » et pourrait aller jusqu’à rebaptiser son parti, La République En Marche. Le Pen et Mélenchon cherchent tous deux à augmenter le nombre de législateurs de leur parti.

Dans un premier temps, M. Macron a promis d’introduire avant l’été un ensemble de mesures visant à atténuer la pression de la crise du coût de la vie, notamment le maintien du plafonnement des prix du gaz et de l’énergie.

Macron, homme d’État mondial ?

Au cours des cinq dernières années, il a rationalisé le droit du travail français, facilitant ainsi l’embauche et le licenciement des entreprises, et a supprimé l’impôt sur la fortune. Mais il a été contraint d’abandonner une augmentation de la taxe sur les carburants, lorsque le plan a déclenché le mouvement dit des « Gilets jaunes », avec des manifestations explosives qui ont secoué le pays pendant des mois en 2018 et 2019. Puis vint le COVID-19 en 2020, avec des blocages à l’échelle nationale, dans une pandémie qui a tué jusqu’à présent 142 000 personnes en France. Et alors que cela reculait, la guerre en Ukraine a éclaté, propulsant Macron dans le rôle de principal intermédiaire de l’UE avec le président russe Vladimir Poutine.

Malgré tout, M. Macron, 44 ans, a réussi un exploit impressionnant : il est le premier dirigeant français depuis 20 ans à être réélu – depuis 2002, lorsque le président de l’époque, Jacques Chirac, l’avait emporté contre le père de Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen, farouchement anti-immigrés, qui s’était heurté à un mur d’opposition qui lui avait barré la route du pouvoir.

Macron y est parvenu alors qu’il n’a pratiquement pas fait campagne pendant des mois, préférant jouer le rôle d’homme d’État mondial dans la préparation de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Puis, en l’espace de quelques semaines seulement, Macron a parcouru la France en avertissant les électeurs qu’une présidence Le Pen porterait atteinte à leurs principes humanistes les plus chers et rendrait l’Union européenne à 27 pays intenable. « Le 24 avril sera un référendum pour ou contre l’Europe, et nous sommes pour« , a-t-il déclaré à des milliers de personnes dans les dernières heures de la campagne vendredi 22 avril 2022, sur une place de marché du village de Figeac, dans le sud du pays, au milieu d’une mer de drapeaux bleus de l’UE.

Malgré tout, sa marge de victoire réduite à 16,4 % signale le clivage politique difficile auquel il est désormais confronté, alors qu’il s’installe à nouveau à l’Élysée – des problèmes qui pourraient se manifester lors des élections législatives du pays, qui auront lieu dans sept semaines seulement.

« Le troisième tour commence ce soir« , a déclaré le leader d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, après la fermeture des bureaux de vote, en faisant référence aux élections à l’Assemblée nationale de la mi-juin ; Mélenchon a obtenu 22% des voix au premier tour de l’élection présidentielle le 10 avril 2022, manquant de peu le second tour contre Macron.

De même, Mme Le Pen a clairement indiqué que son parti commencerait immédiatement à faire campagne pour les sièges parlementaires. « Notre score historique place notre camp dans une excellente position« , a-t-elle déclaré dans son discours de concession dimanche soir.

En effet, le discours de Macron devant la foule rassemblée devant la Tour Eiffel était plus contemplatif que festif. « Je sais que beaucoup de ceux qui ont voté pour moi ne l’ont pas fait parce qu’ils me soutiennent, mais parce qu’ils voulaient faire barrage à l’extrême droite« , a-t-il déclaré, admettant qu’il aurait besoin de guérir de profondes divisions. « Il faut trouver une réponse à la colère et aux désaccords« , a-t-il dit. « C’est ma responsabilité« .

Macron n’est plus l’enfant prodige, il devra faire face à la colère qui gronde à propos de ses politiques favorables aux entreprises, notamment sa détermination à relever l’âge de la retraite dans le secteur public. Et il y a aussi la profonde aversion personnelle de nombreux Français pour Macron, qui le décrivent dans de nombreux sondages d’opinion et auprès des journalistes comme arrogant et distant, et trop attaché aux intérêts des riches. « Il devra démontrer qu’il ne va pas gouverner comme il l’a fait pendant son premier mandat – tout seul« , a déclaré Marc Lazar, professeur d’histoire politique à l’université Sciences Po de Paris, au TIME dimanche soir 24 avril 2022, lorsqu’il est devenu évident que Macron avait gagné. « Il va devoir négocier davantage, et chercher des compromis« .

Luttant pour joindre les deux bouts dans un contexte d’inflation croissante, avec de maigres salaires et pensions, beaucoup ont dit qu’ils ne se sentaient pas concernés par la vision de Macron d’une France mondialisée et centrée sur l’Union européenne. « Macron ne se préoccupe pas des Français« , a déclaré Paméla Loire, électrice de Le Pen, au magazine américain TIME, dans le village de Beaucamps-le-Vieux, au début du mois d’avril 2022.

Un profond clivage politique

L’inégalité économique s’est traduite par un profond clivage politique lors de l’élection, avec environ 71% des électeurs professionnels choisissant Macron, et 69% des électeurs de la classe ouvrière choisissant Le Pen, selon l’institut de sondage Elabe dimanche 24 avril 2022.

Dans un blitz d’arrêts de campagne, Macron a dit aux électeurs qu’il avait créé un million de nouveaux emplois depuis 2017, et dépensé des milliards en payant les salaires des gens dans des fonds d’aide au coronavirus. Le chiffre officiel du chômage du gouvernement, 7,4%, est le plus bas en 13 ans.

Pourtant, même ainsi, plus de la moitié des électeurs du premier tour de l’élection le 10 avril ont choisi, parmi 12 candidats, des politiciens d’extrême droite ou d’extrême gauche – un reflet de l’anxiété et du mécontentement généralisés à l’égard de la politique dominante. « Il y a un sentiment de déclin« , a déclaré Nicolas Becuwe, directeur principal de Kantar Public à Bruxelles, jeudi 21 avril 2022, lors d’une présentation en ligne des données de l’institut de sondage à travers l’U.E. « La France est le pays le plus pessimiste de toute l’Europe« .

Mme Le Pen a exploité ce malaise et, ce faisant, a remporté une victoire importante – mais pas la présidence. Elle a fait de son parti d’extrême droite, le Rassemblement national, une force dans la politique française, alors que son père n’avait obtenu que 18 % des voix en 2002.

Après avoir redéfini son image, Mme Le Pen, 53 ans, s’est présentée comme la championne des pauvres, se concentrant davantage sur l’économie que sur ses opinions farouchement anti-immigrés et anti-musulmans. Elle a promis de réduire la taxe sur les ventes et de supprimer l’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans, sans se soucier de la dette publique galopante de la France. Macron, a-t-elle dit aux électeurs, incarne « le pouvoir sans empathie« .

Macron a riposté en martelant, lors du débat électoral de près de trois heures mercredi 2à avril 2022, sa position à l’égard des quelque 6 millions de musulmans du pays. Il a dit à Mme Le Pen que son projet d’interdire aux femmes musulmanes de porter le foulard en public « créerait une guerre civile« .

Mme Le Pen a également dû faire face à un autre obstacle électoral : sa longue admiration pour le président russe Vladimir Poutine. Jusqu’à la semaine dernière, de nombreuses brochures de campagne de Le Pen comprenaient une photo d’elle serrant la main de Poutine lors d’une visite au Kremlin en 2017. Elle a financé sa course présidentielle contre Macron cette année-là avec un prêt de 12 millions d’euros d’une banque liée au Kremlin, qui est maintenant détenue par un entrepreneur militaire russe – une dette que Le Pen doit toujours.

Macron s’en est emparé lors du débat électoral, lui disant qu’elle « dépend de M. Poutine« . « Quand vous parlez à la Russie… vous parlez à votre banquier« , a-t-il dit.

Alors que l’Europe est confrontée au plus grand conflit depuis la Seconde Guerre mondiale, Mme Le Pen a néanmoins déclaré qu’en tant que présidente, elle retirerait la France, dont l’armée est la plus puissante de l’Union européenne, du commandement militaire intégré de l’OTAN, ce qui nuirait profondément au soutien uni de l’Occident à l’Ukraine.

Toutes ces préoccupations se sont cristallisées dans les derniers jours de la campagne, alors que Macron et Le Pen ont parcouru la France en essayant de séduire les 7,7 millions de personnes qui avaient voté pour le leader d’extrême gauche Mélenchon au premier tour.

Plus de 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France

Bien que Macron ait gagné dimanche 24 avril 2022, environ 28,2 % de l’électorat n’a pas voté du tout – le taux d’abstention le plus élevé depuis 1969 – et de nombreuses personnes ont déclaré aux journalistes ces derniers jours qu’elles avaient rejeté les deux choix proposés sur le bulletin de vote. Ce taux d’abstention élevé pourrait augurer d’autres problèmes pour le second mandat du président. « Macron devra essayer de parler à tous les Français, de combler le grand écart entre ses partisans et les électeurs de Le Pen, et les personnes qui n’ont pas voté« , explique Lazar, professeur d’histoire politique à Sciences Po, où de nombreux étudiants ont rejoint les manifestations au cours des deux dernières semaines. Les étudiants ont déclaré que, tout comme les élections de 2017, aucun des deux candidats ne reflétait leurs intérêts.

Cependant, même certains des critiques les plus virulents de Macron avaient plaidé auprès des électeurs pour qu’ils n’expriment pas leur colère contre Macron en votant pour Le Pen. Les dirigeants des deux puissantes coalitions syndicales du pays – dont les millions de membres ont organisé des manifestations et des grèves pendant des années pour protester contre la politique de Macron – ont rappelé aux électeurs jeudi que le parti Rassemblement national de Le Pen était « profondément enraciné dans l’histoire de l’extrême droite française, raciste, homophobe et sexiste« . Pourtant, ils n’ont pas dit à leurs membres de voter pour Macron.

Lire Aussi...

Le Maroc, pays du multiculturalisme

Un regard sur le programme USAID Dakira Le but du programme Dakira de l’USAID est ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.