Pourquoi le président algérien Abdelmadjid Tebboune est en colère contre le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez?

Par Rachid Raha – Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe (AMA)

Samedi dernier, le supposé président algérien Abdelmadjid Tebboune, après avoir rappelé son ambassadeur en Espagne pour des consultations, a organisé une interview à la télévision publique dans laquelle il a exprimé sa profonde colère face à la position du président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, par rapport à sa courageuse position de parier sur la proposition marocaine d’accorder une large autonomie au Sahara Occidental, comme la formule la plus appropriée pour résoudre, une fois pour toutes, ce conflit saharien qui dure depuis plus de quatre décennies et il a déclaré que : « nous avions des relations très solides avec l’État espagnol, mais le chef du gouvernement a tout cassé ». Pourquoi cette colère qu’il n’a pas osé exprimer ni à l’encontre des Etats-Unis ni de l’Allemagne ?

Avant d’essayer de répondre à cette question, je voudrais poser une autre question, dans la perspective des élections présidentielles françaises qui se sont déroulées ce dimanche 24 avril. Est-ce que c’est une pure coïncidence qu’Al-Qaïda lance trois attentats terroristes au Mali le même jour que les élections présidentielles françaises, tuant six soldats maliens ? (1) Ces actes de barbarie, bien calculés, avaient-ils pour principal objectif d’influencer l’électorat français afin de le faire pencher vers l’extrême droite de Marine Le Pen?

Supposons, comme je l’ai toujours soutenu, qu’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) soit une pure création des services secrets militaires algériens (2), et appuyée par les publications d’anciens militaires algériens, comme Habib Souaïdia (La sale guerre , Editions La Découverte, Paris 2001), Hichem Aboud (La Mafia des généraux, JC Lattès, 2002) ou Aomar Rami (Printemps du terrorisme en Algérie, Ed. Alhalabi, 2022), on en conclura que ce sont les généraux algériens eux-mêmes qui sont derrières, et qui ont voulu peser sur les élections en France, à travers ces minables attaques, orchestrées par leur marionnette, le djihadiste Iyad Ag Ghali, dans le but de déstabiliser non seulement la France mais toute l’Union européenne, mais qui, heureusement, ils ont échoué à cause de la réélection d’Emmanuel Macron !

Le présumé président algérien anti-démocratique se pose en grand défenseur du peuple sahraoui et déclare que: « nous exigeons l’application du droit international pour que nos relations reviennent à la normale« , et le plus bizarre c’est qu’il ne l’exige pas du tout à l’appliquer à sa région de Kabylie, où tout citoyen arborant le drapeau amazigh est emprisonné sur le champ, maintenant une population de plus de dix millions d’habitants en état de siège, interdisant les manifestations de printemps amazighes qui se tenaient chaque année depuis le 20 avril 1980 ! Sans oublier que l’assassinat des 126 victimes mortelles du « printemps noir » de 2001 et les 22 morts et des centaines de blessés des événements de la vallée du Mzab, en juillet 2015 se sont déroulés en toute impunité, sans qu’aucun militaire ni gendarme ne soit traduit devant la justice !

Le problème de fond c’est qu’une grande partie des journalistes, hommes politiques et intellectuels espagnols font des discriminations notoires envers les populations maghrébines, ils ne protestent pas contre les graves violations des droits de l’homme en Algérie, malgré le fait que le Parlement européen l’ait dénoncé à l’époque (3). De cette façon, il semble qu’ils soient tombés dans le grand piège des généraux algériens corrompus (www.youtube.com/watch?v=JFdHO-hlHOk) et sanguinaires, qui prétendent se soucier que d’environ cent mille personnes et oublient le sort non seulement des quarante millions de citoyens algériens, sinon encore plus, des cent millions qui habitent Tamazgha, de la Mauritanie à la Libye !

Ce que l’élite politique et intellectuelle espagnole ignore, c’est que les généraux algériens se fichent carrément de la situation flagrante des réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf. Ils s’opposent à la décision historique de Sanchez, simplement parce que c’est une décision de bon sens, une décision de realpolitik pour trouver une solution intermédiaire, celle de ni gagnants ni perdants, une solution pour sortir de ce conflit sans fin, et qui ruine l’économie de l’État algérien lui-même et des autres pays d’Afrique du Nord.

Comme je le soulignais dans ma lettre à l’ex-vice-présidente Carmen Calvo (4), quand les généraux algériens soutiennent la soi-disant « république arabe sahraouie démocratique (RASD) » ou « le Polisario », ils ne se soucient pas de sortir du statu quo mais plutôt, ils font tout leur possible pour continuer à entraver la création de l’Union des États d’Afrique du Nord, pour maintenir le Maroc dans un interminable état de guerre civile entre ses propres citoyens de l’extrême sud… Pour les officiers algériens, ceux qui détiennent le pouvoir réel, maintenir la Guerre du Sahara leur assure cette continuelle et effrénée course aux armements, avec cette obsession d’acheter à chaque fois plus d’armements russes, même s’ils sont défectueux et obsolète, car ce qui les intéressent vraiment, c’est de profiter de ces transactions pour se remplir les poches à travers ces illégales commissions de plusieurs millions de dollars, qu’ils déposent dans les banques suisses et parisiennes et dans l’achat de grandes villas sur les côtes espagnoles de Costa del Sol. Maintenant que les prix du pétrole et du gaz ont atteint des prix impressionnants dus à la guerre de Poutine contre l’Ukraine, le peuple algérien ne trouve ni pain, ni huile, ni lait sur les étagères des marchés !

Bref, et comme nous l’avons réitéré lors de notre dernière assemblée générale des Amazighs du Monde (5), le gouvernement espagnol et tous les gouvernements de l’Union européenne doivent exiger des généraux militaires, qui détiennent le pouvoir, la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus politiques, à répondre à toutes les revendications légitimes et démocratiques du « Hirak d’Algérie », à stopper immédiatement le terrorisme d’Etat qu’il sème contre le peuple algérien et les peuples de la région du Sahel. Ils doivent exiger qu’ils garantissent la responsabilité et le contrôle démocratique et, dans ce cas, la subordination effective de ces derniers à une autorité civile légalement constituée, et qu’ils veillent à ce que le rôle de l’armée soit explicitement limité aux questions relatives à la défense nationale. Et d’œuvrer pour la reprise des relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc et de respecter l’accord d’association avec l’Union européenne, dans l’esprit du processus de Barcelone de novembre 1995, signé à Valence le 22 avril 2002 et entré en vigueur le 1er septembre 2005. Parmi les objectifs essentiels de cet accord énoncés à l’article 2 : « le respect des principes démocratiques et des droits humains fondamentaux, tels qu’établis dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, inspire les politiques internes et internationales de la communauté et l’Algérie, et constitue un élément essentiel du présent accord », sans oublier que l’article premier dudit accord euro-algérien établit la promotion de l’intégration maghrébine par la promotion des échanges et de la coopération au sein de l’ensemble du Maghreb et entre la Communauté et ses États membres.

Notes:

(1)- https://www.france24.com/fr/afrique/20220424-au-mali-plusieurs-soldats-tu%C3%A9s-dans-trois-attaques-terroristes-revendiqu%C3%A9es-par-al-qa%C3%AFda

(2)- http://amamazigh.org/2021/06/les-amazighs-demandent-au-president-francais-dappeler-a-lordre-les-generaux-algeriens/

(3)- https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2020-0329_FR.html

(4)- http://amamazigh.org/2021/06/los-amazighs-piden-al-gobierno-llamar-al-orden-a-los-generales-argelinos/

(5)- http://amamazigh.org/2022/04/communique-final-de-la-10eme-assemblee-generale-des-amazighs-du-monde/

Lire Aussi...

Le Maroc, pays du multiculturalisme

Un regard sur le programme USAID Dakira Le but du programme Dakira de l’USAID est ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.