La matérialisation du caractère officiel de la langue amazighe en débat dans la Chambre des Conseillers

La Chambre des Conseillers vient d’organiser une conférence-débat sous le thème : »Le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l’amazighe et les modalités de son intégration dans les séances publiques et les organes de la Chambre des Conseillers » les 17 et 18 mai.

Cette initiative, qui s’appuie sur la Constitution et notamment son Article 5 qui stipule que: « De même, l’amazighe constitue une langue officielle de l’État, en tant que patrimoine commun de tous les Marocains sans exception», s’inspire également des orientations royales contenues dans plusieurs Discours royaux, en particulier, le Discours historique de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à l’occasion de la cérémonie d’apposition du Sceau chérifien scellant le dahir créant et organisant l’Institut Royal de la Culture Amazighe, le 17 octobre 2001 à Ajdir, dans lequel Sa Majesté a souligné que : « Dans la mesure où l’amazighe constitue un élément principal de la culture nationale, et un patrimoine culturel dont la présence est manifestée dans toutes les expressions de l’histoire et de la civilisation marocaine, nous accordons une sollicitude toute particulière à sa promotion dans le cadre de la mise en œuvre de notre projet de société démocratique et moderniste, fondée sur la consolidation de la valorisation de la personnalité marocaine et de ses symboles linguistiques, culturels et civilisationnels.»

Organisée en coopération avec l’Institut Royal de la culture Amazighe, avec le soutien du programme «Jumelage institutionnel Maroc-Union Européenne » et le programme «Appui au développement du rôle du parlement dans la consolidation de la démocratie au Maroc » du Conseil de l’Europe, et avec la participation des experts de l’UNESCO et du PNUD, cette conférence s’inscrit dans le cadre des activités interactives entreprises par cette Chambre selon une approche participative s’ouvrant sur les différents départements ministériels, les institutions et autres instances constitutionnelles ainsi que les communes territoriales et les acteurs sociaux-économiques et professionnels, en plus des experts du monde académique, des médias et des acteurs de la société civile, et ce dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie pour la période 2022-2027.

Cette rencontre a exploré les opportunités prometteuses qu’offrent l’ouverture de l’institution législative sur les diverses expressions linguistiques, tant nationales qu’étrangères, avec ce que cela implique en termes de consolidation, de modernisation et de développement des rôles de la fonction parlementaire dans ses différentes facettes de représentativité, du contrôle, de législation, d’évaluation des politiques publiques, de la communication et de l’ouverture sur l’environnement social.

Ainsi, dans son allocution, M. Enaam Mayara, Président de la Chambre des Conseillers, a souligné que « l’intégration de la langue amazighe dans les structures de la Chambre des conseillers, les travaux de ses séances, ses communiqués et son portail électronique renforcera la position de la deuxième Chambre en tant qu’institution pluraliste et rapproche son discours de l’ensemble des citoyens » et il a jouté que « cette étape devrait renforcer davantage l’intérêt porté aux travaux du Parlement, notant que la Chambre des Conseillers reflète, par la même, la richesse de la culture nationale et la pluralité de ses affluents aussi divers que cohérents et à mettre en relief le caractère participatif de ses actions et aborder les grands problèmes dans le cadre de l’ouverture et l’écoute de tous les intervenants, en particulier lorsqu’il s’agit de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution ».

Cette conférence-débat a été précédée par la signature d’une convention de coopération entre la Chambre des Conseillers et l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM), incluant les domaines d’appui techniques, le renforcement des capacités et la formation continue pour intégrer l’Amazighe dans les travaux du Parlement et faciliter son usage en tant que langue officielle.

Cette conférence modérée par le deuxième vice-président a connu la participation de M. Ahmed Boukous, Recteur de l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM), qui dans son allocution il a considéré que cette initiative constitue une étape essentielle dans la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe, en insistant sur le fait que la mise en œuvre du caractère officiel de l’amazighe est un projet de société qui requiert de grands efforts pour assurer sa concrétisation.

Mme Martine Therer, Représentante Résidente Adjointe du PNUD au Maroc, de son côté a déclaré que la culture amazighe fait partie intégrante de l’identité culturelle du Maroc, faisant part de la disponibilité du PNUD à contribuer à la valorisation de la langue et culture amazighe. La Cheffe du Bureau du Conseil de l’Europe au Maroc, Mme Carmen Morte Gómez, à travers la vidéo, a déclaré que l’ouverture du Parlement aux citoyens est au cœur du programme conjoint de coopération “Renforcement du rôle du Parlement dans la consolidation de la démocratie au Maroc”, tout en affirmant que le Conseil de l’Europe attache une grande importance au multilinguisme en tant qu’indicateur de diversité et de richesse culturelle. Mme. La sénatrice belge Latifa Gahouchi a souligné l’importance de l’intégration de la langue maternelle au sein des institutions de l’Etat, suivi de Mme Aicha Bouhijar, qui a parlé de l’importance de l’enseignement de la langue amazighe, de Mme Sanaa Allam, responsable adjointe du programme culture UNESCO qui a parlé des objectifs de l’UNESCO et de la promotion de la culture immatériel. Après l’intervention de Mme. Amel Arfaoui, Coordinatrice de projets du PNUD, un débat s’est ouvert entre les présents. Les travaux de l’après-midi se sont suivis par les conférences Mme Iuna Sadat, du Sénat de Belgique, et de M. El Houceine Moujahid, secrétaire général de l’IRCAM, suivi de l’allocution M. Abdelwahad Driouche, Conseiller général des Chambre des Conseillers qui a porté sur les propositions d’un plan d’action de la Chambre des Conseillers relatif à la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe et son intégration dans les séances publiques et les organes de la Chambre des Conseillers.

Lire Aussi...

Le Maroc, pays du multiculturalisme

Un regard sur le programme USAID Dakira Le but du programme Dakira de l’USAID est ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.