Le Maroc et l’Espagne: un nouveau départ

Dr. Mohamed Chtatou
Par: Dr. Mohamed Chtatou

Un Brin d’histoire et de géographie

La conquête d’al-Andalous par Tariq ibn Ziyad en 711, les voyages de Maïmonide de Cordoue au Caire via Fès et Tunis au cours du XIIe siècle, l’acquisition des presidios de Ceuta (1415/1668) et de Melilla (1497) par la Couronne de Castille, ou les vagues de migrants qui espèrent actuellement franchir les barrières séparant le Maroc de l’Espagne: chacun de ces sujets souligne les relations réciproques séculaires qui unissent la péninsule ibérique et le Maroc.

Le détroit de Gibraltar vu du ciel
Le détroit de Gibraltar vu du ciel

Situé à l’intersection de l’Europe et de l’Afrique, du Moyen-Orient et du monde atlantique, le détroit de Gibraltar constitue le centre de ces liens ; par beau temps, on peut voir la côte espagnole depuis Tanger et vice-versa – mais bien trop souvent, les nuages et le brouillard obscurcissent cette vue spectaculaire. Malgré l’importance de cet espace transcontinental, les études contemporaines sur ce carrefour culturel sont floues et non ciblées, créant des absences là où il devrait y avoir des récits de connexions traversant les époques et les genres. Quelles sont les principales caractéristiques de cette relation partagée, quelles sont les sources de sa spécificité, et comment a-t-elle continué à façonner les événements en Méditerranée occidentale jusqu’à aujourd’hui ?

Les relations modernes entre ces deux royaumes ont pris de nouvelles formes au cours du XIXe siècle, lorsque l’empire espagnol en Amérique latine a commencé à s’effondrer et que le gouvernement de Madrid a manifesté un regain d’intérêt pour le Maroc. Dans le sillage de la pénétration économique française et britannique croissante, l’Espagne a cherché à affirmer ses intérêts régionaux lors de la guerre hispano-marocaine (1859-60) qui a ruiné l’état nord-africain et préfiguré l’ère du contrôle européen. Les migrants espagnols constituaient la plus grande communauté européenne dans tout le Maroc à la fin du XIXe siècle. Après l’établissement du protectorat sur les montagnes du nord du Rif en 1912, le Maroc a joué un rôle central dans l’histoire espagnole.

Après tout, c’est ici que le coup d’État militaire de Francisco Franco contre la Deuxième République a commencé en 1936 et a finalement conduit à une dictature fasciste qui a duré jusqu’en 1975. En outre, le largage d’armes chimiques sur les résistants marocains à partir d’avions pendant la guerre du Rif (1921-26) – une démonstration puissante de l’intersection de deux technologies modernes – continue de hanter la population locale jusqu’à aujourd’hui, comme le prouvent les taux anormalement élevés de patients atteints de cancer dans la région.

La nature litigieuse de la relation se poursuit jusqu’à aujourd’hui, comme en témoignent le bref conflit armé autour de l’île de Perejil/Jazirat Toura en 2002, le différend concernant la visite du roi Juan Carlos Ier à Ceuta et Melilla en 2007, la controverse actuelle sur la récupération par le Maroc de l’ancienne colonie espagnole du Sahara occidental qui a débuté en 1975, ou la participation de citoyens marocains aux attentats terroristes de Madrid (2004) et de Barcelone (2017). Peu d’autres pays européens et africains partagent un passé aussi intrinsèquement lié.

Temps modernes

Les relations étroites entre les deux royaumes situés sur des côtes opposées de la Méditerranée ont pris un nouveau tournant après 1956. L’Espagne et le Maroc n’ont entretenu que des relations diplomatiques minimales pendant les deux premières décennies qui ont suivi la fin du protectorat, en partie en raison de la présence continue des troupes espagnoles à Sidi Ifni (jusqu’en 1969) et au Sahara occidental (jusqu’en 1976). Mais cet âge de glace diplomatique a fini par prendre fin. À partir de 1979, les deux pays se sont lancés dans un ambitieux programme de coopération scientifique et culturelle qui comprenait des échanges réguliers entre les institutions universitaires des deux côtés de la Méditerranée.

Et la migration marocaine vers le royaume ibérique a inversé les schémas de mobilité de l’époque coloniale ; aujourd’hui, les citoyens du royaume nord-africain constituent la deuxième plus grande communauté d’immigrants du pays. Les relations quelque peu particulières entre les deux états s’étendent même au domaine des opérations de sécurité. Qu’est-ce qui pourrait mieux symboliser la dynamique souvent surprenante de l’alliance hispano-marocaine qu’un article publié dans El País en 2015, qui révélait que des agents antiterroristes marocains opèrent librement à l’intérieur de l’Espagne, avec la pleine coopération des autorités locales ?

Maroc et Espagne : des liens économiques forts

Sa situation à l’intersection de l’Europe et de l’Afrique fait du Maroc un véritable carrefour. L’importance du Maroc en tant que route commerciale entre les deux continents est déterminante pour son développement historique et culturel. Au cours des dernières décennies, les relations bilatérales entre le Maroc et l’Espagne sont devenues plus étendues, profondes et interdépendantes. Le Maroc est pour l’Espagne un partenaire clé dans de multiples aspects, et vice versa.

Le roi Mohammed VI et le roi Felipe VI
Le roi Mohammed VI et le roi Felipe VI

Les volumes d’échanges entre le Maroc et l’Espagne ont bondi en 2021 pour atteindre un niveau record, après les craintes qu’une dispute diplomatique entre les deux pays ait un impact sur les échanges économiques. Selon les données publiées par le Bureau économique et commercial de l’ambassade d’Espagne à Rabat, les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint environ 16,8 milliards d’euros au cours de l’année écoulée.

En novembre 2021, l’Espagne a exporté 830 M€ et importé 642 M€ du Maroc, ce qui se traduit par une balance commerciale positive de 189 M€. Entre novembre 2020 et novembre 2021, les exportations de l’Espagne ont augmenté de 141 M€ (20,4%), passant de 690 M€ à 830 M€, tandis que les importations ont augmenté de 19,9 M€ (3,2%), passant de 622M € à 642 M€.

À la fin de 2021, le Maroc a enregistré un déficit commercial avec l’Espagne d’environ 2,2 milliards d’euros, alors que les exportations espagnoles vers le Maroc ont augmenté de 29,2 %, après être passées de 7,3 milliards d’euros en 2020 à 9,5 milliards d’euros en 2021. Le taux des exportations espagnoles vers le Maroc de 2016 à 2019 a oscillé entre 7 milliards d’euros et 8,4 milliards d’euros, avant de considérer considérablement.

Les exportations de Madrid vers le Maroc ne représentent que 3 % de ses exportations dans le monde – mais elles constituent la moitié de ses exportations totales vers le continent africain. Les exportations de Madrid vers Rabat comprennent du carburant, des huiles, des machines et des dispositifs mécaniques, ainsi que des voitures, des tracteurs et des matériaux électriques.

De même, les exportations du Maroc vers l’Espagne ont augmenté d’environ 14,6 %, passant de 6,3 milliards d’euros en 2020 à 7,3 milliards d’euros en 2021. Le Maroc exporte vers l’Espagne des appareils électriques, des équipements, des vêtements, du poisson, des voitures et des fruits, ainsi que des conserves.

Les échanges commerciaux entre les deux pays ont connu un boom au cours des deux dernières décennies, passant de 22,3 milliards de dirhams en 2000 à 56,9 milliards de dirhams en 2010.  Le volume est passé à 132,7 milliards de dirhams en 2017, et à 144 milliards de dirhams en 2020.

Parmi les fournisseurs non-européens de l’Espagne, le Maroc a occupé la première place en 2021, suivi du Costa Rica et du Pérou. Entre janvier et avril de la même année, les pays non européens ont fourni à l’Espagne 51 % de ses importations totales de fruits et légumes frais.

La Fédération espagnole des associations de producteurs exportateurs de fruits, légumes, fleurs et plantes vivantes (FEPEX) a calculé que les importations espagnoles de fruits et légumes frais en provenance du Maroc ont atteint 220 771 tonnes au cours du premier semestre 2021. Ces chiffres représentent une amélioration de 2% par rapport à la même période de l’année 2020.

Ainsi, Madrid est le premier partenaire commercial de Rabat et les échanges entre les deux territoires représentent près d’un tiers du commerce extérieur du Maroc. Pour sa part, le Royaume est le principal client africain de l’Espagne et son deuxième client mondial en dehors de l’Union européenne.

Le Maroc, frontière migratoire européenne externalisée

Les Marocains en Espagne formaient 16,4% des 4 549 858 étrangers en Espagne au 1er janvier 2017. Ils sont à nouveau le plus grand groupe étranger en Espagne, après avoir été temporairement dépassés par les Roumains en 2007. En 2003, on estimait qu’ils représentaient environ 6% de tous les Marocains à l’étranger.

Le Maroc est devenu un point focal important dans les efforts européens d’externalisation de la  » gestion des migrations « . À ce titre, le pays d’Afrique du Nord a longtemps bénéficié du soutien financier de l’UE et conserve une position privilégiée dans le cadre de l’accord de partenariat pour la mobilité de 2013 : depuis 2014, l’UE a donné au Maroc un milliard d’euros pour soutenir sa Stratégie nationale sur la migration et l’asile (SNMIA).

Melilla et Ceuta, deux enclaves espagnoles situées sur la côte nord-africaine, sont considérées comme des points de transit pour les migrants africains qui tentent de rejoindre l’Europe. Les migrants tentent d’atteindre les deux villes en escaladant les clôtures frontalières ou en nageant le long de la côte. Ceuta – qui est plus grande que Melilla et située beaucoup plus près de l’Espagne continentale – voit généralement arriver un plus grand nombre de migrants.

Les deux territoires espagnols sont entourés de multiples clôtures d’environ 6 mètres de haut. La frontière de Melilla est érigée en trois couches. La clôture la plus extérieure est construite en angle et recouverte d’un grillage fin. Les enclaves ont longtemps été un sujet de controverse pour les relations diplomatiques entre l’Espagne et le Maroc. Le gouvernement de Madrid insiste sur le fait que Melilla et Ceuta font partie intégrante de l’Espagne, tandis que Rabat revendique également les deux territoires.

En mai de l’année dernière, une crise diplomatique entre les deux pays a dégénéré au sujet du Sahara occidental, qui a longtemps fait pression pour obtenir l’indépendance du Maroc. L’Espagne avait autorisé le chef du mouvement indépendantiste du Sahara occidental à entrer en Espagne pour y être hospitalisé. Cela a déclenché une impasse entre les deux pays.

À la mi-mai 2021, plus de 10 000 personnes sont entrées à la nage ou à l’aide de petits bateaux gonflables dans Ceuta en deux jours seulement – les forces frontalières marocaines semblent avoir relâché leurs contrôles ou détourné le regard. Le fait que les responsables marocains n’aient pas empêché les migrants de traverser a été largement perçu comme une mesure punitive de Rabat. Le gouvernement espagnol a réagi en déployant des troupes à sa frontière avec le Maroc et en expulsant des milliers de migrants.

La ville de Melilla
La ville de Melilla

Paradoxalement, la coopération à la frontière se poursuit souvent même lorsqu’elle est conçue par l’une des parties pour s’effondrer. Cette coopération, qui repose sur un accord de réadmission de 1993, contribuera probablement à rétablir les relations entre les voisins. Mais elle signifie également que le Maroc et l’Espagne auront à nouveau utilisé les migrants, dont beaucoup sont des enfants, comme monnaie d’échange dans une querelle diplomatique sans rapport.

Malgré les récents troubles, le partenariat devrait se poursuivre. L’Espagne et l’UE continuent de construire des défenses frontalières, l’Union ayant accepté de cofinancer un projet de 18 millions d’euros destiné à renforcer les clôtures autour des deux enclaves. Des sommes bien plus importantes sont consacrées à la coopération entre l’UE et le Maroc. Depuis 2014, le Maroc a reçu quelque 343 millions d’euros de l’UE. Les négociations sur la poursuite de la coopération pourraient porter ce montant à 3,5 milliards d’euros pour la période 2020-2027.

La migration circulaire entre le Maroc et l’Espagne se limite actuellement à une niche de travail très étroite, le travail agricole temporaire. Malgré la proximité géographique entre les deux pays et le grand nombre d’immigrants marocains sur le sol espagnol, la migration circulaire ne caractérise qu’une partie minime du phénomène migratoire. D’autres formes de circularité trouvées dans des pays proches et similaires également liés au Maroc, comme l’Italie, ne sont pas présentes en Espagne pour diverses raisons géographiques et institutionnelles. Les courtes périodes que les migrants circulaires marocains passent en Espagne et la faible qualification de leurs emplois ont un faible effet sur le développement du pays d’origine.

Un nouveau départ dans les relations Morocco-Espagnoles

Madrid a approuvé un plan d’autonomie limitée pour ce territoire du nord-ouest de l’Afrique, mais ce changement de politique a été dénoncé par les groupes indépendantistes et pourrait aggraver les relations avec l’Algérie.

Dans le but d’apaiser les tensions avec le Maroc, l’Espagne a reconnu pour la première fois un plan élaboré par le pays africain pour gouverner le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole déchirée par un conflit séparatiste depuis cinq décennies.

L’approbation du plan marocain visant à accorder un certain niveau d’autonomie au Sahara occidental pourrait marquer le début d’une « nouvelle étape » dans les relations entre l’Espagne et le Maroc, ont déclaré les autorités de Madrid en annonçant cette décision vendredi 18 mars 2022. Mais cette évolution a été immédiatement dénoncée par les représentants du Front Polisario, un mouvement séparatiste du Sahara occidental couvé par l’Algérie.

Le plan marocain permettrait aux Sahraouis de gérer leur propre administration, mais sous souveraineté marocaine et avec le Maroc en charge de la défense et des affaires étrangères.

Le Front Polisario, qui a longtemps combattu le contrôle du Maroc sur le Sahara occidental, avec le soutien de l’Algérie voisine, a exigé un référendum sur l’autodétermination, comme le prévoient le cessez-le-feu de 1991 et les négociations menées sous l’égide de l’ONU.

L’Espagne avait précédemment cherché à rester équidistante dans le conflit, appelant à un règlement sous l’égide des Nations Unies qui respecterait les résolutions précédentes de l’ONU. Mais au cours d’une conférence de presse vendredi 18 mars2022, M. Albares a décrit le plan d’autonomie du Maroc comme « la base la plus sérieuse, réaliste et crédible » pour une résolution du conflit du Sahara Occidental.

Le ministère marocain des Affaires étrangères a salué ce qu’il a appelé les « engagements constructifs » de l’Espagne sur le Sahara occidental, ajoutant que le changement crée « une feuille de route claire et ambitieuse » qui renforcerait la relation avec Madrid. Samedi 20 mars 2022, le ministère algérien des affaires étrangères a rappelé son ambassadeur à Madrid pour consultations, tout en se disant « très surpris » par la nouvelle position espagnole.

L’Espagne et le Maroc se sont souvent disputés au sujet du Sahara occidental. L’année dernière, le Maroc a rappelé son ambassadeur pour protester contre la décision de Madrid d’autoriser le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, à suivre un traitement pour Covid-19 sous un pseudonyme dans un hôpital du nord de l’Espagne. La révélation du voyage de M. Ghali a été suivie par l’entrée soudaine de milliers de migrants à Ceuta. L’Espagne a affirmé que l’afflux avait été facilité par la brève levée de la surveillance des frontières par le Maroc.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, doit se rendre à Rabat, la capitale marocaine, dans les deux semaines à venir pour confirmer la nouvelle position de son pays. M. Albares est devenu ministre des affaires étrangères lorsque son prédécesseur, Arancha González Laya, a été démis de ses fonctions à la suite de plaintes marocaines concernant le voyage secret de M. Ghali en Espagne.

Une association espagnole qui soutient la revendication d’autodétermination des Sahraouis a décrit la volte-face de Madrid comme « une nouvelle trahison envers le peuple sahraoui« . L’association, CEAS-Sahara, a déclaré dans une déclaration samedi que « la seule solution qui soit juste, réaliste et politique est celle choisie par le peuple sahraoui, sur la base du droit international, en organisant un référendum d’autodétermination. »

El Guerguarat, porte marocaine sur l’Afrique
El Guerguarat, porte marocaine sur l’Afrique

Le revirement de l’Espagne est une autre victoire diplomatique importante pour le Maroc, après que l’administration américaine de l’ancien président Donald J. Trump a reconnu fin 2020 le contrôle marocain sur le Sahara occidental. En parallèle, le Maroc a normalisé ses relations avec Israël.

Les forces marocaines ont récupéré le Sahara occidental après le retrait de l’Espagne en 1975. Mais le Front Polisario a déclaré son indépendance, appelant le territoire la République arabe sahraouie démocratique. À la fin de la guerre de 16 ans qui s’en est suivie, le Maroc s’est retrouvé avec la majeure partie du territoire. Depuis lors, de nouveaux épisodes de combats ont éclaté, tandis que la promesse d’organiser un référendum, qui faisait partie de l’accord de cessez-le-feu, n’a pas été tenue, malgré des discussions répétées sous l’égide de l’ONU sur la tenue d’un vote.

Les relations entre l’Algérie et le Maroc sont tendues depuis un certain temps. En août 2021, le gouvernement algérien a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc, alors que le différend sur le Sahara occidental était toujours d’actualité et en partie pour protester contre le rapprochement avec Israël. Un mois plus tard, l’Algérie a fermé son espace aérien au Maroc et, en novembre, elle a brièvement cessé d’approvisionner le Maroc en gaz.

Cette fermeture du gazoduc visait également à priver le Maroc de dizaines de millions de dollars de redevances qu’il perçoit lorsque le gaz transite par le pays en direction de l’Espagne. C’était aussi un problème majeur pour Madrid, qui importe environ la moitié de son gaz d’Algérie, juste au moment où les prix des carburants augmentaient en Europe.

Le revirement de l’Espagne sur le Sahara Occidental pourrait également créer des tensions dans le gouvernement de coalition de gauche minoritaire à Madrid. Yolanda Díaz, chef du parti de gauche Unidas Podemos qui est le partenaire junior du gouvernement dirigé par le Premier ministre Pedro Sánchez, a déclaré sur Twitter qu’elle restait attachée à « la défense du peuple sahraoui » et au respect des résolutions de l’ONU.

Conclusion: Les raisons de la volte-face de l’Espagne sur la question du Sahara

Le vendredi 18 mars 2022, le ministre espagnol des affaires étrangères Jose Manuel Albares a soutenu une proposition faite en 2007 par le Maroc d’offrir au Sahara Occidental une autonomie sous sa souveraineté, la décrivant comme la « base la plus sérieuse, réaliste et crédible » pour mettre fin au conflit de longue date.

Madrid affirme que l’accord signale « une nouvelle phase dans les relations« . Le changement de politique intervient à un moment où les relations entre les pays voisins sont à un niveau historiquement bas et poursuit en soulignant que cette nouvelle phase sera « basée sur le respect mutuel, l’achèvement des accords, l’absence d’actions unilatérales et la transparence permanente de la communication. »

L’annonce intervient à un moment où les relations sont au plus bas, alors que le Maroc continue de chercher à faire reconnaître sa souveraineté sur la région, et que l’Espagne tente de limiter les retombées d’un incident qui a attiré l’ire de Rabat l’année dernière – lorsqu’un dirigeant du Front Polisario, un mouvement indépendantiste du Sahara occidental, a été autorisé à se rendre en Espagne pour un traitement médical.

Mais le changement de politique a provoqué la colère de l’Algérie, un pays qui approvisionne l’Espagne en gaz, soutient les objectifs du Front Polisario et abrite environ 176 000 Sahraouis qui dépendent de l’aide internationale pour survivre dans des camps de réfugiés largement considérés comme inhospitaliers.

L’Algérie a convoqué son ambassadeur en Espagne pour des consultations à la suite de l’annonce de vendredi. C’est ce qu’a rapporté la télévision publique algérienne. Alger a rompu tous ses liens diplomatiques avec le Maroc voisin fin 2021.

Les pays voisins, séparés par le détroit de Gibraltar, ont des relations commerciales étendues et coopèrent étroitement sur les questions de migration, de défense et d’énergie. L’Espagne a déclaré vendredi que les deux parties cherchaient à relever ensemble des « défis communs« , « notamment la coopération dans la gestion des flux migratoires en Méditerranée et dans l’Atlantique. »

Les ‘’défis communs’’ qui ont poussé l’Espagne à faire volte-face peuvent être résumés comme suit :

  • La guerre en Ukraine a entrainé une crise économique mondiale qui affecte plus les pays du sud du au renchérissement des prix des céréales et des produits énergétiques. Cette crise va pousser des milliers de jeunes africains à tenter d’immigrer clandestinement vers l’Europe par le Maroc. Donc l’Espagne et l’Union Européenne ont besoin du Maroc comme gendarme pour arrêter ce flux.
  • L’Occident a besoin de renforcer son front contre la Russie qui a des visées expansionnistes en Europe ainsi que la Chine, et le Maroc est un allié sûr hors-OTAN.
  • Le Maroc préside le front contre la violence islamiste et sera appelé à jouer un rôle plus prépondérant dans les jours à venir sachant que Daech et al-Qaeda vont essayer de profiter de la crise actuelle avec la Russie pour faire surface au Moyen-Orient et en Afrique et même ailleurs.
Maroc-Espagne, amitié séculaire
Maroc-Espagne, amitié séculaire

Lire Aussi...

Le Maroc, pays du multiculturalisme

Un regard sur le programme USAID Dakira Le but du programme Dakira de l’USAID est ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.